Rue des plantes

IMGP4568

Son véritable nom, c’est la rue de l’Arc ; une ruelle plutôt, pas très large et pas très longue, dans le quartier populaire et bigarré de Noailles, à Marseille. Nous ne pouvions pas la manquer la rue des plantes : un couloir de verdure. Partout, dans des poubelles, des pots, des bacs, des plantes discrètes ou exubérantes, avec de larges feuilles vernissées ou de longues tiges.

Une des personnes à l’origine du projet nous dit le boulot que cela représente : arroser, tailler, nettoyer, ramasser… Elle nous dit aussi que la rue a changé depuis cette initiative.

On repasse quelques heures plus tard ; des gamines jouent, des gens discutent. Une rue paisible et conviviale, un peu en marge de l’agitation urbaine ; une enclave, ouverte.

IMGP4573

Végétaliser les rues, mettre des plantes le long des trottoirs, attaquer l’enrobé à la disqueuse pour semer… Diverses actions sont en cours dans des villes françaises. Il y a des règles, des contraintes qui varient sans doute selon les lieux mais c’est possible. On trouve des informations sur de nombreux sites, de Bordeaux à Lyon. Celui de Rennes donne des pistes intéressantes : http://www.jardineraunaturel.org/fr/nos-actions/fiche.php?id=61

C’est aussi une des idées de Nicolas Soulier dont j’avais évoqué le livre-programme Reconquérir les rues dans un précédent texte[1].

Ce qui m’a plu rue de l’Arc, c’est que ce souci esthétique et environnemental, ce que l’on pourrait considérer comme du superflu, comme une préoccupation de bobo que les problèmes matériels ne concernent pas, est justement pris en compte dans un quartier populaire où la vie est parfois difficile. Certes, on ne va pas faire reculer la misère avec des plantes, en modifiant la perception et la pratique d’un espace. Juste adoucir le quotidien.


 

IMGP4572

 

IMGP4567


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *