Serons-nous assez stupides pour nous passer des compétences des réfugiants ?

Il faut suivre. Ces semaines-ci, on assiste en live et en accéléré à la reconfiguration des routes migratoires en Europe. La Hongrie de Viktor Orban ferme sa frontière avec la Serbie par 175 kilomètres de grillages et de barbelés (des « barbelés rasoirs ») ; l’Allemagne, après avoir largement ouvert ses portes, rétablit le contrôle aux frontières ; le passage par la Croatie devient un itinéraire bis, très brièvement, avant que le gouvernement décide à son tour de restreindre l’accès du territoire national aux réfugiants[1] ; plus au nord, il y a l’espoir de la Suède mais la traversée du Danemark est devenue compliquée. Et si de nouvelles barrières se dressent encore, ces hommes, ces femmes et ses enfants que la guerre, la misère ou la dictature ont jetés sur les routes, iront voir ailleurs, inlassablement, prenant toujours plus de risques, y laissant toujours plus d’argent, inventant toujours de nouveaux itinéraires. Ce sera la Bosnie-Herzégovine peut-être ou la Roumanie puis l’Ukraine, avant d’entrer dans l’espace Schengen par la Slovaquie ou la Pologne. N’ayant rien ou presque à perdre, ils seront prêts à tout, montrant une fois de plus à ceux qui veulent boucler l’Europe que c’est peine perdue, qu’ils ne font qu’alimenter les réseaux mafieux et aggraver la souffrance de ceux qui sont en route.

Pour nous géographes, ces reconfigurations spatiales ne nécessitent guère qu’une attention accrue à l’actualité. Adapter les écrits et les cours, pour aller vers des temporalités et des échelles plus fines alors que l’habitude avait été prise de raisonner à l’échelle des champs migratoires et d’un temps (relativement) long. On pouvait traditionnellement scander les migrations au sein du bassin méditerranéen en trois grands temps, avec trois grand espaces : d’abord l’ouest de la Méditerranée autour de Gibraltar, puis le centre avec le passage entre la Tunisie, ou la Lybie, et les îles du sud de l’Italie, l’est depuis quelques années, essentiellement parce que c’est par là que les réfugiants du Proche et du Moyen-Orient arrivent maintenant. Bien que dangereuses, au sein de ces champs, les routes étaient presque balisées. Aujourd’hui, les mutations sont plus rapides mais tranquillement installés dans nos bureaux, avec nos atlas, nos livres, les médias en ligne sous les yeux, on suit le rythme sans trop de souci.

Pour les réfugiants, c’est une autre affaire. Ils sont sur le terrain, sans distance, ni spatiale, ni temporelle. Ils doivent réagir vite, envisager des stratégies, s’adapter en permanence, peser le pour et le contre d’un itinéraire, ce que ça leur coûtera en temps, en argent, en risque. Pour cela, ils déploient de nombreuses compétences. Des compétences dans la maîtrise des outils de communication ; leur smartphone est leur bien matériel le plus précieux : forums, groupes Facebook, moteurs de recherche, cartes géographiques en ligne, médias, encyclopédie collaborative… rien ne leur échappe dans la quête d’informations. Des compétences linguistiques bien sûr : maîtriser l’anglais et apprendre quelques mots dans la langue du pays traversé est essentiel.

Il est aussi des compétences plus spécifiquement spatiales. Dans Libération du 14 septembre 2015, la photo de cet homme, ce réfugiant venant d’arriver à la gare de Malmö : il a une carte de la Suède sous les yeux, un itinéraire (entre Malmö et Stockholm semble-t-il) qu’il semble suivre du doigt et près de lui, une autre personne qui accompagne la lecture de la carte par les informations qu’il saisit sur l’écran de son téléphone. On peut imaginer que pour eux le plus dur est fait : quitter le Danemark et traverser le détroit de l’Öresund. Reste à se diriger dans ce pays où ils mettent sans doute les pieds pour la première fois. Que faire ? Où aller ? Retrouver des proches ? Gagner la capitale ? Suivre les conseils de ceux qui les ont précédés ?

Cette photo semble presque anachronique. Qui, hormis peut-être les randonneurs pédestres, utilise encore des cartes pour se déplacer ? Les réfugiants leur redonnent sens, leur redonnent chance face au triste GPS. Là où le GPS ordonne, téléguide, contraint, la carte s’étale et propose, ouvre des possibles, permet des stratégies. La carte, c’est une forme d’autonomie avec la vision globale d’un espace et des différentes alternatives pour s’y déplacer. Elle permet de prendre de la hauteur, de la distance ; c’est le principe de l’échelle, de la réduction.

Par ces pratiques cartographiques, à travers ce (trop) long parcours dans des pays dont ils ne connaissaient parfois même pas le nom, par ses multiples franchissements de frontières, ces adaptations permanentes aux turbulences géopolitiques, les réfugiants acquièrent – entre autres – un capital spatial[2] que beaucoup d’entre nous n’ont pas. Ils font preuve de capacités d’adaptation, d’anticipation, d’intelligence en mouvement qui seraient bien utiles à notre « vieille » Europe.

[1] De nombreux débats ont lieu actuellement autour de la terminologie à employer, « migrant » ou « réfugié » ? La catégorie « migrant » a l’intérêt de bien décrire une situation : le migrant est en cours de migration, il est dans un entre-deux, entre un lieu de départ ou un lieu d’arrivée. Ceux qui sont en ce moment sous les feux de l’actualité sont exactement dans cette situation ; ils sont en route. Mais cette catégorie est trop englobante puisqu’elle inclut tous ceux qui migrent quelles qu’en soient les raisons. Le terme « réfugié » dit bien ce que veulent les personnes: trouver refuge quelque part. Par contre il est trompeur pour ce qui concerne leur situation : être réfugié, c’est avoir obtenu un statut (voir la mise au point très précise de Catherine Wihtol de Wenden https://lejournal.cnrs.fr/articles/migrant-refugie-quelles-differences). Beaucoup de ces migrants aimeraient être réfugiés, malheureusement pour eux (en France en tout cas) peu le deviendront. C’est pourquoi, après quelques discussions avec des collègues, je me demande si le terme le plus adapté ne serait pas ce néologisme de « réfugiant ». On pourrait désigner ainsi des individus qui cherchent refuge et souhaitent obtenir le statut de réfugié.

[2] Notion que Jacques Lévy définit ainsi : « Ensemble des ressources, accumulées par un acteur, lui permettant de tirer avantage en fonction de sa stratégie, de l’usage de la dimension spatiale de la société » (Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés co-dirigé avec Michel Lussault, Belin, 2003 pour la première édition).


3 réflexions au sujet de « Serons-nous assez stupides pour nous passer des compétences des réfugiants ? »

  1. Je partage ta position tant sur la nécessité d’accueillir ces populations que sur l’opportunité de le faire.
    L’histoire, depuis bien des siècles, est faite de migrations dans toutes les directions et sous toutes les latitudes. Les Etats Unis sont nés de celles-ci et l’Occident s’est enrichi des apports de l’Orient, sans parler des mouvements millénaires Nord-Sud et Sud-Nord.
    L’extrêmement grand rejoint encore ici l’extrêmement petit. Là où les cellules d’un organisme dégénèrent au point de détruire celui-ci, une partie de l’humanité, par sa croyance nationaliste, menace l’humanité entière. A chacun son cancer.

    Merci Pascal pour cet échange.

  2. Bonjour Pascal,

    Merci pour ton analyse.
    Toutefois, l’angle sous lequel tu abordes le déplacement de ces populations à travers l’Europe me dérange profondément.
    Ces migrants, qui n’ont pas encore trouvé le lieu où ils pourront se réfugier et assouvir ainsi leur quête de paix et de sécurité, ont pris tous les risques pour fuir leur pays et renoncer ainsi à ce qui a fait leur vie et leur identité vivent une situation particulièrement tragique.
    Cette tragédie humaine est amplifiée à plusieurs titres: par l’ampleur du phénomène (nombre de pays touchés et nombre d’être humains concernés) et par les nombreuses réactions d’hostilité des Européens, gouvernants et gouvernés.

    Ton aparté manichéen sur les avantages que procure une carte papier en comparaison au GPS, m’apparaît totalement déplacé et arbitraire quand on pense que bon nombre de migrants ont traversé la méditerranée grâce à un GPS…
    Et d’ajouter que l’expérience de l’itinérance acquise par ces migrants manque aux européens n’est pas loin de considérer cette situation de grande souffrance comme une aubaine.
    Même si cela ne tient que du seul point de vue géographique, ton analyse, bien que réaliste dans son constat, aborde des aspects qui me paraissent anachroniques pour le moins et de ce fait particulièrement choquants.

    Laurent ZEDET

    • Merci Laurent pour ces remarques (même si la charge est rude !). Un commentaire permet aussi de préciser certains points. Bien sûr mon propos est anecdotique par rapport au drame que vivent ces hommes, ces femmes et ces enfants. Le plus important est ce qu’ils subissent, ce qu’on leur fait subir, cette absence de respect pour notre commune humanité. Le plus important est de les accueillir dignement, ce qu’on ne fait pas et qui peut sembler honteux de la part de pays riches. Je ne crois pas avoir écrit le contraire. Cela étant dit, j’avais été frappé (et je le reste) par l’usage de représentations cartographiques dans leurs pratiques migratoires; le constater n’enlève rien à la reconnaissance du drame en cours. Je voulais aussi rappeler (sans doute maladroitement) que l’accueil de l’Autre est un enrichissement (alors qu’il apparaît à beaucoup aujourd’hui comme une menace) qui relève de tout ce dont l’altérité est porteuse; les compétences en font partie. Enfin pour ce qui concerne la carte et le GPS, j’avoue mon incompétence pour l’utilisation maritime du second mais il n’en reste pas moins que sur terre et dans cette situation précise, c’est bien de cartes dont ces réfugiants ont besoin afin d’avoir une vue large des espaces de leur migration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *