Traversées urbaines (3) Trouver le centre

Pour expérimenter la centralité, et la périphéricité, il faut trouver le centre ; la périphérie viendra avec. Faut-il écrire ces mots au singulier ou au pluriel ? Pour « périphérie » le pluriel semble s’imposer. Mais un centre ou des centres ? Dans nombre de villes, au centre historique s’est ajouté (ou substitué) un nouveau centre. Ainsi, à Lyon (puisque que c’est de cette ville dont il sera question ici), le quartier de la Part-Dieu a, pour certaines personnes en tout cas, pris le pas sur le centre traditionnel du côté de la Presqu’île (entre Rhône et Saône). L’activité commerciale, un des marqueurs de centralité, y est devenue plus importante que n’importe où ailleurs dans la ville. On retrouve ce genre de situation dans d’autres villes françaises où, en général à la suite d’une opportunité foncière, les années 1970-80 nous ont donné cet urbanisme sur dalle dont on ne sait pas toujours comment se débarrasser aujourd’hui.

Mais le polycentrisme se conçoit sans doute plus à l’échelle globale et d’un champ scientifique – la géographie ou l’urbanisme – qu’à celle de l’individu. La mise à distance qu’est le travail scientifique permet d’établir l’existence éventuelle de plusieurs centres pour une même ville, alors que l’intime des individus me semble plus exclusif, hiérarchisant en tout cas. On peut donc imaginer que la somme des centralités singulières permette d’établir une sorte de « centre majoritaire » du point de vue de ceux qui habitent ou fréquentent la ville.

Donc chercher le centre, au singulier. Le chercher dans cette ville qui est ma ville, celle en tout cas dans laquelle je vis depuis longtemps, l’endroit où j’ai passé le plus de temps depuis ma naissance. Cela ne facilite pas la tâche ; mon centre, c’est aussi mon quartier, celui dans lequel je vis et à partir duquel j’organise mes spatialités. Il convient donc de se dé-centrer pour envisager ce centre majoritaire.

Dans cette quête du centre, on peut écarter d’emblée les centres historiques les plus anciens de la ville : celui de la colline de Fourvière où Lugdunum, la ville romaine, a été fondée et le centre médiéval au pied de cette colline avec les trois quartiers du Vieux Lyon (Saint-Georges, Saint-Jean et Saint-Paul). Ces centralités passées sont dépassées ; elles sont aujourd’hui des lieux du tourisme et/ou de la pratique religieuse.

La place Bellecour est très grande, une espèce de luxe vide au milieu de la ville dense ; un « centre vide » comme l’écrit Barthes à propos de Tokyo[1]. Place Royale, place de la Fédération, place de l’Égalité… On pourrait poursuivre la liste de ses changements de noms ; elle est aussi longue que celle des fluctuations politiques et institutionnelles. Est-ce le centre ? En tout cas, c’est un lieu important dans les représentations collectives des Lyonnais : lieu d’arrivée ou de départ des manifs, lieu de rassemblement spontané (par exemple lors de la finale de la Coupe du Monde de football entre la France et le Brésil en 1998), lieu de rendez-vous (sous la queue du cheval[2]). Ce serait aussi le point à partir duquel on mesure les distances kilométriques ainsi que la référence altitudinale pour la ville (170 mètres). Bref, quelques éléments possibles pour définir une forme de centralité.

Mais j’hésite à faire de ce lieu mon repère, mon point de départ. Il y a bien sûr le relatif vide : la place est traversée, mais hors les moments exceptionnels, il n’y a jamais foule. Ensuite, de mon point de vue, cette place est aussi un bord, pas un bord de la ville mais de ce que l’on pourrait appeler l’hypercentre. Au sud de Bellecour, c’est la rue Victor Hugo, le quartier d’Ainay et les abords de la gare de Perrache ; j’y sens très clairement un affaiblissement de la centralité. En se dirigeant à l’opposé, vers le nord, il y a l’hôtel de ville, le siège du pouvoir politique local, mais là aussi, on touche au bord, en contact direct avec les premières pentes de la Croix-Rousse, la colline turbulente et contestataire.

Et si le centre était entre ces deux bords de l’hypercentre, entre la place Bellecour et l’hôtel de ville ? Au cours des années 1850, dans le cadre de grands travaux d’urbanisme, est tracée la rue Impériale, aujourd’hui la rue de la République, à coup sûr l’artère centrale de la ville. J’avance : le centre est forcément quelque part le long de celle-ci. C’est sur cet axe qu’est installé le Palais du commerce au début des années 1860, justement pour le placer entre les deux pôles susnommés. Ce lieu peut fournir un centre acceptable. En tout cas, c’est ce que je pensais, de loin, devant l’ordinateur.

Mais une fois sur place pour la première de mes « traversées », je me suis rendu compte que je n’étais pas vraiment au bon endroit. Près du Palais du commerce, la rue de la République n’est pas un « endroit où les choses se passent»[3], plutôt le lieu où les gens passent ; sans s’y arrêter. J’abandonne alors mes visions sorties du XIXe siècle pour me remettre en prise avec le contemporain et je repars vers le sud, en direction de la place Bellecour. Et c’est là que je m’arrête, là où la rue de la République vient buter sur un angle de la place, là où une des principales stations de métro de la ville déverse régulièrement son flot humain, près des enseignes commerciales emblématiques de la centralité, là où le cœur de la ville bat un peu plus fort qu’ailleurs. Je commencerai donc mes traversées urbaines devant le kiosque à journaux, au contact entre la rue de la République, la rue de la Barre et la place Bellecour.5 1

[1] Roland Barthes (2007, 1ère éd. 1970) L’empire des signes, Seuil.

[2] Celui sur lequel est juché Louis XIV au centre de la place (possiblement au centre du centre donc).

[3] Voir Traversées urbaines (1).


Une réflexion au sujet de « Traversées urbaines (3) Trouver le centre »

  1. Ping : Les actualités d’Hypothèses – sourceserlande

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *