Traversées urbaines (4) Un protocole

Donc, expérimenter la centralité et la périphéricité ; le faire physiquement en mobilisant le plus largement possible les sens.

La première question est celle du mode de déplacement. Je vois d’emblée deux impératifs : la lenteur et le contact le plus direct possible avec l’environnement urbain. La lenteur afin de pouvoir prendre le temps, le temps d’observer, de prendre des notes, des faire des photos, d’apprécier ce qui environne ; le contact direct pour ressentir, exercer ses sens. Le tri est vite fait ; ne reste pas grand chose d’autre que la marche et le vélo, la trottinette ou les rollers peut-être, ou encore ces drôles d’engins qui se multiplient dans nos villes et sont appelés (notamment) gyropode ou gyroroue. Mais tout ce qui roule va encore trop vite à mon goût ; trop de contraintes aussi pour s’arrêter, ranger son « véhicule », passer par des escaliers… Tout est plus simple à pied. Et puis, avec la marche, il y a cette disponibilité immense à ce qui environne. Comme l’écrit David Le Breton « Le marcheur est sous le plein vent de ses géographies intimes »[1].

La deuxième question est celle des itinéraires. Aller où ? Dans quelle direction ? Au nord ? Au sud ? Si le centre peut faire lieu, les périphéries sont une multitude de lieux et les itinéraires pour les rallier tout aussi nombreux. Dans ces conditions, la seule solution me semble être d’aller dans le plus grand nombre de directions pour toucher à toutes sortes de périphéries. Mon projet n’est pas d’errance ou de dérive. Je veux au contraire, à partir du centre, suivre le plus précisément possible des lignes jusqu’aux confins de l’espace urbain. Puisque c’est ainsi je le pense, que je pourrais voir, sentir, ressentir, écouter, ce qui se passe lorsque l’on va du centre d’une ville vers ses périphéries. Je m’arrêterai lorsque la ville s’arrêtera.

J’ai acheté la dernière édition de la carte IGN Top 25 (1/25 000e) « Lyon Villeurbanne Mont d’Or ». Mise à jour en 2009, très lisible pour ce qui concerne le réseau viaire ; cela devrait aller. Sur la carte, je vais tirer des droites à partir du centre[2]. Mais combien ? Combien en tracer pour avoir une vision assez complète ou pas trop incomplète de la ville, une vision qui ne laisse pas trop de morceaux de ville dans l’ombre ? Et d’un autre côté, rester réaliste quant à la faisabilité du projet, puisque chaque droite, c’est une traversée ; et chaque traversée, si je veux vraiment aller au bout de l’espace urbain en prenant le temps, risque de prendre une journée entière. Les quatre points cardinaux ? Oui, mais c’est peu. Je décide d’y ajouter les points intermédiaires ou points intercardinaux, les 16 qui figurent sur certaines roses des vents ; du Nord au Nord en passant par Est-Nord-Est ou Sud-Sud-Ouest.

Donc 16 rayons séparés de 22,5°, 16 droites dont je tenterai de m’éloigner le moins possible[3]. Muni d’un rapporteur, je trace avec un feutre noir bien visible les 16 rayons et en couleur l’itinéraire qui me permettra de rester au plus près de cette ligne. La principale difficulté est de tenir le cap. Dans l’est lyonnais, dans la plaine, sans obstacles majeurs, c’est assez simple. La tâche est plus délicate dès que l’on se rapproche des cours d’eau et des collines avec un réseau viaire qui oblige parfois à des écarts assez importants.

« Je m’arrêterai lorsque la ville s’arrêtera ». Facile, facile à écrire, mais où s’arrête la ville ? La ville des géographes ne s’arrête pas ; elle est partout ou presque dans notre monde urbanisé, dans les liens de domination entre les espaces, dans les pratiques culturelles. Mais je suis sur un autre tempo, celui du ressenti, celui des matérialités et la définition de la ville purement morphologique et visuelle proposée par l’INSEE me convient assez bien. Elle concerne le bâti (tout le bâti : immeubles d’habitation comme entrepôts) et définit la rupture dans la continuité de ce bâti comme la fin de la ville. Mais il faut que la rupture soit notable : plus de 200 mètres, plus de 200 mètres sans bitume, ni bâtiments, donc des prés, des champs ou des bois pour l’essentiel.

La suite, c’est donc la carte, un carnet de notes, un appareil photo et une journée devant moi.

[1] David Le Breton (2012) Marcher. Éloge des chemins et de la lenteur, Métailié.

[2] Voir Traversées urbaines (3) Trouver le centre. http://geobuis.hypotheses.org/727.

[3] Pour la première balade, j’ai fait l’erreur de ne pas tracer l’axe idéal sur la carte, mais d’y dessiner directement mon itinéraire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *