« C’est compliqué »

Marseille, lundi de Pâques, le cadeau d’un deuxième dimanche pour les mécréants de mon espèce. La ville est astiquée comme doit l’être j’imagine l’argenterie de Buckingham Palace, pétante de lumière après la pluie d’hier. À Marseille, la lumière ne vibre pas; elle n’enveloppe pas non plus les formes en douceur. Elle tranche, cisèle les paysages. Je pars pour un long footing. Plaisir toujours renouvelé de la course sur des parcours inhabituels. Se perdre et se retrouver, tenter de garder le cap en prenant quelques points de repères, découvrir des passages, faire de larges traversées… Marseille est un bonheur, la ville des échappées belles sur la mer ou les espaces urbanisés, sur les collines blanches de calcaire ou sur le port, entre deux immeubles, au bout d’une rue en pente.

Rond-point du Prado vers le centre-ville, une longue ligne droite puis les ruelles et les escaliers qui mènent à Notre-Dame de la Garde. Je m’y arrête un peu pour profiter du paysage jusqu’au-delà de l’Estaque et me demande comment on n’aurait pu ne pas établir une ville ici.

Je repars vers Endoume.

Stopper l’immigration massive. Deux colleurs d’affiches du Front National, un grand et un petit. Je serre les dents. Mais vingt mètres plus loin, sans trop savoir pourquoi, je fais demi-tour. Je les regarde faire et je regarde l’affiche : deux jambes anonymes chaussées de baskets qui foulent le drapeau tricolore, d’autres que l’on devine derrière. La peur, faire peur. – Bonjour – Bonjour Monsieur (Ils sont polis) – Je peux vous poser une question ? – Allez-y – Vous savez combien de migrants sont arrivés en Europe l’année passée ? Le petit : – Beaucoup, plusieurs millions – Oui, deux millions (c’est en réalité largement moins, plutôt un, mais je gonfle le chiffre pour ne pas les braquer) – Vous savez combien il y a d’habitants en Europe ? (En réalité dans l’Union Européenne, mais simplifions) – Non – À peu près 500 millions. C’est comme s’il fallait chaque année accueillir deux personnes dans un village de 500 habitants. Vous trouvez que c’est compliqué ? Silence ; ils ne répondent pas et s’appliquent à leur tâche. J’insiste : – Vous trouvez que c’est compliqué ? Je sens que celui qui est le plus près de moi, le plus grand, qui manie le balai et la colle, est prêt à me transformer en support à affiches. Le petit finit par lâcher : – Oui, c’est compliqué. J’enchaîne : – Vous avez déjà vécu dans un pays en guerre ? Le grand : – Non – Moi non plus et on a de la chance. Ces gens-là, ils veulent partir d’un pays en guerre. On peut les aider un peu non ? Ne reste plus que le grand ; le petit est parti farfouiller dans le coffre de la voiture. – Ils vont amener la guerre chez nous. Je veux vivre en paix en Europe – Moi aussi – Je veux protéger la France –Moi aussi mais vous croyez vraiment que des gens qui fuient un pays en guerre vont venir la faire ici ? – C’est une guerre organisée pour envahir l’Europe.

On y est. La théorie du complot. Tout est dit.

Je repars vers la Corniche, l’air est toujours très doux.


Une réflexion au sujet de « « C’est compliqué » »

  1. Je suis loin, Marseille me manque, mais en même temps, « c’est compliqué »….

    Merci d’avoir partagé ce « goût de Marseille ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *