Le vieux monde des indépendantistes catalans

Le 1er octobre 2017 une partie de la Catalogne a voté et Rajoy a servi la cause indépendantiste à coup(s) de matraque et de balles en caoutchouc. Arc-bouté sur la constitution espagnole et l’illégalité du référendum, il a fourni des arguments à ceux qui dénoncent l’oppression d’un régime « néo-franquiste » tandis que l’Union Européenne, comme souvent, regardait ailleurs. En envoyant la Guardia Civil, en interdisant à des gens d’exprimer tranquillement leur point de vue, en poussant à la violence et à des positions extrêmes, Rajoy pourrait arriver bien vite à ce qu’il dit ne pas vouloir. Sauf si Puigdemont, qui semble un grand adepte du rétropédalage, remballe ses projets d’indépendance. Dans les deux camps, le degré zéro de l’intelligence politique (ou alors une stratégie du pire qui m’échappe totalement) et une bonne dose d’irresponsabilité.

Mais revenons à la revendication d’indépendance. Elle me semble terriblement archaïque. Elle relève d’un vieux monde dans lequel l’identité, forcément attachée à un territoire, serait exclusive et excluante. La Catalogne aux Catalans en quelque sorte. Le territoire renvoie à une vision surfacique, comme disent les géographes, de la manière d’être au monde des individus ; le territoire c’est une étendue avec une forme (hexagonale par exemple), une taille et des limites. Au-delà de ces limites commence un autre territoire. Le territoire, c’est incontestablement un élément de ce qui constitue notre identité (je suis d’ici), ce à quoi on appartient ; c’est aussi ce qui nous appartient (c’est à moi ou c’est à nous) et qu’il faudra le cas échéant défendre ou agrandir. Cette manière de penser le monde est fort ancienne. Elle a permis le découpage des espaces continentaux en États selon un modèle parfois qualifié de westphalien (et en général au détriment d’autres pratiques spatiales, nomades et réticulaires, finalement beaucoup plus modernes). Le résultat : un ensemble d’entités spatiales de tailles et de formes variables qui couvrent en totalité la surface terrestre. Cette manière de penser et d’organiser le monde est très structurante ; on se bat encore pour des territoires et parfois à juste titre, mais elle est contestée par d’autres manières d’être au monde.

Les spatialités contemporaines ne sont plus dominées par les territoires et les continuités spatiales. Il est ainsi possible d’être très proche de ce qui est loin et très loin de ce qui est proche ; ou, dit autrement, le proche et le loin ne relèvent plus tellement/seulement de métriques kilométriques[1]. Il n’y a pas de solidarité obligée avec ceux qui sont dans mon environnement immédiat. L’idée selon laquelle le proche (en distance kilométrique) me ressemble – celui qui est proche me ressemble – et que c’est plus loin que commence la différence, ne tient plus.

Bref, si les territorialités continuent de nous constituer, nous vivons aussi dans un monde en réseau où les distances ne se calculent plus seulement en kilomètres, où les télécommunications peuvent créer des proximités inenvisageables jusque là, où le fluide l’emporte souvent sur les territoires bornés et participe de constructions identitaires complexes.

Mais la conception territoriale du rapport au monde résiste. Elle se développe même si on en croit l’exemple catalan. C’est sans doute un phénomène très compréhensible qui mêle quête de pureté et d’identité singulière à des égoïsmes et à une crainte des métissages et des ancrages complexes. Cette vision du monde s’appuie souvent sur la métaphore des racines. Le philologue italien Maurizio Bettini n’y va pas par quatre chemins : son petit livre s’appelle Contre les racines (2017 pour la traduction française). Il met en avant le poids de la fixité dans la métaphore des racines et la conception singulière de l’identité qui en découle. Il fait le lien entre les racines et la terre (qui ne ment pas), « le lieu dont tout naît », ce qui fonde. Surtout, en multipliant les exemples, il montre les dangers que cette manière de penser l’identité fait peser sur les sociétés contemporaines. Je pense aussi à cette citation de Salman Rushdie que l’on répète à l’envi et qui serait en gros : « l’homme n’a pas de racines, il a des pieds. » Elle me plaît et même si je n’ai rien retrouvé qui ressemblait à cela dans ses écrits, cela correspond bien à ce que pense Rushdie de l’enracinement[2]. Contestant cette métaphore de la verticalité, Bettini plaide pour une métaphore de l’horizontalité parce que « la société contemporaine (…) nous met en contact avec tant d’expériences culturelles différentes ». Cette métaphore qui correspond à la fluidité et au mouvement est pour lui celle du fleuve et de ses affluents. Métaphore pour métaphore, le géographe que je suis lui préfère l’image du delta dont les bras s’entrecroisent, se confondent, se séparent, se rejoignent… dans un mélange éloigné de la pureté revendiqué des identités territoriales. Pureté qui d’ailleurs relève souvent du mythe, du fantasme ou d’une réécriture de l’histoire. Bettini prend l’exemple de la… polenta. Ce plat typiquement italien, ce plat de la tradition, ce slogan des fascistes de la Ligue du Nord: « Oui à la polenta, non au couscous », est un plat métis avec le maïs importé d’Amérique Centrale au XVIe siècle, des ramifications en Angola et au Brésil. Bref, un sacré pataquès identitaire.

L’appréhension à base territoriale du rapport au monde qui est celle des indépendantistes les plus déterminés est associée à une conception singulière de l’identité, exclusive et excluante. Nous ne sommes pas mono-identitaires contrairement à ce que les partis et les groupes dits « identitaires » voudraient nous faire croire. Au-delà des obsessions de certains – souvenons-nous du ministère sarkozyste de « l’identité nationale » (et « de l’immigration » ; c’est terrible quand on y réfléchit) –, nous vivons des identités plurielles. Je repense au texte de cette étudiante, Linda, lors d’un travail d’écriture sur les géographies intimes de chacun[3] :

«  je me définis comme Française d’origine algérienne, mais la réalité est plus complexe. Je suis Française, cela ne fait aucun doute : je suis née en France et ma carte d’identité certifie ma nationalité française. J’ai adopté des codes propres à la tradition républicaine française – j’en parle la langue, je connais son histoire et je suis scolarisée dans ce pays. De surcroît, je pense français, je mange français, et je rêve même en français. Je suis aussi Algérienne : je connais la langue, l’histoire et les traditions de ce pays, et mon sang est algérien. Mais d’un autre côté, je ne me sens ni Française, ni Algérienne : je suis une sorte d’hybride, un mélange, une fusion de deux cultures. »

« Je peux être à la fois asiatique, citoyen indien, bengali d’origine bangladeshi, résider au Royaume-Uni ou aux États-Unis… » écrit aussi Amartya Sen dans Identité et violence (2007 pour la traduction française).  À la fois, tout cela en même temps, tout cela à 100%, sans partage, sans division, totalement. C’est la combinaison riche et ouverte de toutes ces identités collectives, territorialisées pour certaines mais pas toujours, qui fait l’identité d’un individu. On peut être européen et cosmopolite comme on peut être homme et féministe, Africain et Français… Et il faudrait ne pas le mesurer, ne pas voir quelqu’un, un franco-portugais par exemple, comme à moitié portugais et à moitié français, mais comme pleinement l’un et l’autre.

Puigdemont et ses fidèles disent implicitement qu’il n’est pas possible d’être Espagnol et Catalan. Ils nient la richesse de la pluri-appartenance et n’en retiennent que les difficultés. Ils imposent de choisir entre Catalogne et Espagne.

L’être humain ne se résume pas à ce qui le distingue des autres. Dire « nous sommes simplement différents » comme le fait un partisan de l’indépendance de la Catalogne (Libération du 2/10/2017) c’est insister sur ce qui nous individualise, ce qui fait notre identité singulière, au détriment de ce qui peut nous lier aux autres. Le passé et la tradition seraient selon Bettini le dernier bastion de la différence, l’espace d’affirmation d’une irréductible singularité qui rendrait impossible la vie avec d’autres. Selon François Jullien dans Il n’y a pas d’identité culturelle (2016), mettre en avant la différence fait entrer dans des logiques classificatrices et identificatrices qui fixent les uns et les autres dans des identités qui insistent sur des essences et débouchent sur des formes de repli. Dire « Nous sommes différents », c’est postuler l’existence d’un monde culturel stable qui selon Jullien est incompatible avec l’idée même de culture dont le propre, pour continuer à exister, est de se transformer en permanence. Insister sur la différence, c’est aussi enfoncer de dangereuses portes ouvertes. Certes, nous sommes tous différents les uns des autres. Faut-il pour autant transformer la planète en 7,5 milliards de territoires individuels ? Est-ce être naïf que d’insister sur ce que nous avons en partage ? Revendiquer la différence, c’est aussi inventer une Catalogne imaginaire qui suppose que ceux qui sont « différents » des autres se ressemblent entre eux. Mais la Catalogne, comme de nombreuses régions du monde, et c’est tant mieux, est un espace de sang-mêlés, depuis l’Antiquité avec des colonies grecques puis des Romains, plus tard des Wisigoths, des Arabes…

C’est sans doute une pensée exigeante que de privilégier les identités souples, ouvertes et complexes aux replis des territorialités identitaires exclusives. Cela nécessite aussi du courage et de l’imagination, de nouvelles politiques, de nouvelles structures, une redéfinition des appartenances. C’est une révolution géopolitique à entreprendre. Le modèle du pavage étatique de l’espace mondial ne cadre plus tout à fait avec les spatialités contemporaines.

Au gouvernement espagnol et aux entités régionales d’inventer des manières renouvelées d’être ensemble qui permettent à chacun de vivre sa complexité identitaire. Mais pour l’instant, dans chaque camp, on joue avec les allumettes : dans celui des indépendantistes celles de la différence et de l’identité singulière, dans celui de l’État espagnol celles d’une réaction autoritaire. Dans les deux cas, à contre-courant de l’histoire d’un monde de réseaux et de complexité où la confrontation à l’altérité est une richesse.

Pour terminer, je reprendrais encore les mots de Linda, comme un message adressé aux indépendantistes catalans comme à tous ceux qui rêvent de remettre des frontières un peu partout :

« L’immigration de mes parents m’a ouvert les portes d’un nouvel horizon – la société française – qui nourrit ma vision du monde et mon identité. Je n’aurais sûrement pas découvert les richesses de ce pays si mes parents étaient restés en Algérie. Aujourd’hui je connais, outre le mode de vie français, des choses qui me seraient inconnues si mes parents n’avaient pas fait le choix de l’immigration : du fromage français, en passant par la poésie de Baudelaire, ou encore aux chansons d’Aznavour. Je vois dans l’immigration, et la diversité qu’elle induit, un enrichissement. »

[1] Voir le texte À distances https://geobuis.hypotheses.org/766

[2] Dans Shame (1983), il écrit : « Roots, I sometimes think, are a conservative myth, designed to keep us in our places. »

[3] Dans Histoires de vies sur ce blog https://geobuis.hypotheses.org/650

 


2 réflexions au sujet de « Le vieux monde des indépendantistes catalans »

  1. Ping : Le vieux monde des indépendantistes catalans – Les punaises de l'info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *