Seuls au Monde

On se croirait au mois d’avril, lorsque les premiers soleils chauffent la peau et mettent la ville entière dehors. De petits groupes piquent-niquent sur les pelouses, d’autres se baladent, pédalent ou rament sur le lac. L’air est doux comme un vieux pull. Je me poste devant la sculpture. La plupart des promeneurs ne semblent même pas la remarquer. Lire la suite

La ville des pas perdus

La ville défile. Je tente de reconnaître des lieux, des rues, des bâtiments, des ambiances mais rien n’accroche. Mon guide tourne à droite, puis à gauche, une rue qui monte, une longue descente, un bar, un petit supermarché ouvert, une agence de la Banco do Brasil, feu rouge/feu vert, ce restaurant… J’ai perdu le cap depuis longtemps. On file entre les bâtiments ; tout se mélange. Ce restaurant peut-être… L’impression d’être déjà passé ici. Seul, je ne saurais même pas quelle direction prendre. Je me laisse guider, je n’ai pas le choix. Le trajet est long. Je guette vainement quelque chose de familier, du déjà-vu, une balise dans l’immensité urbaine.

Et puis brusquement tout s’éclaire. Je reconnais la rue, le centre commercial, le garage automobile ; je sais qu’il faudra tourner à droite et que 50 mètres plus loin, nous serons arrivés. Pendant quelques dizaines de secondes, je suis autonome dans São Paulo. Lire la suite

Ne dites à personne que je suis géographe

La visite commence mal. Sous la carte ancienne, je lis : « Constituée de six peaux assemblées, cette carte davantage politique que géographique est l’œuvre d’un hydrographe marseillais passionné par l’iconographie. »[1]

Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, certains mots font plus de bruit que d’autres, comme s’ils clignotaient ou apparaissaient en surbrillance dans un texte. Je n’y peux rien ; je les repère entre mille et le voudrais-je que je ne pourrais les éviter. Il y a notamment le mot « géographie » (ou « géographe » ou « géographique ») ; chacun ses obsessions. Lire la suite

« C’est compliqué »

Marseille, lundi de Pâques, le cadeau d’un deuxième dimanche pour les mécréants de mon espèce. La ville est astiquée comme doit l’être j’imagine l’argenterie de Buckingham Palace, pétante de lumière après la pluie d’hier. À Marseille, la lumière ne vibre pas; elle n’enveloppe pas non plus les formes en douceur. Elle tranche, cisèle les paysages. Je pars pour un long footing. Plaisir toujours renouvelé de la course sur des parcours inhabituels. Se perdre et se retrouver, tenter de garder le cap en prenant quelques points de repères, découvrir des passages, faire de larges traversées… Marseille est un bonheur, la ville des échappées belles sur la mer ou les espaces urbanisés, sur les collines blanches de calcaire ou sur le port, entre deux immeubles, au bout d’une rue en pente. Lire la suite