La ville des pas perdus

La ville défile. Je tente de reconnaître des lieux, des rues, des bâtiments, des ambiances mais rien n’accroche. Mon guide tourne à droite, puis à gauche, une rue qui monte, une longue descente, un bar, un petit supermarché ouvert, une agence de la Banco do Brasil, feu rouge/feu vert, ce restaurant… J’ai perdu le cap depuis longtemps. On file entre les bâtiments ; tout se mélange. Ce restaurant peut-être… L’impression d’être déjà passé ici. Seul, je ne saurais même pas quelle direction prendre. Je me laisse guider, je n’ai pas le choix. Le trajet est long. Je guette vainement quelque chose de familier, du déjà-vu, une balise dans l’immensité urbaine.

Et puis brusquement tout s’éclaire. Je reconnais la rue, le centre commercial, le garage automobile ; je sais qu’il faudra tourner à droite et que 50 mètres plus loin, nous serons arrivés. Pendant quelques dizaines de secondes, je suis autonome dans São Paulo. Lire la suite

« C’est compliqué »

Marseille, lundi de Pâques, le cadeau d’un deuxième dimanche pour les mécréants de mon espèce. La ville est astiquée comme doit l’être j’imagine l’argenterie de Buckingham Palace, pétante de lumière après la pluie d’hier. À Marseille, la lumière ne vibre pas; elle n’enveloppe pas non plus les formes en douceur. Elle tranche, cisèle les paysages. Je pars pour un long footing. Plaisir toujours renouvelé de la course sur des parcours inhabituels. Se perdre et se retrouver, tenter de garder le cap en prenant quelques points de repères, découvrir des passages, faire de larges traversées… Marseille est un bonheur, la ville des échappées belles sur la mer ou les espaces urbanisés, sur les collines blanches de calcaire ou sur le port, entre deux immeubles, au bout d’une rue en pente. Lire la suite

Serons-nous assez stupides pour nous passer des compétences des réfugiants ?

Il faut suivre. Ces semaines-ci, on assiste en live et en accéléré à la reconfiguration des routes migratoires en Europe. La Hongrie de Viktor Orban ferme sa frontière avec la Serbie par 175 kilomètres de grillages et de barbelés (des « barbelés rasoirs ») ; l’Allemagne, après avoir largement ouvert ses portes, rétablit le contrôle aux frontières ; le passage par la Croatie devient un itinéraire bis, très brièvement, avant que le gouvernement décide à son tour de restreindre l’accès du territoire national aux réfugiants[1] ; plus au nord, il y a l’espoir de la Suède mais la traversée du Danemark est devenue compliquée. Et si de nouvelles barrières se dressent encore, ces hommes, ces femmes et ses enfants que la guerre, la misère ou la dictature ont jetés sur les routes, iront voir ailleurs, inlassablement, prenant toujours plus de risques, y laissant toujours plus d’argent, inventant toujours de nouveaux itinéraires. Ce sera la Bosnie-Herzégovine peut-être ou la Roumanie puis l’Ukraine, avant d’entrer dans l’espace Schengen par la Slovaquie ou la Pologne. N’ayant rien ou presque à perdre, ils seront prêts à tout, montrant une fois de plus à ceux qui veulent boucler l’Europe que c’est peine perdue, qu’ils ne font qu’alimenter les réseaux mafieux et aggraver la souffrance de ceux qui sont en route. Lire la suite

Mode rafale

000001Regard persan. Qui sont ces gens ? Pourquoi sont-ils venus dans ma ville ? Devant ce palais ? De drôles d’objets dans leurs mains, des boîtes ; certaines sont petites, minuscules parfois, d’autres sont plates comme des livres, d’autres encore compactes et noires. On dirait qu’il n’y a que ça qui les intéresse. Que font-ils ? Certains regardent dans leur boîte, d’autres la tiennent à bout de bras (ou au bout d’un long bâton) et la fixent des yeux ; il y a aussi ceux qui regardent l’image du palais qui apparaît sur leur boîte. Après un moment passé à s’agiter, ils vont plus loin, très vite, vers un autre palais et ils recommencent. Je les suis et je comprends : ce qui les intéresse, ce ne sont pas les palais, ce sont les images des palais, souvent même les images d’eux devant les palais. Je m’approche un peu, curieux : toutes les images se ressemblent. Et puis ils partent, toujours pressés, toujours en groupe. Je suis maintenant seul. La façade se découpe sur le fond du ciel dans la lumière dorée du jour qui décline. Je m’approche, caresse la pierre tiédie, détaille les encorbellements, les piliers et le portail. Et je m’en vais aussi, heureux, des images plein la tête.  Lire la suite

Espace-nuit tropicale

Sur la route du marché aux crabes à Kep, un appareil numérique poussé dans ses retranchements, des pixels en tous sens

Sur la route du marché aux crabes à Kep

C’est à Dakar du côté de Point E, dans les petites rues sableuses. L’obscurité est paisible, pas si loin pourtant du vacarme poussiéreux du boulevard Cheik Anta Diop. L’éclairage public ne fonctionne pas. A-t-il jamais fonctionné d’ailleurs ? Quelques lumières balisent le chemin : l’entrée d’un restaurant, le rectangle laiteux d’un écran de portable, l’ampoule unique d’une petite boutique. C’est la lune presque pleine ce soir qui creuse dans les replis ombreux; quelques discussions chuchotées sous les grands arbres. L’air est doux sur les bras ; sensation de pouvoir rester dehors des heures, la nuit entière peut-être. Lire la suite