Traversées urbaines (3) Trouver le centre

Pour expérimenter la centralité, et la périphéricité, il faut trouver le centre ; la périphérie viendra avec. Faut-il écrire ces mots au singulier ou au pluriel ? Pour « périphérie » le pluriel semble s’imposer. Mais un centre ou des centres ? Dans nombre de villes, au centre historique s’est ajouté (ou substitué) un nouveau centre. Ainsi, à Lyon (puisque que c’est de cette ville dont il sera question ici), le quartier de la Part-Dieu a, pour certaines personnes en tout cas, pris le pas sur le centre traditionnel du côté de la Presqu’île (entre Rhône et Saône). L’activité commerciale, un des marqueurs de centralité, y est devenue plus importante que n’importe où ailleurs dans la ville. On retrouve ce genre de situation dans d’autres villes françaises où, en général à la suite d’une opportunité foncière, les années 1970-80 nous ont donné cet urbanisme sur dalle dont on ne sait pas toujours comment se débarrasser aujourd’hui. Lire la suite

Espaces publicitaires

Au premier coup d’œil, on se dit qu’ils sont gonflés chez MacDo : faire la promotion des régions françaises et des races bovines hexagonales pour vendre des hamburgers, c’est un peu fort. Le bœuf du Charolais, mais aussi celui du Limousin et de Normandie au milieu d’un pain rond. Lire la suite

Traversées urbaines (2) Centres et périphéries en modèle

Dans le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (2003), Jacques Lévy et Michel Lussault ne proposent pas d’entrée « centre », pas d’entrée « périphérie » non plus. On passe directement au modèle, au couple : « centre/périphérie ». D’emblée, les auteurs nous installent dans une relation, dans un rapport hiérarchique. C’était déjà le propos d’Alain Reynaud une vingtaine d’années plus tôt avec des tentatives de typologiser les formes de cette relation, ses évolutions, ses rétroactions, ses renversements, la nature des rapports de force. Lire la suite

Traversées urbaines (1) Premiers pas

Qu’est-ce qu’un centre ? Qu’est-ce qu’une périphérie ? De mes diverses lectures sur le sujet émergent toujours les mots d’Alain Reynaud, plutôt ceux qu’il a emprunté selon ses dires à une comédie italienne du XVIIIe siècle : « Le centre, c’est l’endroit où les choses se passent ». Il écrit cela dans Société, espace et justice (1981), un des premiers textes géographiques qui m’ait marqué.

Mais quelle « choses » ? Et que se passe-t-il exactement qui ne se passe pas ou se passe moins ailleurs ? Comment se marque le passage d’un espace à un autre ? Une rupture nette, un gradient, des échos de centralité qui s’atténuent peu à peu ? Lire la suite