Ne dites à personne que je suis géographe

La visite commence mal. Sous la carte ancienne, je lis : « Constituée de six peaux assemblées, cette carte davantage politique que géographique est l’œuvre d’un hydrographe marseillais passionné par l’iconographie. »[1]

Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, certains mots font plus de bruit que d’autres, comme s’ils clignotaient ou apparaissaient en surbrillance dans un texte. Je n’y peux rien ; je les repère entre mille et le voudrais-je que je ne pourrais les éviter. Il y a notamment le mot « géographie » (ou « géographe » ou « géographique ») ; chacun ses obsessions. Lire la suite

Le « Sud » : un imaginaire dans la fabrique du Monde

Le premier souvenir, c’est celui de l’arrivée[1]. Ces lumières survolées longtemps : Mexico, « la plus grande ville du monde ». C’était au milieu des années 80. La suite est plus confuse, sans doute les yeux écarquillés et le nez collé à la vitre du taxi qui nous conduisait à l’hôtel. La nuit était tombée depuis longtemps, des rues désertées sous des éclairages chiches. Le lendemain, tôt sans doute, impatient d’en découdre avec la mégalopole, je suis sorti. La ville était comme d’autres, avec ses rues, ses voitures et ses immeubles. Naïvement, j’avais rêvé d’une altérité radicale, d’un monde coloré et exotique, avec de la pauvreté en spectacle, des plantes inconnues, des odeurs nouvelles : du « Sud ». Lire la suite

Histoires de vies

Outre leur enthousiasme de néo-étudiants, le bonheur, avec cette classe un peu spéciale installée au sein de l’ENS Lettres de Lyon, c’est l’absence de programme, la possibilité de choisir un thème et d’y consacrer suffisamment de temps pour ne pas avoir l’impression que l’enseignement se transforme en course de vitesse dans laquelle seuls les plus rapides tiennent le rythme.

On échange, on bute sur des documents un peu ardus, on revient sur une conversation précédente, on définit de nouveau un concept, on cherche ; on ne perd pas de temps mais on prend le temps, du temps fondamental : le temps de l’apprentissage, le temps de se tromper et celui de trouver. C’est aussi le temps du faire, plus que celui du regarder faire (regarder l’enseignant faire de la géographie). Lire la suite

Rio et ses doubles

Footing matinal. Je devise tranquillement avec mon habituel compagnon de course. Un panneau Decaux m’arrête, une image : la publicité pour le film Favelas[1]. Je me lancerais volontiers dans une interprétation mais nous avons encore quelques kilomètres à parcourir. On reprend le rythme. Pourtant chemin faisant, impossible de ne pas y penser. Je me remémore ce temps lointain déjà, où mes recherches me conduisaient à analyser des multitudes d’images de manuels scolaires. Les mots et les idées se bousculent : Rio, favelas, Pain de Sucre, Corcovado, marqueurs spatiaux, principe de reconnaissance, représentation dominante… Lire la suite

En rangs

« Merci de remettre les tables en place à la fin du cours ». Et si certains n’ont pas bien compris ce qu’est « en place », un petit dessin indique la disposition attendue. Mais c’est en général inutile, « en place » tous les profs savent ce que cela veut dire.

Il y a parfois ce genre de consignes dans les salles de classe. Je n’en connais pas la source. Sont-ce les personnes qui entretiennent les locaux qui en font la demande ? Si c’est le cas, je ne suis pas convaincu que quelque disposition que ce soit rende la tâche plus facile : il faut toujours aller balayer sous les tables et ce n’est jamais commode. Qu’importe, ce message est l’expression d’une norme spatiale implicite : « en place » c’est ce que doit être une disposition de salle de classe[1]. Lire la suite