Traversées urbaines (3) Trouver le centre

Pour expérimenter la centralité, et la périphéricité, il faut trouver le centre ; la périphérie viendra avec. Faut-il écrire ces mots au singulier ou au pluriel ? Pour « périphérie » le pluriel semble s’imposer. Mais un centre ou des centres ? Dans nombre de villes, au centre historique s’est ajouté (ou substitué) un nouveau centre. Ainsi, à Lyon (puisque que c’est de cette ville dont il sera question ici), le quartier de la Part-Dieu a, pour certaines personnes en tout cas, pris le pas sur le centre traditionnel du côté de la Presqu’île (entre Rhône et Saône). L’activité commerciale, un des marqueurs de centralité, y est devenue plus importante que n’importe où ailleurs dans la ville. On retrouve ce genre de situation dans d’autres villes françaises où, en général à la suite d’une opportunité foncière, les années 1970-80 nous ont donné cet urbanisme sur dalle dont on ne sait pas toujours comment se débarrasser aujourd’hui. Lire la suite

Le « Sud » : un imaginaire dans la fabrique du Monde

Le premier souvenir, c’est celui de l’arrivée[1]. Ces lumières survolées longtemps : Mexico, « la plus grande ville du monde ». C’était au milieu des années 80. La suite est plus confuse, sans doute les yeux écarquillés et le nez collé à la vitre du taxi qui nous conduisait à l’hôtel. La nuit était tombée depuis longtemps, des rues désertées sous des éclairages chiches. Le lendemain, tôt sans doute, impatient d’en découdre avec la mégalopole, je suis sorti. La ville était comme d’autres, avec ses rues, ses voitures et ses immeubles. Naïvement, j’avais rêvé d’une altérité radicale, d’un monde coloré et exotique, avec de la pauvreté en spectacle, des plantes inconnues, des odeurs nouvelles : du « Sud ». Lire la suite

Une cuisine, la nuit

« Une cuisine, la nuit ». Ce sont les premiers mots, c’est ainsi que ça commence. Une cuisine, la nuit ; unité de lieu, unité de temps. Une femme qui écoute la radio. Ce monde étrange de la radio la nuit avec des voix qui se détachent, qui remplissent l’espace.

Elle entend « Lampedusa ». C’est un naufrage en Méditerranée, au large de Lampedusa, un de plus, des centaines de morts. On est en octobre 2013. Lire la suite

Au ralenti

La mode est au slow (slow food bien sûr, mais aussi slow city ou slow tourism)[1], mais la thématique reste encore originale en géographie. La revue en ligne Carnets de géographes[2] consacre son numéro 8 aux géographies de la lenteur. Il est accompagné de quelques photographies choisies à l’issue d’un petit concours. J’en avais proposé deux et pour mon grand plaisir, une d’entre-elles a été sélectionnée.

Cette photo, je la propose de nouveau ici avec un texte de présentation plus long, la seconde aussi et en prime les autres images auxquelles j’avais pensées dans la perspective de ce concours. Outre Ho Chi Minh Ville et le Mékong, on reconnaîtra (ou pas) d’autres vues du Vietnam, Manhattan, une gare en Inde, des paysages marocains, une vue de Madras (Chennai) et Praia au Cap Vert. Lire la suite