Le « Sud » : un imaginaire dans la fabrique du Monde

Le premier souvenir, c’est celui de l’arrivée[1]. Ces lumières survolées longtemps : Mexico, « la plus grande ville du monde ». C’était au milieu des années 80. La suite est plus confuse, sans doute les yeux écarquillés et le nez collé à la vitre du taxi qui nous conduisait à l’hôtel. La nuit était tombée depuis longtemps, des rues désertées sous des éclairages chiches. Le lendemain, tôt sans doute, impatient d’en découdre avec la mégalopole, je suis sorti. La ville était comme d’autres, avec ses rues, ses voitures et ses immeubles. Naïvement, j’avais rêvé d’une altérité radicale, d’un monde coloré et exotique, avec de la pauvreté en spectacle, des plantes inconnues, des odeurs nouvelles : du « Sud ». Lire la suite

Une cuisine, la nuit

« Une cuisine, la nuit ». Ce sont les premiers mots, c’est ainsi que ça commence. Une cuisine, la nuit ; unité de lieu, unité de temps. Une femme qui écoute la radio. Ce monde étrange de la radio la nuit avec des voix qui se détachent, qui remplissent l’espace.

Elle entend « Lampedusa ». C’est un naufrage en Méditerranée, au large de Lampedusa, un de plus, des centaines de morts. On est en octobre 2013. Lire la suite

Au ralenti

La mode est au slow (slow food bien sûr, mais aussi slow city ou slow tourism)[1], mais la thématique reste encore originale en géographie. La revue en ligne Carnets de géographes[2] consacre son numéro 8 aux géographies de la lenteur. Il est accompagné de quelques photographies choisies à l’issue d’un petit concours. J’en avais proposé deux et pour mon grand plaisir, une d’entre-elles a été sélectionnée.

Cette photo, je la propose de nouveau ici avec un texte de présentation plus long, la seconde aussi et en prime les autres images auxquelles j’avais pensées dans la perspective de ce concours. Outre Ho Chi Minh Ville et le Mékong, on reconnaîtra (ou pas) d’autres vues du Vietnam, Manhattan, une gare en Inde, des paysages marocains, une vue de Madras (Chennai) et Praia au Cap Vert. Lire la suite

Notes en marche

L’herbe est jaune et cassante. Depuis le début de l’été, on ne parle que de sécheresse et de canicule (un de ces mots surgi dans l’espace médiatique depuis quelques années). Les prés ont partout cette couleur fauve ; on se croirait dans l’arrière-pays andalou ou dans les collines du côté de Marrakech, pas dans le Jura. Dans les sous-bois, des sensations d’automne avec des feuilles déjà mortes qui craquent sous le pas. Lire la suite

Serons-nous assez stupides pour nous passer des compétences des réfugiants ?

Il faut suivre. Ces semaines-ci, on assiste en live et en accéléré à la reconfiguration des routes migratoires en Europe. La Hongrie de Viktor Orban ferme sa frontière avec la Serbie par 175 kilomètres de grillages et de barbelés (des « barbelés rasoirs ») ; l’Allemagne, après avoir largement ouvert ses portes, rétablit le contrôle aux frontières ; le passage par la Croatie devient un itinéraire bis, très brièvement, avant que le gouvernement décide à son tour de restreindre l’accès du territoire national aux réfugiants[1] ; plus au nord, il y a l’espoir de la Suède mais la traversée du Danemark est devenue compliquée. Et si de nouvelles barrières se dressent encore, ces hommes, ces femmes et ses enfants que la guerre, la misère ou la dictature ont jetés sur les routes, iront voir ailleurs, inlassablement, prenant toujours plus de risques, y laissant toujours plus d’argent, inventant toujours de nouveaux itinéraires. Ce sera la Bosnie-Herzégovine peut-être ou la Roumanie puis l’Ukraine, avant d’entrer dans l’espace Schengen par la Slovaquie ou la Pologne. N’ayant rien ou presque à perdre, ils seront prêts à tout, montrant une fois de plus à ceux qui veulent boucler l’Europe que c’est peine perdue, qu’ils ne font qu’alimenter les réseaux mafieux et aggraver la souffrance de ceux qui sont en route. Lire la suite