Chypre(s)

J’ai dans mon passeport un visa pour un pays qui n’existe guère ; un pays qui n’est reconnu que par un autre: la Turquie. Ce pays c’est la République Turque de Chypre du Nord. Pour l’ONU, il est une partie de la République de Chypre mais comment la pratique spatiale permettrait d’y croire lorsqu’au sein de cet État, il y a des barbelés, des murs, des contrôles ? Je ne connais que la « capitale  » de la RTCN : Nicosie (ou plutôt Lefkosa en turc). Ce fut seulement une brève incursion de « l’autre côté ». Si Nicosie – la « ville » dans son entier – est largement défigurée par cette frontière absurde, la partie « turque » l’est plus particulièrement. Rues fermées, immeubles à l’abandon, terrain vagues du no man’s land. Sensation d’une grande tristesse, d’un renoncement à faire ville; sentiment d’être nulle part, dans un pays absent.

 

 

 

La frontière vue de la République Turque de Chypre Nord 

Une rue fermée qui sert de zone tampon ; plus de trente ans d’abandon

 

No man’s land 

 

 

La rue Ledra était la principale rue commerçante de la ville. Avec le conflit, elle est devenue un double cul-de-sac ; depuis 2008, elle est ouverte de nouveau mais la frontière est toujours là.
 

 

La frontière vue de la République de Chypre 

 

À Larnaca (République de Chypre)

 

À Larnaca (République de Chypre)

À Larnaca (République de Chypre)