À distances

Elle déjeune à Los Angeles lorsqu’il s’apprête à sortir dans Barcelone. Il se lève, elle va se coucher. Leurs temps sont désaccordés ; chacun son tempo. Quelques mois avant, tout collait merveilleusement. C’était le temps des petits déjeuners complices, des siestes sous la couette, du moment délicieux où l’on sort dans la rue. C’était le temps de la coprésence. Lire la suite

Nos amarres larguées

Il suffit d’un pas. Les portes vitrées s’ouvrent, se referment. C’est fini ; on est ailleurs, déjà plus là. C’est le monde climatisé de l’aéroport, un espace d’entre deux lieux, un espace tiers avec ses règles et sa vie propre. Un monde étanche ou presque, un monde étrange, hors du Monde, sans attaches, au-delà des cultures et des nations. On y parle l’anglais international, les prix sont affichés en dollars, tout est très cher. L’aéroport est hors-sol, il emprunte aux standards internationaux plus qu’au pays dans lequel il se situe, si on peut le dire ainsi car un aéroport ne se situe guère, plus précisément, rien ou presque ne le situe, ne le lie au sol d’un territoire. Lire la suite