Ne dites à personne que je suis géographe

La visite commence mal. Sous la carte ancienne, je lis : « Constituée de six peaux assemblées, cette carte davantage politique que géographique est l’œuvre d’un hydrographe marseillais passionné par l’iconographie. »[1]

Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, certains mots font plus de bruit que d’autres, comme s’ils clignotaient ou apparaissaient en surbrillance dans un texte. Je n’y peux rien ; je les repère entre mille et le voudrais-je que je ne pourrais les éviter. Il y a notamment le mot « géographie » (ou « géographe » ou « géographique ») ; chacun ses obsessions. Lire la suite

Enseigner la géographie : pour une citoyenneté active et critique

La géographie est inscrite dans les programmes scolaires depuis si longtemps – en fait depuis que des textes définissant les contenus à enseigner existent – que sa légitimité, même fortement dépendante de celle de l’histoire, n’est plus discutée. Cet enseignement comme d’autres apparaît comme une sorte d’ « objet naturel » dans les cursus scolaires en France. Pourtant, il semble salutaire d’interroger ce type d’évidence, de bousculer les certitudes tranquilles, de remettre en cause des formes de naturalisation de la pensée : pourquoi enseigner la géographie ? À quoi est-ce que cela sert ? Pourquoi cette discipline et ses programmes depuis environ deux siècles dans les cursus de l’enseignement primaire et secondaire en France ? Et in fine, doit-on continuer à proposer cet enseignement aux élèves et sous quelle forme ? Lire la suite

Pour des pratiques réflexives dans l’enseignement de la géographie

« Il ny a pas de Vrai ! Il ny a que des manières de voir. »

J’utilise souvent ces deux phrases de Flaubert dans mes enseignements. Mais je ne m’étais jamais interrogé plus avant sur leur contexte d’écriture. Je savais qu’il s’agissait de sa correspondance, rien d’autre. Magie du Net, en quelques clics, la question fut réglée : c’est une lettre datée de la nuit du 2 au 3 février 1880 adressée à Léon Hennique, un autre homme de plume, un romancier naturaliste et auteur de pièces de théâtre dont j’ignorais jusqu’à maintenant l’existence. Le propos concerne le naturalisme en littérature. Flaubert écrit :

Cette manie de croire qu’on vient de découvrir la nature et qu’on est plus vrai que les devanciers m’exaspère. La Tempête de Racine est tout aussi vraie que celle de Michelet. Il n’y a pas de Vrai ! Il n’y a que des manières de voir. Est-ce que la photographie est ressemblante ? Pas plus que la peinture à l’huile, ou tout autant. 

  Lire la suite