Ne dites à personne que je suis géographe

La visite commence mal. Sous la carte ancienne, je lis : « Constituée de six peaux assemblées, cette carte davantage politique que géographique est l’œuvre d’un hydrographe marseillais passionné par l’iconographie. »[1]

Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, certains mots font plus de bruit que d’autres, comme s’ils clignotaient ou apparaissaient en surbrillance dans un texte. Je n’y peux rien ; je les repère entre mille et le voudrais-je que je ne pourrais les éviter. Il y a notamment le mot « géographie » (ou « géographe » ou « géographique ») ; chacun ses obsessions. Lire la suite