Le vieux monde des indépendantistes catalans

Le 1er octobre 2017 une partie de la Catalogne a voté et Rajoy a servi la cause indépendantiste à coup(s) de matraque et de balles en caoutchouc. Arc-bouté sur la constitution espagnole et l’illégalité du référendum, il a fourni des arguments à ceux qui dénoncent l’oppression d’un régime « néo-franquiste » tandis que l’Union Européenne, comme souvent, regardait ailleurs. En envoyant la Guardia Civil, en interdisant à des gens d’exprimer tranquillement leur point de vue, en poussant à la violence et à des positions extrêmes, Rajoy pourrait arriver bien vite à ce qu’il dit ne pas vouloir. Sauf si Puigdemont, qui semble un grand adepte du rétropédalage, remballe ses projets d’indépendance. Dans les deux camps, le degré zéro de l’intelligence politique (ou alors une stratégie du pire qui m’échappe totalement) et une bonne dose d’irresponsabilité. Lire la suite

Histoires de vies

Outre leur enthousiasme de néo-étudiants, le bonheur, avec cette classe un peu spéciale installée au sein de l’ENS Lettres de Lyon, c’est l’absence de programme, la possibilité de choisir un thème et d’y consacrer suffisamment de temps pour ne pas avoir l’impression que l’enseignement se transforme en course de vitesse dans laquelle seuls les plus rapides tiennent le rythme.

On échange, on bute sur des documents un peu ardus, on revient sur une conversation précédente, on définit de nouveau un concept, on cherche ; on ne perd pas de temps mais on prend le temps, du temps fondamental : le temps de l’apprentissage, le temps de se tromper et celui de trouver. C’est aussi le temps du faire, plus que celui du regarder faire (regarder l’enseignant faire de la géographie). Lire la suite

Habiter quand même

Prenez un individu quelconque, mettez-le dans une situation de dépaysement absolu et observez[1]. On peut commencer par l’histoire de Budaï. C’est un spécialiste de l’étymologie des langues. Il se rend à Helsinki pour un congrès. Dans l’avion, fatigué, il s’endort. Encore ensommeillé lors de l’atterrissage, c’est comme un somnambule qu’il franchit les étapes imposées du parcours aéroportuaire : formalités douanières, bagages qu’il récupérera plus tard à l’hôtel, quête du bus pour le centre-ville. La nuit est tombée. Le bus démarre et traverse des paysages suburbains avant de stopper devant l’hôtel. On lui fait signe de descendre ; quelques instants lui suffisent pour réaliser : il n’est pas à Helsinki. Lire la suite

Un projet d’Europe

Avec quelques collègues, nous tentons de construire un projet de formation des enseignants autour de la question de l’Europe et de ses frontières. Je l’écris ainsi car en la matière, l’argent est le nerf de la guerre et tout dépendra des financements obtenus. Pour traiter de l’Europe, notre équipe est européenne et la coprésence ne sera jamais, et c’est heureux, remplacée par les télécommunications ; même si toutes les technologies à notre disposition aujourd’hui sont précieuses. Une journée de débats au contact de l’autre, une discussion autour d’une bière ou d’un bon repas sont indispensables pour faire avancer les projets. Bonne nouvelle, mais on le savait déjà, ce n’est pas la fin de la géographie et l’effacement de la distance par ce fameux « temps réel » (expression qui continue à m’échapper) qui permet la communication sans délai. Bref, d’un bout à l’autre de l’Europe, il nous faut nous rencontrer et cela coûte. Lire la suite

Où est Madagascar ?

Un besoin et une nécessité : on classe tout, c’est Le démon du classement (Georges Vigneaux, 1999). On classe les insectes, les activités économiques, les cailloux, les couleurs, les nuages, les vaches, les États. On fait des groupes et des sous-groupes, on met dans des cases, on ajoute des étiquettes. On met de l’ordre dans le monde et dans nos têtes. À chaque classement, sa logiques, ses références, son paradigme. Parfois, il faudrait faire le ménage et se débarrasser des classements qui ne disent plus rien du monde, mais comme on les trouve commodes, simples, didactiques, on les garde encore un peu, ou encore longtemps.

La question du classement en géographie est très intéressante ; j’y reviendrais sûrement. Mais ce qui est sûr, c’est que parmi toutes les mises en ordre géographiques du monde, il en est une qui résiste furieusement à toutes les tempêtes, à toutes les révolutions scientifiques, à tous les tournants spatiaux, c’est le découpage continental. Cinq continents[1], cinq couleurs sur la carte, cinq « races » (de quelle couleur sont les Océaniens ?) ; on est tranquille, tout est en place. Même si la limite Nord-Sud n’est pas mal non plus, il n’y a jamais eu d’aussi belle invention[2] géographico-scolaire que le continent.

Madagascar, comme la Turquie, le Caucase ou l’Arabie, pourrait être un grain de sable dans l’ordre continental ; mais on ne s’embarrasse généralement pas de ce genre de questions. On range la Grande île dans la boîte africaine, tant pis si ça déborde un peu. Et ça déborde un peu. Dans le grand remue-ménage de la dislocation du Gondwana, l’île part en balade vers le nord-est accompagnant un grand morceau d’espace qui sera plus ou moins l’Inde actuelle, mais la plaque indienne est plus rapide et se prépare à la grande collision himalayenne. Pendant ce temps, Madagascar traîne sa flemme et se pose dans l’Océan Indien après avoir fait seulement 400 kilomètres. Ça, c’est le début. Après, il y a des centaines d’années de circulations et d’hybridations. Madagascar est une île métisse : une langue austronésienne enrichie d’apports sanscrits, bantous et arabes ; le riz et le zébu, la cuisine chinoise, les baobabs et les lémuriens.[3]

Photographier Madagascar ? On fait souvent les images que l’on a dans la tête. J’ai vu une île singulière, d’aucun continent. Malgache.


[1] Cinq, c’est pour la vision française, peut-être européenne. Ailleurs, c’est autrement : on ajoute l’Antarctique, on fait de l’Europe un prolongement de l’Asie, on sépare les deux Amériques… Le bel ordre n’est que relatif.

[2] Christian Grataloup, 2009, L’invention des continents. Comment l’Europe a découpé le monde, Larousse.

[3] Catherine Fournet-Guérin , « La dimension spatiale du fait national à Madagascar : un État-nation en Afrique ? », L’Espace Politique 7 | 2009-1 : http://espacepolitique.revues.org/index1244.html

 

L1010015

L1010104

L1010113

L1010164

L1010268

L1010343

L1010679

L1010720

L1010779

L1010827

L1010932

L1010997

L1020003

L1020051