Le « Sud » : un imaginaire dans la fabrique du Monde

Le premier souvenir, c’est celui de l’arrivée[1]. Ces lumières survolées longtemps : Mexico, « la plus grande ville du monde ». C’était au milieu des années 80. La suite est plus confuse, sans doute les yeux écarquillés et le nez collé à la vitre du taxi qui nous conduisait à l’hôtel. La nuit était tombée depuis longtemps, des rues désertées sous des éclairages chiches. Le lendemain, tôt sans doute, impatient d’en découdre avec la mégalopole, je suis sorti. La ville était comme d’autres, avec ses rues, ses voitures et ses immeubles. Naïvement, j’avais rêvé d’une altérité radicale, d’un monde coloré et exotique, avec de la pauvreté en spectacle, des plantes inconnues, des odeurs nouvelles : du « Sud ». Lire la suite