Où est Madagascar ?

Un besoin et une nécessité : on classe tout, c’est Le démon du classement (Georges Vigneaux, 1999). On classe les insectes, les activités économiques, les cailloux, les couleurs, les nuages, les vaches, les États. On fait des groupes et des sous-groupes, on met dans des cases, on ajoute des étiquettes. On met de l’ordre dans le monde et dans nos têtes. À chaque classement, sa logiques, ses références, son paradigme. Parfois, il faudrait faire le ménage et se débarrasser des classements qui ne disent plus rien du monde, mais comme on les trouve commodes, simples, didactiques, on les garde encore un peu, ou encore longtemps.

La question du classement en géographie est très intéressante ; j’y reviendrais sûrement. Mais ce qui est sûr, c’est que parmi toutes les mises en ordre géographiques du monde, il en est une qui résiste furieusement à toutes les tempêtes, à toutes les révolutions scientifiques, à tous les tournants spatiaux, c’est le découpage continental. Cinq continents[1], cinq couleurs sur la carte, cinq « races » (de quelle couleur sont les Océaniens ?) ; on est tranquille, tout est en place. Même si la limite Nord-Sud n’est pas mal non plus, il n’y a jamais eu d’aussi belle invention[2] géographico-scolaire que le continent.

Madagascar, comme la Turquie, le Caucase ou l’Arabie, pourrait être un grain de sable dans l’ordre continental ; mais on ne s’embarrasse généralement pas de ce genre de questions. On range la Grande île dans la boîte africaine, tant pis si ça déborde un peu. Et ça déborde un peu. Dans le grand remue-ménage de la dislocation du Gondwana, l’île part en balade vers le nord-est accompagnant un grand morceau d’espace qui sera plus ou moins l’Inde actuelle, mais la plaque indienne est plus rapide et se prépare à la grande collision himalayenne. Pendant ce temps, Madagascar traîne sa flemme et se pose dans l’Océan Indien après avoir fait seulement 400 kilomètres. Ça, c’est le début. Après, il y a des centaines d’années de circulations et d’hybridations. Madagascar est une île métisse : une langue austronésienne enrichie d’apports sanscrits, bantous et arabes ; le riz et le zébu, la cuisine chinoise, les baobabs et les lémuriens.[3]

Photographier Madagascar ? On fait souvent les images que l’on a dans la tête. J’ai vu une île singulière, d’aucun continent. Malgache.


[1] Cinq, c’est pour la vision française, peut-être européenne. Ailleurs, c’est autrement : on ajoute l’Antarctique, on fait de l’Europe un prolongement de l’Asie, on sépare les deux Amériques… Le bel ordre n’est que relatif.

[2] Christian Grataloup, 2009, L’invention des continents. Comment l’Europe a découpé le monde, Larousse.

[3] Catherine Fournet-Guérin , « La dimension spatiale du fait national à Madagascar : un État-nation en Afrique ? », L’Espace Politique 7 | 2009-1 : http://espacepolitique.revues.org/index1244.html

 

L1010015

L1010104

L1010113

L1010164

L1010268

L1010343

L1010679

L1010720

L1010779

L1010827

L1010932

L1010997

L1020003

L1020051

Les deux routes

La baie des épaves à Tolagnaro

« Tolagnaro, sud-est de Madagascar. Après deux longues journées de poussière et de cahots, les premières maisons de la ville. La « route » « nationale » 13 (cela mérite bien deux paires de guillemets) par laquelle on arrive est une piste en sale état. C’est la saison sèche, on s’en tire bien. À l’entrée de la ville donc, on croise une belle route, vraiment belle : large, plate et goudronnée. Moulus et crasseux, on espère l’hôtel sans se poser plus de questions ; on verra ça plus tard.»

C’est comme ça qu’en septembre 2007, je débutais l’écriture d’un texte sur ce que j’analysais alors comme une forme de néocolonialisme : une multinationale qui exploite les richesses de Madagascar (par la « belle route ») et une population malgache qui, au quotidien, subit les conséquences de la pauvreté du pays (et se déplace sur la « piste en sale état»).

Le texte est resté dans l’ordinateur mais cette histoire n’a pas cessé de me préoccuper. Depuis 2007, la Chinafrique (mais d’autres États développent les mêmes logiques) a fait son apparition avec son lot de critiques et de dénonciations. Après quelques soubresauts électoraux violents, Madagascar a disparu des écrans médiatiques. Que se passe-t-il à Tolagnaro aujourd’hui ? Je n’ai malheureusement pas pu y retourner pour l’instant. Mais, j’ai repris mes notes, j’ai actualisé quelques données et je me suis rendu compte que pour l’essentiel, rien n’avait changé.

Tolagnaro (la colonisation nous a laissé aussi le nom de Fort-Dauphin) est une ville de peut-être 70 000 habitants située à l’extrême sud-est de l’île, sur le littoral. Lors de notre séjour en 2007, elle était le théâtre d’une animation peu coutumière aux villes malgaches. De gros camions, des véhicules tout terrains flambants neufs qui sillonnaient les rues ; dans les restaurants, des « vazaha » (étrangers) qui déjeunaient : surtout des hommes, des dossiers posés près d’eux, ce n’étaient manifestement pas des touristes. D’ailleurs, au grand dam de ces derniers, ils occupaient aussi, pour de longues périodes, les hôtels de la ville. Dans les rues principales, des établissements bancaires et des immeubles de bureaux, tous très récents, offraient aux regards des passants leurs façades de verre et d’aluminium en contraste avec l’architecture locale. C’est en s’éloignant de l’océan, lorsque l’on s’enfonçait dans les étroites ruelles sableuses que l’on retrouvait le rythme de la vie malgache : « mora, mora » (une expression très populaire que l’on peut traduire par « tranquille, tranquille »).

Jours tranquilles à Tolagnaro

Les raisons de cette activité ? Le sous-sol de la région, riche en ressources minières, principalement de l’ilménite, un oxyde de fer et de titane dont les usages sont nombreux : fabrication de peintures, protection du creuset des hauts-fourneaux, prothèses dentaires et médicales, alliages pour l’aéronautique et l’aérospatiale… On estime les réserves à 40 ans. C’est l’explication de la «belle route » : relier les mines au nouveau port d’Ehoala. C’est sa fonction exclusive. Du sous-sol malgache aux usines de traitement canadiennes, d’un pays pauvre à un pays riche; en direct. Des mines au port, il y a QMM (QIT Madagascar Minerals S.A.), filiale de la multinationale Rio Tinto, une société anglo-australienne qui figure parmi les leaders mondiaux de l’exploitation minière. QMM est détenu à hauteur de 20% par l’État malgache et pour les 80% restants par Rio Tinto qui dispose de ce fait du pouvoir de décision. Une belle route, comme au temps des colonies et de « l’œuvre positive » (cela dépend pour qui) de la colonisation.

Et puis il y l’autre route, c’est celle des Malgaches, ceux qui viennent du sud en tout cas ; du nord, il ne faut pas trop y compter, les liaisons sont encore plus aléatoires. Cette route nationale 13 relie Toliara (Tuléar) à Tolagnaro. Il faut deux à trois jours en saison sèche pour effectuer les 500 kilomètres séparant les deux villes ; beaucoup plus en saison des pluies. Madagascar est un pays très pauvre. La population manque de tout. Les famines ne sont pas rares et des maladiesd’un autre âge font régulièrement leur apparition. Les infrastructures sont défaillantes ; j’ai mentionné les routes, mais il faudrait parler aussi de l’électricité presque totalement absente des campagnes ou de la rareté de l’eau courante dans tout le sud de l’île (À une cinquantaine de kilomètres de Tolagnaro, sur la RN13, des hommes et des femmes parcourent régulièrement, à pied, en vélo ou en charrettes à zébus la trentaine de kilomètres qui séparent la ville d’Ambovombe du fleuve où ils vont remplir quelques bidons).

Se procurer de l’eau

Est-ce que l’exploitation des ressources de la région de Tolognaro est susceptible de changer quelque chose ? L’arrivée de Rio Tinto a permis la création d’emplois (on parle de 1 300 personnes recrutées localement); une école professionnelle a été créée; Rio Tinto financerait aussi diverses opérations, en direction des jeunes notamment. Mais est-ce assez ? Est-ce qu’un développement endogène n’aurait pas permis de faire plus ? On peut s’interroger sur le rôle de la Banque Mondiale qui a soutenu un modèle de développement exogène fondé sur l’investissement direct à l’étranger. Est-ce son rôle ? N’aurait-il mieux valu fournir aux Malgaches les moyens d’exploiter eux-mêmes leurs ressources ? Plus facile à dire qu’à faire ? Peut-être. Je suis très ignorant de ces sujets. Mais quand même ; je pense de nouveau à la route, la « belle » ; c’est par là qu’une ressource du pays s’en va. Les Malgaches ont quelques miettes. Mais c’est Rio Tinto qui décide, qui fixe le niveau des salaires, qui engrange les bénéfices. Bien sûr, l’État malgache peut compter sur des rentrées fiscales et des dividendes qui se monteraient après une dizaine d’années d’exploitation à environ 26 Millions de dollars par an ; une somme certes non négligeable pour le pays mais dérisoire par rapport aux bénéfices escomptés pour Rio Tinto. La vie quotidienne des Malgaches reste difficile ; c’est sur l’autre route, la RN13, que se passe leur quotidien, à transporter de l’eau, à se déplacer en charrette à zébus pour aller vendre ou acheter quelques produits au marché. À Tolagnaro, certains salaires ont augmenté, mais les prix eux, ont augmenté pour tout le monde. Sur la toile, quelques sites alternatifs parlent d’accaparement des terres, de non-respect des engagements environnementaux, de hausse des prix. Sur la toile toujours, on croise souvent Rio Tinto ; la multinationale communique beaucoup sur ses actions sociales et environnementales. Aurait-elle quelque chose à se reprocher ? Je ne sais pas mais la FISEMA, le principal syndicat malgache, mais aussi Friends of Earth ou le WWF émettent de sérieux doutes quant au respect des engagements d’une entreprise qui a été beaucoup critiquée pour ses négligences environnementales. Au carrefour des deux routes, deux mondes se croisent ; des charrettes à zébus et de gros camions, une ressource qui s’en va, des Malgaches qui survivent. Néo-colonialisme ? Les similitudes avec des situations passées sont troublantes. On y trouve tous les éléments d’une mécanique de domination : des richesses dans le sous-sol d’un pays pauvre, un puissant entrepreneur étranger, des infrastructures dédiées exclusivement à l’exploitation de la ressource, des nuisances dans le pays, des bénéfices à l’extérieur…