Notes en marche

L’herbe est jaune et cassante. Depuis le début de l’été, on ne parle que de sécheresse et de canicule (un de ces mots surgi dans l’espace médiatique depuis quelques années). Les prés ont partout cette couleur fauve ; on se croirait dans l’arrière-pays andalou ou dans les collines du côté de Marrakech, pas dans le Jura. Dans les sous-bois, des sensations d’automne avec des feuilles déjà mortes qui craquent sous le pas. Lire la suite

Les chemins du monde

Il s’appelle Paul Salopek. L’autre jour, le 10 janvier, il a pris son sac et il est parti, à pied, de quelque part en Éthiopie. Parmi ses rencontres des premiers jours, il y eut un nomade qui lui a demandé où il allait. Salopek lui a répondu : « à Djibouti ». Il n’a pas osé lui dire qu’il allait de l’autre côté du monde, en Patagonie. Il aurait eu l’air de quoi Paul Salopek ? Dire à cet homme qu’il allait marcher pendant 7 ans, faire 34 000 kilomètres, traverser des déserts, franchir des chaînes de montagne, et qu’en plus personne ne l’y obligeait ?[1]

Salopek est journaliste ; après la slow food et le tourisme lent, lui a inventé le « slow journalism ». Son projet est tout bête, une espèce d’évidence à laquelle personne n’avait encore jamais penser ou que personne n’avait jamais osé penser : « About fifty thousand years ago the first anatomically modern humans became foreign correspondents: They walked out of Africa, spreading news of far horizons, and explored the unknown world. I am proposing to do the same. »

Donc partir d’Éthiopie, le lieu de la dispersion originelle, et mettre ses pas dans ceux des quelques 2 500 générations d’Homo sapiens qui ont fait ce chemin avant. Salopek a choisi, parmi plusieurs possibles, quelques-unes de ces routes qui vont le conduire de la péninsule arabique au Kurdistan, puis à l’Asie Centrale, la Chine, la Sibérie, le détroit de Behring avant la longue descente (il prévoit deux ans et demi) le long de la côte ouest de l’Amérique.

Mais ce journaliste lent va quand même aller beaucoup plus vite que son arrière-grand-père sapiens. On ne sait pas tout de la longueur du voyage de nos ancêtres, de cette lente prise de possession de la planète, mais les progrès de la génétique des populations permettent de comprendre un peu mieux ce qui s’est passé.

Pendant 110 000 ans, il semble qu’Homo sapiens ait fait du surplace du côté de l’actuelle Éthiopie (ou de l’autre côté du rift comme certains chercheurs le disent aujourd’hui). Si on admet que l’Homme moderne (autre nom d’Homo sapiens) a environ 200 000 ans (la plupart des spécialistes semblent à peu près d’accord sur ce point), cela nous mène vers  – 90 000 ans (là, les avis commencent à diverger un peu) ; on va laisser de côté les 2 000 ans de comptage en positif qui, on le voit, à cette échelle-là sont quantité négligeable. Donc, il y a 90 000 ans, c’est le début des migrations : il faut environ 30 000 ans à nos ancêtres pour atteindre ce qu’est l’Inde aujourd’hui, peut-être 80 000 pour arriver en Amérique (et je ne sais pas trop combien d’années encore pour rallier la Patagonie). Quelques îles isolées du Pacifique n’auraient été peuplées qu’il y a cinq ou six cent ans. Selon les chercheurs, ces données varient un peu mais en gros, l’idée est la même : une longue station africaine puis le début du mouvement qui ne s’achève que très récemment pour quelques espaces insulaires.

Ce trajet originel, c’est l’histoire de la mondialisation ; c’est le début de l’aventure, la dispersion des hommes sur la planète. Jacques Lévy[2] parle de « processus cumulatif » : on peuple de nouveaux lieux sans abandonner les anciens. Tandis que Christian Grataloup dans sa Géohistoire de la mondialisation y voit une forme d’antimondialisation : plus l’humanité s’étale à la surface de la terre, plus elle se fragmente. Ce n’est pas contradictoire : d’abord aller partout, se disperser, habiter le monde, oublier les autres puis les retrouver, se faire la guerre, échanger, communiquer, peut-être faire société. C’est la même histoire.

Salopek a prévu de faire une trentaine de kilomètres par jour, à peu près six heures en chemin. S’il marchait, tous les jours, la moitié suffirait pour atteindre son objectif. Cela va lui permettre de consacrer les autres journées à l’écriture, au repos, à la logistique, à des rencontres… En faisant le même calcul pour l’Homme moderne (la distance entre l’Éthiopie et la Patagonie divisée par le temps mis pour la parcourir), un peu absurde peut-être, nos ancêtres se seraient déplacés en gros de 300 à 500 mètre par an. Bien sûr, cela ne s’est pas passé ainsi mais cette absurdité fait néanmoins réfléchir à ce qu’il ne faudrait pas penser comme un mouvement lent et continu. Des petits groupes, sans connaissance et sans projets, sauf peut-être celui d’aller voir si l’herbe était plus verte de l’autre côté de la colline se déplacent, non de manière erratique mais très certainement sans visées dépassant le très court terme. C’est souvent la nécessité qui met en route. Des chasseurs qui découvrent une source et un lieu de campement possible, une menace qui fait fuir un groupe, la faim qui jette des hommes sur les chemins… Peut-on imaginer la prise de possession de la planète comme une suite de hasards ? Ou plus vraisemblablement comme une suite de micro-décisions ? Comment se fait le mouvement ? Comment les choses se passent-elles ? Combien d’hésitations, de chemins rebroussés, de ronds dans l’eau quand on ne sait pas qu’on va en Patagonie ?

À l’autre bout de l’histoire, de celle-là en tout cas, de cette histoire de la mondialisation, il y a Salopek. Il pourrait rester chez lui et vivre tranquillement sa vie d’homme mondialisé. Mais non, il va tout refaire « en accéléré ». Il va tout refaire parce qu’il sait tout ou presque. Il connaît l’histoire et il sait où il va ; il a un projet, des cartes, un GPS, un ordinateur portable. On le suit sur un site Internet. Le trajet est tracé, et par ses pas il le retrace chaque jour, inscrivant en rouge sur la carte du monde le chemin déjà parcouru. Il va tout refaire et en individu connecté, il va tout nous dire, où que nous soyons, n’importe où dans le monde. Il va vivre sa vie d’homme mondialisé dans les pas d’Homo sapiens.

Sur le site « Out of Eden Walk » capture d’écran (3 février 2013)