Au ralenti

La mode est au slow (slow food bien sûr, mais aussi slow city ou slow tourism)[1], mais la thématique reste encore originale en géographie. La revue en ligne Carnets de géographes[2] consacre son numéro 8 aux géographies de la lenteur. Il est accompagné de quelques photographies choisies à l’issue d’un petit concours. J’en avais proposé deux et pour mon grand plaisir, une d’entre-elles a été sélectionnée.

Cette photo, je la propose de nouveau ici avec un texte de présentation plus long, la seconde aussi et en prime les autres images auxquelles j’avais pensées dans la perspective de ce concours. Outre Ho Chi Minh Ville et le Mékong, on reconnaîtra (ou pas) d’autres vues du Vietnam, Manhattan, une gare en Inde, des paysages marocains, une vue de Madras (Chennai) et Praia au Cap Vert. Lire la suite

Mode rafale

000001Regard persan. Qui sont ces gens ? Pourquoi sont-ils venus dans ma ville ? Devant ce palais ? De drôles d’objets dans leurs mains, des boîtes ; certaines sont petites, minuscules parfois, d’autres sont plates comme des livres, d’autres encore compactes et noires. On dirait qu’il n’y a que ça qui les intéresse. Que font-ils ? Certains regardent dans leur boîte, d’autres la tiennent à bout de bras (ou au bout d’un long bâton) et la fixent des yeux ; il y a aussi ceux qui regardent l’image du palais qui apparaît sur leur boîte. Après un moment passé à s’agiter, ils vont plus loin, très vite, vers un autre palais et ils recommencent. Je les suis et je comprends : ce qui les intéresse, ce ne sont pas les palais, ce sont les images des palais, souvent même les images d’eux devant les palais. Je m’approche un peu, curieux : toutes les images se ressemblent. Et puis ils partent, toujours pressés, toujours en groupe. Je suis maintenant seul. La façade se découpe sur le fond du ciel dans la lumière dorée du jour qui décline. Je m’approche, caresse la pierre tiédie, détaille les encorbellements, les piliers et le portail. Et je m’en vais aussi, heureux, des images plein la tête.  Lire la suite

Où est Madagascar ?

Un besoin et une nécessité : on classe tout, c’est Le démon du classement (Georges Vigneaux, 1999). On classe les insectes, les activités économiques, les cailloux, les couleurs, les nuages, les vaches, les États. On fait des groupes et des sous-groupes, on met dans des cases, on ajoute des étiquettes. On met de l’ordre dans le monde et dans nos têtes. À chaque classement, sa logiques, ses références, son paradigme. Parfois, il faudrait faire le ménage et se débarrasser des classements qui ne disent plus rien du monde, mais comme on les trouve commodes, simples, didactiques, on les garde encore un peu, ou encore longtemps.

La question du classement en géographie est très intéressante ; j’y reviendrais sûrement. Mais ce qui est sûr, c’est que parmi toutes les mises en ordre géographiques du monde, il en est une qui résiste furieusement à toutes les tempêtes, à toutes les révolutions scientifiques, à tous les tournants spatiaux, c’est le découpage continental. Cinq continents[1], cinq couleurs sur la carte, cinq « races » (de quelle couleur sont les Océaniens ?) ; on est tranquille, tout est en place. Même si la limite Nord-Sud n’est pas mal non plus, il n’y a jamais eu d’aussi belle invention[2] géographico-scolaire que le continent.

Madagascar, comme la Turquie, le Caucase ou l’Arabie, pourrait être un grain de sable dans l’ordre continental ; mais on ne s’embarrasse généralement pas de ce genre de questions. On range la Grande île dans la boîte africaine, tant pis si ça déborde un peu. Et ça déborde un peu. Dans le grand remue-ménage de la dislocation du Gondwana, l’île part en balade vers le nord-est accompagnant un grand morceau d’espace qui sera plus ou moins l’Inde actuelle, mais la plaque indienne est plus rapide et se prépare à la grande collision himalayenne. Pendant ce temps, Madagascar traîne sa flemme et se pose dans l’Océan Indien après avoir fait seulement 400 kilomètres. Ça, c’est le début. Après, il y a des centaines d’années de circulations et d’hybridations. Madagascar est une île métisse : une langue austronésienne enrichie d’apports sanscrits, bantous et arabes ; le riz et le zébu, la cuisine chinoise, les baobabs et les lémuriens.[3]

Photographier Madagascar ? On fait souvent les images que l’on a dans la tête. J’ai vu une île singulière, d’aucun continent. Malgache.


[1] Cinq, c’est pour la vision française, peut-être européenne. Ailleurs, c’est autrement : on ajoute l’Antarctique, on fait de l’Europe un prolongement de l’Asie, on sépare les deux Amériques… Le bel ordre n’est que relatif.

[2] Christian Grataloup, 2009, L’invention des continents. Comment l’Europe a découpé le monde, Larousse.

[3] Catherine Fournet-Guérin , « La dimension spatiale du fait national à Madagascar : un État-nation en Afrique ? », L’Espace Politique 7 | 2009-1 : http://espacepolitique.revues.org/index1244.html

 

L1010015

L1010104

L1010113

L1010164

L1010268

L1010343

L1010679

L1010720

L1010779

L1010827

L1010932

L1010997

L1020003

L1020051