Le vieux monde des indépendantistes catalans

Le 1er octobre 2017 une partie de la Catalogne a voté et Rajoy a servi la cause indépendantiste à coup(s) de matraque et de balles en caoutchouc. Arc-bouté sur la constitution espagnole et l’illégalité du référendum, il a fourni des arguments à ceux qui dénoncent l’oppression d’un régime « néo-franquiste » tandis que l’Union Européenne, comme souvent, regardait ailleurs. En envoyant la Guardia Civil, en interdisant à des gens d’exprimer tranquillement leur point de vue, en poussant à la violence et à des positions extrêmes, Rajoy pourrait arriver bien vite à ce qu’il dit ne pas vouloir. Sauf si Puigdemont, qui semble un grand adepte du rétropédalage, remballe ses projets d’indépendance. Dans les deux camps, le degré zéro de l’intelligence politique (ou alors une stratégie du pire qui m’échappe totalement) et une bonne dose d’irresponsabilité. Lire la suite

En rangs

« Merci de remettre les tables en place à la fin du cours ». Et si certains n’ont pas bien compris ce qu’est « en place », un petit dessin indique la disposition attendue. Mais c’est en général inutile, « en place » tous les profs savent ce que cela veut dire.

Il y a parfois ce genre de consignes dans les salles de classe. Je n’en connais pas la source. Sont-ce les personnes qui entretiennent les locaux qui en font la demande ? Si c’est le cas, je ne suis pas convaincu que quelque disposition que ce soit rende la tâche plus facile : il faut toujours aller balayer sous les tables et ce n’est jamais commode. Qu’importe, ce message est l’expression d’une norme spatiale implicite : « en place » c’est ce que doit être une disposition de salle de classe[1]. Lire la suite