Battersea Power Station

La photo du bâtiment me disait quelque chose ; cette silhouette, les quatre grandes cheminées, la forme massive… Il fallait aller voir ça de plus près. Le jour du mariage[1] semblait la belle occasion comme garantie de tranquillité. The mariage, celui qui promettait d’attirer les foules le long de kilomètres de barrières métalliques, des dizaines de milliers de personnes qui s’achetaient un morceau de rêve pour pas cher en agitant de petits drapeaux aux couleurs de l’Union Jack.

Précaution inutile ; pas grand monde ne va à Battersea.

Le site de Battersea Power Station est une vaste friche au bord de la Tamise dans l’ouest de Londres. Dès la sortie du métro, on aperçoit des fragments de ce bâtiment magnifique, imposant aussi, qui trône, inutile, hors de son temps, vacant.

Un peu déçu quand même. Je me voyais déambuler dans une immense cathédrale déserte, des morceaux de verre crissant sous les chaussures ; j’espérais au moins faire le tour. Mais le site est sévèrement bouclé. J’ai pensé au beau texte de Philippe Vasset (Un livre blanc, 2007) qui, au cours de ses expéditions parisiennes, cherche les brèches, escalade murs et palissades pour savoir ce qu’il y a dansles blancs de la carte ; ou aux explorateurs urbains, les pratiquants de l’urbex (http://www.urbex.me/) qui visitent les bâtiments abandonnés. Mais j’étais seul et pas vraiment téméraire ; je m’imaginais mal franchir le vaste no man’s land qui mène aux bâtiments, encore moins parlementer sans grand espoir avec la sécurité du bâtiment.

La centrale électrique de Battersea a définitivement cessé de fonctionner en 1983. Construite au cours des années 1930, elle couvre alors un cinquième des besoins en électricité de Londres. L’emplacement est idéal: proximité du centre de la ville, des lignes ferroviaires, de l’axe fluvial pour son alimentation en charbon.

On n’a, semble-t-il, jamais songé à la démolir. Les projets de reconversion se sont multipliés sans aboutir pour l’instant.

Pour Mathieu Petite (http://www.espacestemps.net/document8805.html), il faut voir dans la conservation obstinée du bâtiment sa construction comme icône. La centrale est devenue, un objet intouchable, un élément du paysage londonien, une silhouette dans le ciel à l’instar du sextoy de la City. C’est à ce moment là que j’ai compris, en lisant cet article. Cette impression de déjà vu : la couverture de l’album Animals des Pink Floyd. C’était en 77. Mais j’ai dispersé mes vinyles depuis longtemps. Outre Pink Floyd, Mathieu Petite mentionne d’autres usages iconiques de l’usine au cinéma ou dans des jeux vidéos.

La représentation de Battersea est solidement ancrée et interdira sans doute, c’est heureux, sa destruction. En attendant, le bâtiment se dégrade tranquillement. Les toits fuient, des plantes poussent qui fissurent le béton, les parties métalliques rouillent. Battersea se ruine et n’a jamais été aussi belle.


[1] C’était le 29 avril 2011