Rio et ses doubles

Footing matinal. Je devise tranquillement avec mon habituel compagnon de course. Un panneau Decaux m’arrête, une image : la publicité pour le film Favelas[1]. Je me lancerais volontiers dans une interprétation mais nous avons encore quelques kilomètres à parcourir. On reprend le rythme. Pourtant chemin faisant, impossible de ne pas y penser. Je me remémore ce temps lointain déjà, où mes recherches me conduisaient à analyser des multitudes d’images de manuels scolaires. Les mots et les idées se bousculent : Rio, favelas, Pain de Sucre, Corcovado, marqueurs spatiaux, principe de reconnaissance, représentation dominante… Lire la suite

Traversées urbaines (2) Centres et périphéries en modèle

Dans le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (2003), Jacques Lévy et Michel Lussault ne proposent pas d’entrée « centre », pas d’entrée « périphérie » non plus. On passe directement au modèle, au couple : « centre/périphérie ». D’emblée, les auteurs nous installent dans une relation, dans un rapport hiérarchique. C’était déjà le propos d’Alain Reynaud une vingtaine d’années plus tôt avec des tentatives de typologiser les formes de cette relation, ses évolutions, ses rétroactions, ses renversements, la nature des rapports de force. Lire la suite

Traversées urbaines (1) Premiers pas

Qu’est-ce qu’un centre ? Qu’est-ce qu’une périphérie ? De mes diverses lectures sur le sujet émergent toujours les mots d’Alain Reynaud, plutôt ceux qu’il a emprunté selon ses dires à une comédie italienne du XVIIIe siècle : « Le centre, c’est l’endroit où les choses se passent ». Il écrit cela dans Société, espace et justice (1981), un des premiers textes géographiques qui m’ait marqué.

Mais quelle « choses » ? Et que se passe-t-il exactement qui ne se passe pas ou se passe moins ailleurs ? Comment se marque le passage d’un espace à un autre ? Une rupture nette, un gradient, des échos de centralité qui s’atténuent peu à peu ? Lire la suite

Carte d’électeur

 

IMGP5616

 

 

IMGP5615

 

Ici, C’est Le Farmer, un bistrot avec concerts et baby foot dans une ambiance de bric et de broc plutôt sympa. Ici ce sont les pentes de la Croix-Rousse, 1er arrondissement de Lyon, aux lendemains des désespérantes élections municipales de mars 2014. Être ici, le point bleu ou vert ou encore rouge sur une carte, c’est construire une centralité provisoire pour organiser ou réorganiser un itinéraire. C’est aussi, avec cette carte électorale de l’agglomération, donner à voir ce qui s’énonce à partir de cette centralité : dans ce cas un gradient allant de la gauche à l’UMP puis au FN en passant par le rose délavé de Gérard Collomb. Lire la suite

Des murs pour la paix ?

   IMGP4251

Je n’avais rien compris. Une visite trop rapide, en bus et en groupe, quelques explications saisies au vol, pas vraiment le temps d’appréhender les choses, pas de quoi s’y retrouver ; comme une langue étrange et très étrangère J’étais en outre très ignorant de l’histoire tourmentée de la ville. Il y avait ce mur, ces murs, mais que séparaient-ils ? Où étaient les Républicains ? Où étaient les Loyalistes ? (D’ailleurs comment désigner les uns et les autres, par la religion – catholiques et protestants ? –, par la relation à la République d’Irlande ou au Royaume-Uni ? Par le choix d’un type de régime politique ?) De quel côté étais-je ? Un monde de signes que je ne savais pas décrypter, des spatialités dans lesquelles je m’égarais sans cesse. En dépit de la chaleur des rencontres, mon premier séjour à Belfast m’avait laissé un goût amer ; tout ou presque de la configuration socio-spatiale m’échappait. Lire la suite