Les couvertures grises

Le Brésil est un des pays les plus inégalitaires du Monde. Quand on est géographe, c’est le genre de connaissance qu’on a dans ses bagages. On s’appuie sur des outils, comme l’indice de Gini, du nom du statisticien italien Corrado Gini, pour mesurer la répartition de variables au sein d’une population. On peut ainsi quantifier leur cohérence ou leur dispersion. C’est assez simple : pour les écarts (de revenus), on classe les pays de 0 (égalité absolue, cohérence totale : tout le monde a le même revenu) à 1 (inégalité maximale : une personne a la totalité des revenus, le reste de la population n’a rien). Continuer la lecture

Habiter provisoire

Au beau milieu de la pièce, il y a un empilement de tables et de chaises. Je pense à une pyramide de chaussures d’Handicap International ou au savant assemblage de bûches et de fagots avant un feu de la Saint-Jean. On pourrait aussi imaginer une blague de potaches en fin d’année. Des participants entrent : « Bonjour », « Bonjour », font mine de ne rien remarquer, glissent vers le fond où du café les attend. Certains, un peu décontenancés, font ce que l’on fait d’ordinaire lorsque l’on rentre dans une salle de cours pour une conférence ou une journée d’études : ils se cherchent une place. Ils ont repéré quelques tables et chaises qui avaient échappé à la folie empileuse, ils se bricolent un petit territoire en déposant leur veste sur un dossier et un cahier sur la table ; au cas où. D’autres sont là, les bras ballants, engageant une conversation ou pas, dans l’attente.

Continuer la lecture

Dépayser la pensée

Je vais rapidement exposer trois idées pour dire tout l’intérêt qu’il y a à « penser ailleurs » (« penser ailleurs », pour plagier le titre d’un livre de Nicole Lapierre publié en 2004, Pensons ailleurs, dans lequel elle s’intéresse à la pensée d’intellectuels déplacés) et plus particulièrement l’intérêt qu’il y a à développer la mobilité internationale dans la formation des enseignants[1]. Continuer la lecture

Enseigner, c’est dé-ranger

J’aurai dû compter, compter les tables, compter les sièges. Combien peut-on « ranger » d’étudiant(e)s dans cette salle ? Une centaine ? Le mobilier est simple : une série de tables uniques de 5 ou 6 mètres de long solidement arrimées au sol et un alignement de sièges identiques fixés à la table qu’ils précèdent. Continuer la lecture

Chassons les pauvres

Le patron de l’agence était en service commandé et nous résolus à en découdre. Depuis quelques jours des plaques métalliques, comme de petites vagues, avaient été installées devant la banque. Nous sommes entrés pour l’interroger : œuvre d’art ? dispositif anti-pigeons ? On savait de quoi on voulait l’entendre parler, il savait ce qu’on attendait. Mais il restait dans son rôle, impeccable et cravaté, à nous répéter que les plaques métalliques n’avaient pas été posées partout afin de laisser un passage au niveau de la porte où entraient et sortaient les convoyeurs de fonds. Dialogue de sourds, histoires de fous. Il était assez fort : on lui parlait de ce qui existait depuis quelques jours devant la banque, il nous parlait du passage ménagé pour les convoyeurs ; on l’interrogeait sur le blanc, il ne nous parlait que du noir. Finalement, il a craché le morceau, enfin une partie du morceau : il fallait que les convoyeurs de fonds puissent accéder en toute « sécurité » au distributeur et donc que personne ne puisse s’asseoir près du distributeur de billets. Dans sa leçon bien apprise, il n’avait sûrement pas le droit de prononcer les mots « Rom » ou « SDF ». Continuer la lecture