Le genre au bord des routes

J’ai traversé la France en vélo, d’est en ouest, suivant à peu près la ligne droite des vieux manuels de géographie, celle qui indiquait que, de la frontière allemande au bout du bout du Finistère, il y avait 1 000 km. C’était plutôt 950 en réalité mais 1 000 est un chiffre rond qui, ajouté aux 1 000 de l’axe nord-sud, permettait de dire que nous avions bien de la chance de vivre dans un pays aussi équilibré (et idéalement situé). Continuer la lecture

Pour comprendre le monde

 

 

 

Dans l’exercice de l’Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), il y a un passage obligé : la présentation de son parcours. En géographie, on parle parfois d’ « ego-géographie ». Comme mes collègues, j’ai écrit ce texte ; avec plaisir pour ce qui me concerne. Plaisir de me remémorer des moments intellectuels et amicaux en différents lieux du monde, plaisir de tirer des fils et, à défaut de trouver une rigoureuse logique à mon parcours, de saisir quelques résonnances entre des thématiques de recherche.

Ce texte est resté dans mon ordinateur et sur les étagères de ma bibliothèque jusqu’à ce que je me dise qu’un partage était possible. Je le livre donc ici dans sa version quasi originale, allégé quand même de quelques longueurs peu palpitantes et de ses nombreuses notes. Une version qui est aussi datée puisque les éléments terminaux ont presque dix ans ; dix ans  de vie professionnelle toujours marquée par des continuités et des bifurcations, surtout des bifurcations en fait ou peut-être un retour à ce qui m’importe vraiment.

Alors à bien y réfléchir, je changerais peut-être le titre : « Être au monde » serait sans doute bien suffisant. Continuer la lecture

Si loin, si proche. Puisqu’il faut en finir

« À chaque individu sa place »

D’abord il y a ces images, avant tout ces images, que j’observe de manière primordiale et en amont tout raisonnement, ces images de marquage spatial destinées à produire des pratiques spatiales. J’observe des sols tatoués d’injonctions codées, des cases et des emplacements pour des corps, des séparations, des mécanismes de mise à distance, des objets (des livres !) enplastiqués, des sens interdits et des lieux interdits, des itinéraires obligatoires. Continuer la lecture

Si loin, si proche. Nous ne sommes pas des enfants

Le peuple-enfant

Comme beaucoup, en ces temps difficiles, je suis frappé par l’infantilisation que nous subissons et acceptons au quotidien. Nos gouvernants décident, ils décident ce qui est bon pour nous, eux savent. Le couplet est connu : votez pour moi, devenez sujets pour quelques années et faites-moi confiance, je m’occupe de tout. Le vocabulaire politique, « j’ai décidé » (lorsqu’Emmanuel Macron s’adresse aux Français), « Bienvenue chez toi » (lorsque Benjamin Griveaux passe la main à Sibeth Ndiaye pour le porte-parolat du gouvernement et l’accueille en réalité chez « nous »), trahit l’appropriation de la chose publique et du peuple qui l’incarne par ceux qui n’en sont que les gestionnaires provisoirement délégués par le suffrage. Ces remarques ne se veulent pas conjoncturelles, c’est une longue histoire que ceux qui tiennent le manche aujourd’hui reproduisent. Et on ne peut pas même leur donner complètement tort relativement aux urgences du moment. Continuer la lecture