Pour des pratiques réflexives dans l’enseignement de la géographie

« Il ny a pas de Vrai ! Il ny a que des manières de voir. »

J’utilise souvent ces deux phrases de Flaubert dans mes enseignements. Mais je ne m’étais jamais interrogé plus avant sur leur contexte d’écriture. Je savais qu’il s’agissait de sa correspondance, rien d’autre. Magie du Net, en quelques clics, la question fut réglée : c’est une lettre datée de la nuit du 2 au 3 février 1880 adressée à Léon Hennique, un autre homme de plume, un romancier naturaliste et auteur de pièces de théâtre dont j’ignorais jusqu’à maintenant l’existence. Le propos concerne le naturalisme en littérature. Flaubert écrit :

Cette manie de croire qu’on vient de découvrir la nature et qu’on est plus vrai que les devanciers m’exaspère. La Tempête de Racine est tout aussi vraie que celle de Michelet. Il n’y a pas de Vrai ! Il n’y a que des manières de voir. Est-ce que la photographie est ressemblante ? Pas plus que la peinture à l’huile, ou tout autant. 

 

À partir de Flaubert[1], je peux interroger les étudiants sur la relation entre le monde (le réel) et la connaissance que l’on en a, proposant l’idée d’une science comme « manière de voir » le « Vrai » – ou plutôt manières, au pluriel, tant les productions scientifiques relatives à un objet peuvent varier en fonction des époques, des valeurs de ceux qui produisent le savoir ou encore de l’outillage utilisé. Des manières de voir certes élaborées, reconnues comme valides à un moment donné par une communauté, mais toujours interprétation et construction.

À l’École, il y a surtout du « Vrai » et peu de « manières de voir ». Du primaire au lycée et en partie à l’université, la culture scolaire fonctionne comme une usine à naturaliser les savoirs ; en géographie en tout cas, sans doute aussi en histoire comme l’avait montré François Audigier au cours des années 1990 avec son modèle des « quatre R », l’un d’entre eux étant le Réalisme de la discipline histoire-géographie.

La géographie française a en effet une longue tradition réaliste; elle est étudiée finement par Olivier Orain dans De plain-pied dans le monde (2009). Dans les classes et les manuels, des théories, des concepts, des modèles de lecture du monde, des connaissances sont transformés en unités discursives : des phrases, des cartes, des représentations graphiques de toutes sortes. Mises toutes sur le même plan, ces unités, juxtaposées, mêlées, combinées, construisent un grand récit, souvent univoque, en tout cas uniformisé par la moulinette scolaire ; un récit censé dire le monde, en rendre compte de la manière la plus transparente possible sans que rien ne s’interpose entre le récit et le monde ; le récit est le monde. Pas d’acteurs-auteurs, pas de conflits d’interprétation, pas de références (exceptées des présentations tellement formelles qu’elles en ont perdu tout sens : titre, auteur, date…), pas de contexte de production des savoirs. Le monde est livré directement, sans intermédiaire.

Comme dans ces manuels de l’école primaire où l’on peut lire : « Le monde est divisé en cinq continents » ou bien « Il y a six continents à la surface de la terre ». Dommage que les deux phrases n’eussent pas figurées dans le même ouvrage, on aurait pu commencer à réfléchir. Mais elles trônaient, seules, chacune dans leur chapitre, impérieuses, sans discussion possible, à apprendre. À croire que le monde est né comme cela, tout équipé, avec ses continents, nommés, limités, coloriés ; comme s’il n’y avait pas une longue chaîne de discours, de voyages, de découvertes, de cartes, de débats, de mythologies, de points de vue, de convergences, de rapports de domination, de volonté d’intégrer ou d’exclure… avant d’en arriver à l’apparente banalité de ces deux affirmations. Si le découpage continental est emblématique du réalisme de la géographie scolaire, il s’exerce aussi dans d’autres domaines. Pour rester à l’échelle de la totalité mondiale, la division Nord-Sud est redoutablement efficace, par sa simplicité, par l’espèce d’évidence qu’elle promène de programmes scolaires en manuels. On pourrait allonger la liste: la diagonale du vide en France, les Belts aux États-Unis, les trois secteurs d’activité en géographie économique, l’Europe, l’Afrique subsaharienne, l’aire pacifique, la Triade…

La pensée réflexive, l’épistémologie serait-elle trop complexe pour les enfants et les adolescents ? Je ne le crois pas. Mais l’argument de l’impossibilité est bien rôdé : il faudrait d’abord poser des « bases » avec les petits enfants, la réflexion viendrait plus tard, on ne peut pas déconstruire avant d’avoir construit… Je ne peux pourtant pas m’empêcher de penser que l’on peut apprendre et réfléchir, que l’on peut construire et déconstruire (et dans la plupart des cas, on ne construit pas d’ailleurs). On prend trop les élèves comme des machines à enregistrer des connaissances factuelles (en histoire et en géographie en tout cas) alors que dans le « privé », ils passent leur temps à s’interroger sur d’autres choses. Je constate aussi que ces élèves, de tous âges sont vivement intéressés par les questions épistémologiques. Invité à rencontrer des élèves de primaire, je leur avais demandé combien il y avait de continents ; leur surprise initiale s’est vite transformée en grand intérêt pour cette question qui leur paraissait finalement passionnante. Certains enseignants l’ont depuis longtemps compris. Enfin, ce fameux esprit critique que tous les auteurs de programmes mettent au cœur de leur projet trouverait une manière très concrète d’être développé à travers une analyse, critique justement, des savoirs enseignés.

On peut néanmoins être optimiste (modérément) à la lecture de l’actuel programme de terminale qui commence par un chapitre intitulé Des cartes pour comprendre le monde avec les précisions suivantes : 

L’étude consiste à approcher la complexité du monde par l’interrogation et la confrontation de grilles de lectures géopolitiques, géo-économiques, géoculturelles et géo-environnementales. Cette étude, menée principalement à partir de cartes, est l’occasion d’une réflexion critique sur les modes de représentations cartographiques. 

 Autre motif d’optimisme, l’évolution du CAPES, principal concours de recrutement des professeurs de l’enseignement secondaire. La place des approches réflexives n’a cessé de s’y renforcer depuis quelques années. En témoigne de nouveau, les premières informations publiées sur le “nouveau concours”, celui qui aura lieu au printemps 2014.

Espérons que les programmes à venir, les manuels et les pratiques intègreront plus largement ce type de projet.


[1] J’utilise aussi volontiers ces quelques phrases consacrées aux Alpes : « Cette chaîne des Alpes, vue cent fois sur lune de ces cartes dEurope qui peuplent les atlas et tapissent nos murs de classe, dans lun de ces panoramas dont raffolent les magazines, nous est désormais si familière que nous ne saurions douter vraiment de sa nature, certainement fidèle au visage quelle aborde dans sa représentation (…) Et pourtant ! Que defforts physiques et intellectuels, que de travaux et de conjectures, pour que cet objet de pensée prenne la forme quon lui connaît »

DEBARBIEUX, B., FUCHS, C. et ROBIC, M-C. Les géographes inventent les Alpes (Introduction). Revue de Géographie Alpine, n°4, 2001, p. 9.

 


3 réflexions sur « Pour des pratiques réflexives dans l’enseignement de la géographie »

  1. Ping : Géographie et enseignement | Pearltrees

  2. Merci pour ce billet passionnant, tout comme le reste de votre carnet, qui me redonne un certain goût pour la géographie, malgré l’enseignement traditionnellement figé de la matière que j’ai reçu.

    Je suis d’accord avec vous sur le fait que l’enseignement de manière général ne laisse pas assez la place pour la réflexion, et que cela est probablement dû au fait que nous sous-estimions la capacité réflexive des élèves. Ayant moi-même enseigné la philosophie au lycée, je suis tenté de dire que les élèves sont bien souvent en manque de cette capacité à comprendre la multiplicité des points de vue dont Flaubert nous parle ici. Il me semble que cette compétence de l’élève à réfléchir sur lui-même, le monde qui l’entoure, et la manière de se rapporter et de connaître ce monde, devrait être développée dès le plus jeune âge. Et je ne parle pas uniquement de la philosophie pour enfants, qui me semble être très intéressante et à envisager sérieusement comme c’est déjà le cas au Canada, mais bien de toutes les disciplines de l’enseignement traditionnel… Sur ce point, je vous rejoins donc entièrement!

  3. Bonsoir,
    c’est la lecture du résultat d’une requête “geographie” sur Twitter, résultat dans l’ensemble assez navrant, qui m’a montré votre article grâce à la bienveillante attention de Yann Calberac (@yann_c).

    A le lire , je comprends mieux pourquoi tant de désespérance ou de révolte face à la géographie enseignée des programmes officiels, tant de la part des élèves que du corps professoral si j’en crois aussi bien les tweets fleuris d’expressions peu académiques que les plateformes revendicatives elles-mêmes assez longues et ennuyeuses, que l’on trouve sans trop d’efforts publiées en ligne.

    Pourtant les clés semblent être connues puisque vous les exposez, il s’agit en effet de poser d’abord les “bases” d’une bonne compréhension de l’espace et du temps ainsi que des forces agissantes à l’intérieur de ce cadre à la fois souple et contraignant. Appréhender pleinement ces notion d’échelles de temps et d’espace est du reste plus complexe qu’il n’y parait et il est nécessaire d’y revenir longtemps pour éviter les plus grossières méprises.

    Pour ce qui est des cent fleurs à faire éclore dans les jeunes têtes par un méticuleux jardinage pédagogique, il me semble que quelques pépites comme la mesure de la circonférence terrestre par Eratosthène au III° siècle av JC, l’épopée des navigateurs du XVI°siècle, les combats de Gordano Bruno et Galilée, les oeuvres complètes d’Elisée Reclus, ou plus près de nous, la mise en place des systèmes statistiques, l’élaboration de la théorie de la tectonique des plaques, les aventures humaines des ethnologues ou celles des explorateurs des grands espaces naturels,…, sont à mettre en lumière pour promouvoir une “pratique réflexive” dans l’enseignement de la géographie.

    Cerise sur le gâteau, la géographie est aujourd’hui partout, sur l’internet aussi bien sûr, et fournit autant d’occasions d’un décryptage géographique du brouhaha de l’actualité; même Léonardo s’en mêle et nous parle d’une nouvelle “géographie du football” en train de poindre.

    Mais la géographie n’est pas à confiner dans les salles de classe, il faut au contraire l’en sortir dès que possible. Qu’à cela ne tienne, parlons social et comme chacun sait, en France le social est au café, allons donc aux cafés géo pour en parler, même si ce n’est pas au programme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.