Dubrovnik

L’eau est tiède sur la peau nue ; plus chaude encore que l’air chaud d’une nuit d’été. Conversations un peu étouffées des clients et bruits de couverts. On s’était introduit comme des chats dans la piscine d’un hôtel. Pas question de plonger ou de se parler, de nager à peine, seulement se laisser glisser dans l’eau délicieuse.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.