Beaujolais

Le corps abandonné aux cahots du chemin, rompus de la journée courbés entre les rangs. Vautrés dans la remorque au milieu des bacs dégoulinants de vendange, crasseux et poisseux. La douceur du jour qui s’achève. La tête vide, heureux de ce moment partagé, on ne se parle guère.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.