Tahiti

 

Le parfum mouillé de plantes inconnues. Je pense au bois de santal, à des fougères, à la terre humide. Odeur à la fois épicée et douceâtre que les mots peinent à exprimer ; et aussi parce qu’il n’y a pas d’expérience de cela dans le corps. Au début de Malgré Fukushima (2014), son journal de l’été et de l’automne 2012 au Japon, Éric Faye écrit qu’en revenant dans ce pays, il le reconnaît à l’odeur avant qu’avec l’habitude celle-ci ne se remarque plus. Je crois que je reconnaîtrais Tahiti à l’odeur comme je sais que je reconnais le Sénégal à l’odeur.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.