En rangs

« Merci de remettre les tables en place à la fin du cours ». Et si certains n’ont pas bien compris ce qu’est « en place », un petit dessin indique la disposition attendue. Mais c’est en général inutile, « en place » tous les profs savent ce que cela veut dire.

Il y a parfois ce genre de consignes dans les salles de classe. Je n’en connais pas la source. Sont-ce les personnes qui entretiennent les locaux qui en font la demande ? Si c’est le cas, je ne suis pas convaincu que quelque disposition que ce soit rende la tâche plus facile : il faut toujours aller balayer sous les tables et ce n’est jamais commode. Qu’importe, ce message est l’expression d’une norme spatiale implicite : « en place » c’est ce que doit être une disposition de salle de classe[1].

Ce qu’elle « doit » être, ce qu’elle est dans la plupart des cas, au-delà des cultures éducatives nationales, au-delà des pratiques pédagogiques. Est-ce que la norme des arrangements scolaires dit une pratique pédagogique dominante ? Ou est-ce que les enseignants s’accommodent de ce dont ils héritent en entrant dans une salle de classe ? Bref, est-ce qu’il y a une correspondance entre les spatialités et les pratiques ?

Et d’abord quelle est cette norme dont je parle ici ? Ce « en place » ? La réponse est simple : ce sont des rangées et des tables alignées, orientées en direction du bureau de l’enseignant et du tableau.

Regardons quelques images[2].

Inde (Photo Céline Pardon)

Inde (Photo Céline Pardon)

Tunisie (Photo Akremi Bouazizi)

Tunisie (Photo Akremi Bouazizi)

Sénégal

Sénégal

Inde

Inde

Vietnam
Vietnam

 

Donc des tables en rangées face à l’enseignant et au tableau. Un arrangement que l’on retrouve partout dans le monde, du Nord au Sud, des pays riches aux pays pauvres, des bons élèves de PISA aux cancres du classement.

Rangées d’élèves, élèves rangés, alignés dans la boîte de la classe. Mise en ordre et discipline, volonté de contrôler le groupe, de les avoir « à l’œil », de repérer facilement celui ou celle qui sort du rang, la tête qui dépasse et le corps en mouvement. Haussmann à l’École. Comme si l’ordre spatial assurait l’ordre social[3].

Il y a de la souffrance, de la laideur, de l’anonymat, de la coercition dans ce type d’arrangement spatial. Comme si la salle de classe était faite pour être un espace rebutant, comme si l’apprentissage devait forcément se faire dans la douleur. Bizarrement, on s’y fait ou on oublie. Comme beaucoup d’enseignants, je passe des heures et des heures dans des lieux que je ne prends plus le temps de regarder ou que je ne veux plus regarder : murs beiges délavés, bureaux sinistres, chaises sans confort, comme si un peu de couleur, de lumière, de fantaisie, de courbes, de tissus allaient irrémédiablement détourner des exigences rudes de l’apprentissage. Je rêve alors de coins un peu cosy où des étudiants pourraient s’isoler pour réfléchir ou lire un document, pendant que d’autres feraient un travail de groupe autour d’une jolie table ronde, et que d’autres encore, installés dans des canapés confortables pourraient débattre du sujet du jour…

 

À lire Marie-Claude Blais, Marcel Gauchet et Dominique Ottavi dans Transmettre, apprendre (2014), cette forme spatiale ne serait qu’un héritage, un vestige, la trace d’un modèle obsolète qui fut longtemps dominant : celui de l’enseignement de masse et de la transmission de savoirs. J’ai du mal à y croire. Que les nostalgiques de l’ordre scolaire d’antan[4] ne s’inquiètent pas trop. Je pense que la forme correspond à des pratiques d’enseignement magistral qui restent dominantes et qui le sont de plus en plus nettement en s’approchant du bac. Transmettre et apprendre, Teaching v/s Learning. Éternelle question des pédagogues, d’un côté ceux pour qui l’élève est un récipient à remplir de savoirs, de l’autre ceux qui postulent à l’impossibilité d’enseigner à la manière du Maître ignorant de Jacques Rancière (1987).

 

Pourtant, nombre d’enseignants s’essayent aujourd’hui à des pédagogies variées qui limitent la transmission à des moments bien spécifiques. Comment se fait-il alors que beaucoup conservent l’arrangement spatial traditionnel de la salle de classe ? Certains le font pour des raisons « pratiques » (qui en fait ne le sont pas du tout sur le plan pédagogique) : « les élèves s’agitent », « il faut tout remettre en place ensuite », « cela fait du bruit »…

Pour les autres, cela relève me semble-t-il de processus plus profonds et moins explicités. L’immobilisme spatial apparaît comme une sorte d’assurance, d’ancrage ou de compromis ; un moyen de signifier une posture et un type de relations avec les élèves, un moyen de dire encore que dans le grand maelström des innovations pédagogiques – intéressantes mais parfois incertaines, brouillant les rôles – la disposition de la salle dit une position, une position de détenteur du savoir face à ses élèves.

Passer de l’enseignement à l’apprentissage, passer d’un enseignant transmetteur de savoirs à un enseignant passeur, passer d’une forme spatiale frontale à d’autres dispositifs renvoient à la même question culturelle fondamentale : celle du statut de l’enseignant et de son identité professionnelle. C’est à une véritable révolution copernicienne qu’appellent les « nouvelles » pédagogies, avec des enseignants en position intermédiaire entre les élèves et les savoirs, des enseignants dont le statut de détenteur d’un savoir diffusé aux élèves est remis en cause, des enseignants dont le but ultime serait de devenir inutiles à des élèves devenus eux-mêmes autonomes. Dans une salle de classe en Suède, invité à assister à une séance, j’ai été déstabilisé ; pas par la forme de la séance, un débat, mais par la place de l’enseignant : il ne faisait plus face aux élèves mais s’était installé dans le cercle, à leur niveau, dans une situation apparente d’égalité. Il ne faut bien sûr pas se leurrer, l’égalité était temporaire et partielle, mais en se fondant ainsi dans la masse, l’enseignant invitait les élèves à accéder de façon autonome au savoir, sans passer par son intermédiaire.

La forme spatiale dominante de la salle de classe apparaît alors comme une sorte de balise. Conserver l’arrangement spatial traditionnel, c’est pour l’enseignant se situer encore en position centrale, focaliser les regards, contrôler les esprits et les corps, pour lui aussi « être à sa place ».

 

Le paradoxe, c’est que cette forme est peu commode pour tout autre situation que la transmission magistrale. Comment travailler en groupe, comme développer des interactions entre élèves, comment faire vivre un débat lorsqu’on ne voit pas celui ou celle avec qui on veut échanger ? Comment faire un travail personnel si on ne peut pas s’isoler quelque peu ? J’ai eu l’occasion d’expérimenter (pas tout à fait volontairement) certains dispositifs en situation de formation à Tunis en mars 2014. J’avais prévu de sensibiliser les stagiaires à l’importance de la disposition spatiale en leur présentant quelques expériences ; mon idée était ensuite de leur proposer de réorganiser la salle pour les trois jours de formation prévus. Mais il y avait eu des ratés dans l’organisation. Bref, on s’est retrouvé dans un local étroit et sombre, sans distance avec le tableau et l’écran et sans possibilité aucune de déplacer quoi que ce soit : le jour où j’avais prévu de vraiment insister sur le sujet, nous nous trouvions dans les pires conditions spatiales possibles ! Mais grâce à la diligence de mes collègues tunisiens, nous avons pu rejoindre dès la deuxième demi-journée un local plus adapté et surtout modulable. Finalement, le ridicule de la situation initiale – parler de l’importance des arrangements dans un espace qui n’en permettait aucun – rendit possible, dans la pratique, de mesurer à quel point tout cela conditionnait la circulation de la parole et les échanges au sein du groupe. Dans un espace plus vaste, au sein duquel chacun pouvait voir son interlocuteur, les débats sont devenus à la fois plus animés et plus fluides.

 

Et puis il y a les rebelles, les novateurs(trices), les curieux(ses), les expérimentateurs(trices), ceux et celles qui inventent, les non-aligné(e)s, les partisans d’un désordre spatial ou de configurations alternatives[5]. En France et dans beaucoup de pays, c’est pour ces enseignants la débrouille, la résistance. Il n’y a guère qu’en maternelle et dans les petites classes que les alternatives spatiales sont permises, encouragées mêmes. Le Ministère de l’Éducation Nationale plaide ainsi pour la division de la classe en petits espaces[6]. Mais dès l’école primaire, les rangées face au maître et au tableau reprennent le dessus. Ailleurs, en Allemagne, en Scandinavie, les autres modèles sont plus courants et gagnent les classes du secondaire. Parfois même la notion de salle de classe vole en éclats, les configurations varient en fonction des besoins ; les élèves organisent leur parcours et leurs projets ; chaque pièce se définit par les activités que chacun y développe.

La Revue Internationale d’Éducation a consacré un numéro aux espaces scolaires (n°64, décembre 2013). À travers de multiples exemples pris dans de nombreux pays, quelques configurations souhaitées sont mises en évidence : flexibilité, espaces de socialisation, espaces ouverts, espaces plus petits pour des apprentissages individuels et des travaux de groupes, espaces tranquilles en retrait, mobilier et cloisons mobiles, espaces évolutifs, lieux de toutes tailles pour tous les usages (du cours magistral en grand groupe à la salle de travail pour 3 ou 4 élèves)… Ces configurations spatiales souples ont pour objectif de s’adapter à des pédagogies diverses et d’abord de faire plus de place au travail personnel et collaboratif.

Ce qui me frappe le plus à la lecture de toutes ces propositions, c’est la grande inertie de la forme scolaire : les 65 m2 de la salle de classe, les alignements de table, le bureau de l’enseignant devant ou à côté du tableau ; une forme élaborée il y a deux siècles au moins. Les espaces de la classe ont été pensés il y a longtemps pour un modèle fondé sur la transmission de savoirs. Le système éducatif du XXIe siècle s’en accommode toujours.


[1] Ce ne sont que quelques idées, en vrac. J’y reviendrai sans doute, sérieusement. Il y a autour des arrangements scolaires des perspectives de formation et de réflexion sur les pratiques enseignantes. C’est aussi l’occasion de souligner le travail fort utile et intéressant de Bénédicte Tratnjek qui m’a permis de découvrir une bonne partie de la littérature relative au sujet : http://cafe-geo.net/article_2652/.

[2] Merci aux étudiants de l’ESPE de Lyon, stagiaires aux États-Unis, en Inde, au Vietnam, au Togo et ailleurs, merci aussi à mes collègues tunisiens, qui m’ont permis d’ajouter de nouvelles photos de salles de classe à mon corpus.

[3] Les membres de SOS Éducation n’hésitent pas sur leur blog à plaider pour le retour de l’estrade : « Offrir aux professeurs la possibilité d’avoir une estrade peut les aider à retrouver leur rôle. On l’a dit, sur le plan symbolique, l’estrade montre aux élèves que le professeur est un maître, qu’il leur est supérieur par les connaissances qu’il détient et qu’il leur transmet. » La suite du texte est désopilante ou désespérante (selon l’humeur du moment), par exemple : « S’il veut infliger une sanction, il peut convoquer l’élève fautif sur l’estrade, ce qui accroît l’intensité dramatique du moment pour l’élève puni. La honte potentielle peut ainsi jouer un rôle dissuasif. À l’inverse, l’estrade peut servir à décerner des récompenses : elle permet alors une sorte de “montée des marches” ». Et apparemment, ils sont sérieux ! Je n’ai pas envie de leur faire de la publicité mais si vous voulez lire ce texte in extenso : http://www.soseducation.org/_sites_annexes/blog/?p=416

[4] Que sont les trois auteurs précités bien qu’ils s’en défendent. Leur propos, instructif et intéressant en de nombreux points, est aussi habile : en déclarant obsolète le modèle transmissif, ils peuvent renverser l’accusation et attribuer les difficultés actuelles aux pédagogies centrées sur l’apprentissage.

[5] Je pense à cette professeure d’histoire-géographie : http://milasaintanne.wordpress.com/tag/disposition/ ou à ce professeur de maths : http://www.pedagopsy.eu/espace_classe.htm.

[6] Voir le dossier intitulé « Tenue de classe » avec des propositions innovantes pour les classes maternelles : http://www.cndp.fr/tenue-de-classe/fileadmin/catalogues/accompagner_enseignants_1erdegre/Chapitre_2/index.html Voir aussi ce plan suggéré d’une classe de CM2 :http://www.cndp.fr/tenue-de-classe/fileadmin/catalogues/accompagner_enseignants_1erdegre/Chapitre_2/docs/35_mobilier_cm2.pdf

 


3 réflexions sur « En rangs »

  1. Bonjour,
    Pour ce qui est de l’estrade, elle a aussi une utilité bien concrète. Dans une grande salle, face à 36 élèves, cela me permet de tous bien les voir. Et, comme je ne suis pas bien grande, cela leur permet aussi de bien me voir. Par ailleurs je suis du genre à beaucoup circuler en cours et je vois bien que ça les gêne : ils me suivent du regard et c’est plus simple pour eux de regarder ensemble moi, le tableau, et facilement leur cahier, plutôt que de se contorsionner pour me suivre dans la salle.
    Et puis, pour certaines classes où les élèves ont du mal à situer les gens, à distinguer les espaces sociaux et les rapports sociaux selon les espaces, l’estrade aide aussi. Pas tellement à les dominer (il y a d’autres moyens de dominer une classe si on veut vraiment « dominer »), mais plutôt comme un panneau qui leur dirait « attention, c’est une classe, ce n’est pas la rue, la cour, la maison, souvenez-vous que les règles ne sont pas les mêmes ». J’ai beaucoup d’élèves qui ont du mal à changer d’attitude selon les espaces et qui ont besoin de ce genre de repères, sinon ils ne comprennent plus qu’on les reprenne. Ils apprécient aussi le cours magistral qui les rassure et les guide. C’est bien dommage, je suis d’accord, mais arrivés en seconde ils n’ont pas expérimenté autre chose et pour des élèves socialement, psychologiquement et scolairement fragiles c’est quelque chose à quoi se raccrocher. Quand à changer la disposition de la salle, notamment pour permettre des activités variées en petits groupes, voire l’isolement du travail individuel, j’en rêve. Quand j’ai un groupe de 15, j’en profite. Mais comme ils sont le plus souvent 36, dans des salles où pas une chaise ni une table n’est en trop, je me contente de pouvoir déjà tous les asseoir en même temps…
    Et je n’ai pas « ma » salle, que je pourrai aménager à ma sauce. Il n’est pas possible de laisser un aménagement en place si je dois changer de salle quelques heures ou ne pas y revenir une demi-journée… Il ne faut pas seulement changer les pratiques des enseignants, il faut construire des lycées…

    • Comme vous le notez, le cours magistral structure non seulement l’espace mais la relation entre l’enseignant et les élèves; qu’on le veuille ou non, l’espace ainsi configuré établi un face à face (et un rapport de domination par le savoir), une mise en ordre (alignement des tables) et un classement des élèves (du premier au dernier rang). Comme vous, ce que je regrette, c’est que l’institution ne prenne guère en compte cela et ne favorise pas l’existence d’espaces d’apprentissage alternatifs.

  2. Ping : L’espace de la classe | Blog Histoire – Géo

Répondre à Morwenna Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.