Ne dites à personne que je suis géographe

La visite commence mal. Sous la carte ancienne, je lis : « Constituée de six peaux assemblées, cette carte davantage politique que géographique est l’œuvre d’un hydrographe marseillais passionné par l’iconographie. »[1]

Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, certains mots font plus de bruit que d’autres, comme s’ils clignotaient ou apparaissaient en surbrillance dans un texte. Je n’y peux rien ; je les repère entre mille et le voudrais-je que je ne pourrais les éviter. Il y a notamment le mot « géographie » (ou « géographe » ou « géographique ») ; chacun ses obsessions. Lire la suite

« C’est compliqué »

Marseille, lundi de Pâques, le cadeau d’un deuxième dimanche pour les mécréants de mon espèce. La ville est astiquée comme doit l’être j’imagine l’argenterie de Buckingham Palace, pétante de lumière après la pluie d’hier. À Marseille, la lumière ne vibre pas; elle n’enveloppe pas non plus les formes en douceur. Elle tranche, cisèle les paysages. Je pars pour un long footing. Plaisir toujours renouvelé de la course sur des parcours inhabituels. Se perdre et se retrouver, tenter de garder le cap en prenant quelques points de repères, découvrir des passages, faire de larges traversées… Marseille est un bonheur, la ville des échappées belles sur la mer ou les espaces urbanisés, sur les collines blanches de calcaire ou sur le port, entre deux immeubles, au bout d’une rue en pente. Lire la suite

Traversées urbaines (3) Trouver le centre

Pour expérimenter la centralité, et la périphéricité, il faut trouver le centre ; la périphérie viendra avec. Faut-il écrire ces mots au singulier ou au pluriel ? Pour « périphérie » le pluriel semble s’imposer. Mais un centre ou des centres ? Dans nombre de villes, au centre historique s’est ajouté (ou substitué) un nouveau centre. Ainsi, à Lyon (puisque que c’est de cette ville dont il sera question ici), le quartier de la Part-Dieu a, pour certaines personnes en tout cas, pris le pas sur le centre traditionnel du côté de la Presqu’île (entre Rhône et Saône). L’activité commerciale, un des marqueurs de centralité, y est devenue plus importante que n’importe où ailleurs dans la ville. On retrouve ce genre de situation dans d’autres villes françaises où, en général à la suite d’une opportunité foncière, les années 1970-80 nous ont donné cet urbanisme sur dalle dont on ne sait pas toujours comment se débarrasser aujourd’hui. Lire la suite

Le « Sud » : un imaginaire dans la fabrique du Monde

Le premier souvenir, c’est celui de l’arrivée[1]. Ces lumières survolées longtemps : Mexico, « la plus grande ville du monde ». C’était au milieu des années 80. La suite est plus confuse, sans doute les yeux écarquillés et le nez collé à la vitre du taxi qui nous conduisait à l’hôtel. La nuit était tombée depuis longtemps, des rues désertées sous des éclairages chiches. Le lendemain, tôt sans doute, impatient d’en découdre avec la mégalopole, je suis sorti. La ville était comme d’autres, avec ses rues, ses voitures et ses immeubles. Naïvement, j’avais rêvé d’une altérité radicale, d’un monde coloré et exotique, avec de la pauvreté en spectacle, des plantes inconnues, des odeurs nouvelles : du « Sud ». Lire la suite