Le système-classe est mort

Le système-classe est une structure composée de quatre éléments : un espace, un groupe d’élèves, un enseignement (et un.e enseignant.e), une durée. Ces quatre éléments sont liés de manière si étroite qu’ils peuvent être désignés par le même mot : la classe. Ainsi, on fait classe (l’enseignement) dans une classe (le lieu) avec une classe (le groupe d’élèves) pendant un temps de classe (la durée).

Cette structure est à la base de l’organisation des établissements scolaires. Elle s’est développée dans le cadre de la mise en place de l’école – telle que nous la connaissons aujourd’hui – dans tout l’Occident entre le XVIe et le XVIIIe siècle, un mode d’éducation que Guy Vincent a appelé la forme scolaire[1]. Plus précisément et pour ce qui concerne la France, le système-classe devient la modalité d’organisation des établissements scolaires au début de la IIIe République en relation avec le choix durable de l’enseignement simultané qui, comme son nom l’indique, consiste à enseigner la même chose au même moment et dans un même lieu à un groupe d’élève pensé comme homogène.

Le système-classe est une structure pensée dans le cadre d’un modèle pédagogique centré sur l’enseignement plus que sur l’apprentissage, c’est-à-dire sur la transmission par l’enseignant.e de données, d’informations, de connaissances et de savoirs vers les élèves.

Un établissement scolaire fonctionne sur la base du système-classe : les élèves sont répartis dans des groupes-classes, le bâtiment est divisé en salles de classe, les enseignements sont répartis entre des enseignant.e.s qui font classe et chaque semaine est divisée en séances d’une cinquantaine de minutes qui constituent autant de temps de classe.

On peut qualifier d’ « unité-classe » chaque unité du système-classe, c’est-à-dire chaque configuration hebdomadairement unique d’un enseignement, d’une durée, d’un lieu et d’un groupe. Ainsi dans un collège où il y 4 classes (groupes d’élèves) par niveau donc 16 classes au total, et en se basant sur 26 « heures » d’enseignement hebdomadaire, il y aurait 416 unités-classes par semaine. Tout cela s’accorde dans le cadre d’emplois du temps : il y a ceux des élèves, ceux des enseignants et l’emploi du temps global de l’ensemble de l’établissement, autrement dit l’ensemble des « unités-classe ».

Toute cette organisation non seulement assure le fonctionnement des établissements mais aussi une mise en ordre adaptée à la « société du contrôle », la nôtre, anticipée par Gilles Deleuze[2]. Il est possible de savoir pour chaque moment de la journée qui (enseignant.e.s comme élèves) est où et pour y faire quoi.

Le système-classe est aussi la structure qui verrouille les systèmes éducatifs, qui fait que l’éducation du XXIe siècle se fait selon un modèle du XIXe siècle. Dès 1994, Guy Vincent se demandait si l’éducation n’était pas « prisonnière de la forme scolaire ? »[3]

Il faudra pourtant avancer et penser de manière révolutionnaire nos organisations éducatives parce que les nouvelles compétences à acquérir dans un monde qui change et des modalités d’accès au savoir démultipliées nous l’imposeront.

 

[1] Guy Vincent, 2012, La forme scolaire : débats et mises en point (entretien de Guy Vincent avec Bernard Courtebras et Yves Reuter), Recherches en didactique, 2012/1, n°13, 109-135.

[2] Gilles Deleuze, 1990, Pourparlers (1972-1990), Éditions de Minuit.

[3] Guy Vincent, dir., 1994, L’éducation prisonnière de la forme scolaire ? Scolarisation et socialisation dans les sociétés industrielles, PUL.

 



Citer ce billet
Pascal Clerc (2023, 6 mars). Le système-classe est mort. Géographies buissonnières. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ozwk

Une réflexion sur « Le système-classe est mort »

  1. Ping : La classe : une forme scolaire dépassée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.