L’école-forteresse

Chaque rentrée scolaire, chaque changement de ministre, chaque drame aussi, sont l’occasion d’une surenchère relativement au contrôle des élèves et à la sécurisation des établissements scolaires.

Divers dispositifs matériels entrent progressivement dans la vie de tous ceux et celles qui en franchissent le seuil au quotidien : tourniquets, systèmes de badge, sas, caméras de vidéo-surveillance, alarmes, portiques. Nous n’en sommes pas encore à la reconnaissance faciale, aux caméras thermiques ou aux détecteurs de métaux mais ce n’est sans doute qu’une question de temps. En octobre 2019, la CNIL avait retoqué un projet de la région PACA qui souhaitait expérimenter la reconnaissance faciale dans deux lycées, à Nice et Marseille. Elle s’était montrée tout aussi réservée sur les caméras thermiques en invoquant le respect de la « vie privée » et des « libertés individuelles ». Mais après l’attentat terroriste qui a causé la mort du professeur Dominique Bernard en octobre 2023, nombre des acteurs du monde politique se sont de nouveau engouffrés dans la brèche. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, champion de l’équipement des lycées en portiques ou sas, est notamment revenu à la charge proposant l’utilisation de la reconnaissance faciale aux abords des lycées. Comme d’autres, il occupe ainsi le terrain médiatique, jouant sur les peurs provoquées par des situations de détresse avec des promesses de lendemains plus sûrs.

Rappelons d’abord que ces dispositifs n’ont qu’une efficacité très réduite. La sécurisation matérielle n’assure pas forcément la sécurité des élèves et des personnels. Une évidence d’abord : un établissement scolaire est par nécessité en relation forte avec l’extérieur (il l’est aussi par essence, c’est sa fonction : on entre à l’école pour en sortir). Du matin au soir donc, élèves, enseignants, personnel administratif et technique entrent et sortent. Ces circulations annihilent toute tentative de clôture quelque peu étanche. Une personne ayant des intentions meurtrières n’a pas besoin d’entrer dans un établissement scolaire. Il lui suffit d’attendre la sortie de sa cible, ce qui s’est passé pour le malheureux Samuel Paty.

Ceux qui plaident pour la bunkérisation des établissements scolaires pourraient lire avec profit les travaux des chercheurs. Dans une enquête sur le climat scolaire diffusée en octobre 2022, Éric Debarbieux et Benjamin Moignard[1] notent que, si le climat s’est dégradé, les contrôles et la fermeture ne leur paraissent pas être une solution. L’intérêt des portiques ? Quasi nul : « Les violences avec armes sont rarissimes (…) et il s’agit dans la plupart des cas d’armes par destination (cutter, compas, outil en atelier), rendant totalement caducs les fantasmes de détecteurs de métaux et de fouilles des cartables pour régler le problème. » Ils notent aussi que les « violences sont d’abord internes aux établissements » et que les violences d’intrusion « restent rares » (0,4% des répondants disent s’être fait menacer par des intrus). Logiquement « la vidéoprotection et l’enfermement sur eux-mêmes des établissements scolaires ne sauraient tenir lieu de panacée contre la violence en milieu scolaire. » Mais, comme le disait Gérard Darmanin en 2021, dans le monde politique, les travaux de recherche ne semblent pas valoir les intuitions d’un boucher-charcutier tourquennois.

À défaut d’écouter les chercheurs, on pourrait s’intéresser aux dires de ceux et celles qui sont souvent en première ligne, les chefs d’établissement. J’ai réalisé de nombreux entretiens avec des acteurs du monde éducatif. Un proviseur me confia un jour que quelqu’un de déterminé trouvera toujours le moyen d’entrer dans son lycée. Le même me parlait aussi de tourniquets qu’il avait fait désactiver parce que, faute de personnel pour contrôler, les élèves ayant oublié leur badge les enjambaient ou parce que les files d’attente aux portes du lycée s’allongeaient.

Bref, beaucoup de bruit pour pas grand-chose, des démonstrations verbales et des mises en spectacle de la sécurisation qui masquent des réalités bien différentes (comme dans une école primaire où l’accès était fermé par un portail d’une hauteur impressionnante tandis que sur l’arrière de larges trous dans les grillages témoignaient de passages répétés).

Mais discuter de la pertinence de la sécurisation est devenu quasiment impossible. On serait renvoyé sans plus de discussion du côté des naïfs ou des inconscients. Il faut fermer. C’est une lame de fond, une évidence. Au passage et comme le rappelle le philosophe Giorgio Agamben, en s’attaquant aux effets et pas aux causes, on ne résout rien bien sûr[2]. Mais le temps court de la réponse politique l’emporte sur le temps long des actions discrètes et sur ce qui est à l’origine des problèmes.

Il ne s’agit pas de nier le besoin de sécurité. Les élèves, les enseignants et l’ensemble des personnels ont besoin de sécurité, et de sérénité, pour travailler. Les établissements scolaires doivent être des lieux sûrs au sein desquels chacun et chacune vive le mieux possible. Mais il existe d’autres réponses que celles qui passent par des matérialités de séparation : des réponses humaines. Une communauté scolaire soudée, un encadrement important, des formes d’interconnaissance et un permanent dialogue sont des alternatives pertinentes aux sas et autres portiques.

On pourrait sourire des manœuvres électoralistes de Laurent Wauquiez et de ses collègues si ces dispositifs n’avaient pas d’effets. Lorsque dans les années 1970 furent construits des collèges et des lycées ouverts, cela procédait d’un projet pédagogique et politique. Émancipation, autonomie, confiance, dialogue en étaient les mots-clés. Les évolutions actuelles ne remettent-elles pas en cause toutes ces perspectives ? Que penser d’une école qui se coupe physiquement du monde extérieur alors qu’elle est censée y préparer les élèves ? Ces enjeux ne sont jamais posés comme si le social et le spatial n’étaient pas liés. Les deux domaines sont déconnectés. D’un côté, celui du projet éducatif, on prône des liens, des articulations, des continuités, des ouvertures, des transitions ; de l’autre, celui des écoles comme espaces, la pensée de la fermeture et de la séparation incarnée par des barrières physiques et des dispositifs de contrôle est devenue la doxa indiscutable. Des discours ou des actes, qu’est-ce qui l’emporte ? Veut-on encore former des individus libres et autonomes ou est-ce que l’assujettissement, la dépendance ou la méfiance sont le nouveau projet de l’école ? Au-delà de propositions sécuritaires en développement constant, la question mériterait d’être clairement posée.

 

 

[1] DEBARBIEUX Éric et MOIGNARD Benjamin, 2022, A l’école de la défiance. Enquête nationale de climat et d’expérience scolaire dans le second degré. EMA EA 4507 – CYU; OUIEP; Autonome de Solidarité Laïque. https://www.autonome-solidarite.fr/media/2022/10/ASL_Synth%C3%A8se-%C3%A9tude-climat-scolaire_OCTOBRE-22.pdf

[2] AGAMBEN Giorgio, 2014, « Comment l’obsession sécuritaire fait muter la démocratie », Le Monde Diplomatique, p. 22-23.



Citer ce billet
Pascal Clerc (2024, 23 février). L’école-forteresse. Géographies buissonnières. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vw8t

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.