Le pays du kitsch


Retour à la maison. Je rentre du Vietnam. Ce pays m’enchante. C’est le pays du kistch, du plastique et du doré, du faux et du fluo, des couleurs qui explosent. Hier matin, en sortant de la gare, tout me semblait gris et vide, terne, uniforme. Certes, un temps d’hiver, un temps couvert de matin sombre mais quand même. Les lieux ont une couleur[1]. Celle de la France m’est apparue comme singulièrement délavée; fadasse. Le Vietnam est un mélange détonnant, joyeux, criard et bigarré. Le Vietnam est en couleurs, de toutes les couleurs, vives et saturées.

 


[1] La géographie des couleurs est un domaine très peu exploré à ma connaissance. Il existe un texte, court et confidentiel, de Pierre Clerget publié en 1949 et intitulé justement La géographie des couleurs ; texte dans lequel il passe rapidement en revue les variations colorées du monde et leurs facteurs. J’ai aussi un souvenir d’une exposition trop vite parcourue à la Tate Britain à Londres au printemps 2011 ; on y voyait l’évolution de la palette colorée d’un artiste en fonction de ses pérégrinations en Europe. Mais impossible de retrouver qui : Constable ? Turner ? Gainsborough ?  Si quelqu’un a une idée…

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.