Carte d’électeur

 

IMGP5616

 

 

IMGP5615

 

Ici, C’est Le Farmer, un bistrot avec concerts et baby foot dans une ambiance de bric et de broc plutôt sympa. Ici ce sont les pentes de la Croix-Rousse, 1er arrondissement de Lyon, aux lendemains des désespérantes élections municipales de mars 2014. Être ici, le point bleu ou vert ou encore rouge sur une carte, c’est construire une centralité provisoire pour organiser ou réorganiser un itinéraire. C’est aussi, avec cette carte électorale de l’agglomération, donner à voir ce qui s’énonce à partir de cette centralité : dans ce cas un gradient allant de la gauche à l’UMP puis au FN en passant par le rose délavé de Gérard Collomb.

Dans les faits, c’est un peu plus complexe. La ville-centre est plutôt « collombiste » (écrire cela plutôt que « socialiste » – un nouveau gros mot apparemment – tant le maire de Lyon s’est évertué à ne pas se réclamer de son parti pendant la campagne) malgré deux arrondissements bourgeois plus à droite. Les banlieues votent plutôt UMP avec quelques vestiges d’une banlieue rouge à l’est. Certaines communes périurbaines penchent dangereusement vers l’extrême-droite.

« Vous êtes ici », c’est aussi vous êtes cernés. Les pentes de la Croix-Rousse comme dernier bastion gaucho de la ville, celui des bars alternatifs, des associations écologistes ou anarchistes, des tatoueurs, des artistes; population mélangée d’étudiants et d’étrangers, de jeunes couples et de petits vieux, quelques bobos mais pas trop, moins que sur le plateau (de la Croix-Rousse : ici on est des pentes ou du plateau). Les pentes, c’est aussi l’échec sans doute le plus cuisant de l’ancien-nouveau maire de Lyon dans ces élections. La maire d’arrondissement, Nathalie Perrin-Gilbert, jadis soutenue par Gérard Collomb a mené la fronde pour une alternative à gauche. Contre le PS et les Verts (qui ont préféré le pouvoir aux idées), celle-ci a emporté la mairie d’arrondissement à la tête d’une liste soutenue par le Front de Gauche et le GRAM (Groupe de réflexion et d’actions métropolitaines). Nathalie Perrin-Gilbert s’était déjà fait remarquée lors de l’occupation de l’ancien collège Truffaut, situé à quelques encablures du Farmer, pour héberger des familles à la rue. Garde à vue : on ne plaisante pas avec l’ordre public à Lyon, la cause fut-elle bonne. Le Farmer et d’autres lieux de vie résistent ; un village gaulois en quête d’un peu d’humanité.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.