Traversées urbaines (1) Premiers pas

Qu’est-ce qu’un centre ? Qu’est-ce qu’une périphérie ? De mes diverses lectures sur le sujet émergent toujours les mots d’Alain Reynaud, plutôt ceux qu’il a emprunté selon ses dires à une comédie italienne du XVIIIe siècle : « Le centre, c’est l’endroit où les choses se passent ». Il écrit cela dans Société, espace et justice (1981), un des premiers textes géographiques qui m’ait marqué.

Mais quelle « choses » ? Et que se passe-t-il exactement qui ne se passe pas ou se passe moins ailleurs ? Comment se marque le passage d’un espace à un autre ? Une rupture nette, un gradient, des échos de centralité qui s’atténuent peu à peu ?

Depuis pas mal de temps, j’avais envie de reprendre ces questions pour ce qui concerne les espaces urbains ; mais pas par les concepts et les outils classiques de la géographie, par la pratique plutôt, par les sens – la vue et l’ouïe en premier lieu – , par une lecture subjective, délaissant le surplomb dit souvent « scientifique » pour des parcours au ras du sol. Bref, j’avais envie d’arpenter les rues, le nez au vent, un appareil photo et un carnet de notes à la main[1].

Pris dans le tourbillon des années universitaires, j’ai laissé ce projet de côté, fait d’autres choses, plus académiques, plus attendues de la part d’un enseignant-chercheur (en tout cas de l’image que j’en ai, ou que j’en avais), plus nécessaires peut-être dans une logique institutionnelle.

Disons qu’aujourd’hui je me donne la liberté d’explorer des pistes moins balisées, du côté des spatialités, du sensible, des cartographies alternatives, des pratiques (et des expériences) spatiales de l’écriture et de la littérature. Pour les avoir mis en œuvre dans certains enseignements, je sais qu’il y a là, dans ces autres écritures du monde, une alternative aux différentes formes des savoirs géographiques académiques, que « comprendre le monde contemporain » comme le demandent de manière récurrente – et souvent non expliquée – les auteurs des programmes scolaires, pouvait aussi prendre ces autres chemins, que la recherche, l’enseignement et la formation avaient donc à y gagner. Je n’ai pas perdu le fil, je crois.

Je me souvenais avoir pris quelques notes sur ce projet. Mais un ordinateur a tout englouti; impossible de les retrouver. J’ai suivi quelques pistes, de dossiers en sous-dossiers, j’ai exploré ma réserve de CD, j’ai lancé dans les méandres de la machine quelques mots-clés comme des bouteilles à la mer. Aucun résultat. Au fond, ce n’est peut-être pas si mal. Cela va m’obliger à reprendre la réflexion sur de nouvelles bases. Ne resteront peut-être des écritures passées que ce qui valait vraiment le coup.

Reprendre le projet, poser quelques balises, les mettre en ligne. Ce texte est le premier d’une série de quatre.

Donc appréhender la centralité, la périphéricité et ce qui conduit de l’une à l’autre, mesurer ce qui change quand on s’approche ou quand on s’éloigne du centre. Le faire par le bas, en éprouvant les espaces, par des pratiques, sans (trop) passer par un construit scientifique qui dirait des densités décroissantes, des seuils, des revenus par habitant ou des fonctions urbaines différenciées. Le faire en tâchant de recueillir des « impressions » (les miennes forcément ; vais-je tenter de les objectiver ?), en mobilisant les sens : la vue d’abord, l’ouïe ensuite, sans doute aussi l’odorat, peut-être un peu le toucher et le goût, et au-delà des sens m’imprégner des ambiances urbaines ; mettre cela en mots, faire des photos sans doute, localiser les lieux sur des cartes conventionnelles pour tenter ensuite d’en construire d’autres.

J’en suis là.

[1] Voir sur ce point le texte de Marie-Laure Poulot sur sa pratique du terrain à Montréal, sur la manière dont la marche, cette plongée « dans la matérialité de la rue », participe de sa recherche. http://www.carnetsdegeographes.org/PDF/terrain_06_02_Poulot.pdf.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.