Traversées urbaines (2) Centres et périphéries en modèle

Dans le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (2003), Jacques Lévy et Michel Lussault ne proposent pas d’entrée « centre », pas d’entrée « périphérie » non plus. On passe directement au modèle, au couple : « centre/périphérie ». D’emblée, les auteurs nous installent dans une relation, dans un rapport hiérarchique. C’était déjà le propos d’Alain Reynaud une vingtaine d’années plus tôt avec des tentatives de typologiser les formes de cette relation, ses évolutions, ses rétroactions, ses renversements, la nature des rapports de force.

Pour cette analyse, de nombreux travaux portent sur des espaces plus vastes que ceux qui m’intéressent ici ; des villes en réseau en premier lieu, et l’on pense forcément aux travaux de Walter Christaller, jusqu’aux études des processus de mondialisation pour lesquels la théorie de l’échange inégal a fourni une référence.

En resserrant mes lectures sur l’intra-urbain, c’est une représentation par cercles concentriques qui s’impose le plus souvent. Elle ramène aux analyses conduites par Burgess à Chicago au milieu des années 1920[1]. Si le modèle était à peu près le contraire de celui qui l’emporte en France, très schématiquement (le réel est toujours plus compliqué) : les pauvres au centre et les riches en périphérie (avec chez Burgess, une lecture dynamique d’un mouvement d’intégration socio-économico-spatial), dans les deux cas, le centre apparaît comme un lieu de concentration. Ce que la plupart des travaux reprennent depuis un siècle environ : concentration de population, de richesse, de pouvoir, d’activité, qui se traduit par des formes spatiales et d’autres éléments visibles : densité du bâti, activité permanente, flots de promeneurs, de touristes, d’habitants, circulation intense….

Toujours sur le même registre, le modèle des cercles concentriques fait écho à la dendrochronologie, l’étude des cercles visibles sur les troncs d’arbres qui permet de les dater et d’en reconstituer en partie l’histoire. Du centre vers la périphérie, c’est la vie passée d’une ville qui se dessine, du noyau initial aux constructions les plus récentes. Même si les processus de renouvellement urbain brouillent quelque peu cette image, c’est bien au centre des villes en général que se trouve le bâti le plus ancien.

Tout cela est parfait, géométriquement parfait, trop parfait peut-être : un centre, une périphérie, un couple de contraire, un gradient régulier ou aréolaire qui conduit de l’un à l’autre. Au centre, les choses se passent ; en périphérie elles ne se passent pas, ou moins.

Vu de loin, vu des cartes, vu des modélisations graphiques, pas de doute, cela tient. Mais dans le détail, dans le fin des lieux de la ville ? N’y a-t-il pas au cœur des organismes urbains, des failles, des hésitations, des creux, des vacances ? N’y a-t-il pas aux confins des villes des irruptions de centralité sur le modèle décrit depuis longtemps des edge cities ?

D’où l’envie d’aller voir cela de plus près.

[1] En 1998, avec Jacquemine Garel, nous avions étudié les manières dont les géographes français s’étaient appropriés les travaux de Burgess et d’autres sociologues ou géographes étasuniens : http://cybergeo.revues.org/5332.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.