Au ralenti

La mode est au slow (slow food bien sûr, mais aussi slow city ou slow tourism)[1], mais la thématique reste encore originale en géographie. La revue en ligne Carnets de géographes[2] consacre son numéro 8 aux géographies de la lenteur. Il est accompagné de quelques photographies choisies à l’issue d’un petit concours. J’en avais proposé deux et pour mon grand plaisir, une d’entre-elles a été sélectionnée.

Cette photo, je la propose de nouveau ici avec un texte de présentation plus long, la seconde aussi et en prime les autres images auxquelles j’avais pensées dans la perspective de ce concours. Outre Ho Chi Minh Ville et le Mékong, on reconnaîtra (ou pas) d’autres vues du Vietnam, Manhattan, une gare en Inde, des paysages marocains, une vue de Madras (Chennai) et Praia au Cap Vert.

Au bord de la ville

C’était lors de mon premier séjour à Saigon. Je découvrais une ville en mutation accélérée, une ville de grues et de chantiers, des rêves de modernité qui se déclinaient dans des centres commerciaux rutilants et glacés ou des immeubles de verre. Dans cet espace en mouvement, de loin en loin, des signes venus d’avant, venus d’ailleurs, d’un autre monde, d’un monde ralenti, d’une ruralité discrète mais jamais oubliée.

Et cette femme au bord du trottoir ; se raconter une histoire. Elle semble hésiter, elle vient d’ailleurs, des campagnes vietnamiennes, là où les femmes portent des chapeaux coniques pour travailler dans les rizières. Face au monde de demain, aux illusions quadrichromiques d’une vie meilleure, nette et lisse, hédoniste et affairée, elle attend, ne sait que faire. Ce n’est pas son monde ; franchir le gouffre ?IMGP1851

Eaux lentes ?

Le Mékong est un aimant ; au Cambodge ou au Vietnam, dans le delta ou près de la frontière laotienne, j’ai passé de longs moments à contempler les lentes arabesques de cette matière épaisse, ce plomb fondu, ces eaux qui se volutent, circonvolutionnent, s’enroulent sur elles-mêmes dans un mouvement perpétuel, cette force tranquille qui semble provenir des fonds du fleuve. Le Mékong n’a rien à prouver, il a son rythme, lent, il prend le temps qu’il faut. A Kratie au Cambodge, les eaux du grand fleuve semblent parfois presque immobiles et je les regarde fasciné.

Pourtant, c’est à peine plus au nord qu’en 1866 Francis Garnier et Ernest Doudart de Lagrée repèrent des rapides qui mettent fin aux espoirs de circulation fluviale et détournent l’intérêt colonial, plus au nord, vers le Fleuve Rouge.

IMGP6088IMGP1323 IMGP1074

IMGP5443 IMGP2166   IMGP2008

IMGP2141IMGP2236IMGP1158

[1] J’ai déjà parlé dans ce blog du slow journalism de Paul Salopek : http://geobuis.hypotheses.org/153

[2] http://www.carnetsdegeographes.org/


2 réflexions sur « Au ralenti »

  1. It’s a beautiful article and stunning photos. We are working on slow tourism in Tuscany and it’s a very beautiful experience. We built a network of local producers which choose a slow a responsible way of work. We never went to Saigon but we read a lot of books about an italian writer called Tiziano Terzani and we fall in love with that places.
    We hope to go there really soon.
    Have a nice day.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.