Seuls au Monde

On se croirait au mois d’avril, lorsque les premiers soleils chauffent la peau et mettent la ville entière dehors. De petits groupes piquent-niquent sur les pelouses, d’autres se baladent, pédalent ou rament sur le lac. L’air est doux comme un vieux pull. Je me poste devant la sculpture. La plupart des promeneurs ne semblent même pas la remarquer. Certains ralentissent un peu le pas, jettent un œil et reprennent le rythme. Quelques-uns s’arrêtent, intrigués, tentent de comprendre la symbolique, puis repartent. Il n’y a guère que les enfants qui obligent les parents à une halte plus consistante. Les petits lâchent les mains adultes et filent dès qu’ils l’aperçoivent, croyant sans doute à une attraction. Ils grimpent sur le levier, jouent aux équilibristes, s’étirent contre la sphère, glissent leurs corps souples entre les personnages de métal. Ce sont eux qui les intéressent le plus, ces sept formes nues, sans sexe ni visage, qui semblent conjuguer leurs efforts. Les enfants posent leurs mains sur les fesses polies par d’autres mains et s’esclaffent, caressent les crânes lisses, les dos lisses, les jambes lisses. « C’est bizarre ces gens tout nu qui portent du bois » dit un enfant. Son père l’entraîne plus loin, il n’aura pas d’explications. J’observe. Une famille prend la pose et le père tente une explication qui m’échappe. Deux adolescents s’approchent et essayent d’identifier des lieux du monde, ils contournent la sphère et restent dubitatifs devant une forme étirée qui est censée représenter le Japon. Une petite fille se cache derrière. Répétitions. Tous les enfants reproduisent les mêmes gestes ou presque sous le regard, amusé, admiratif ou impatient des parents ; les parents qui font des photos.

La sculpture s’appelle « Ensemble pour la paix et la justice ». Ça ne mange pas de pain. Elle a été installée au parc de la Tête d’Or à l’occasion du G7 de Lyon de la fin du mois de juin 1996. Je me souviens d’un bordel noir dans la ville pour assurer la sécurité des grands de ce monde. Il y eu quelques manifestations anti-G7. Je me souviens aussi que le parc avait été fermé ; on disait que c’était pour que Bill Clinton puisse faire son footing tranquille. Les sept « grands », les sept chefs d’État des pays qui étaient alors les plus riches : les États-Unis, le Canada, l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l’Italie et le Japon. Avant, à 5 puis 6, une structure plus ou moins formelle avait été créée dans le sillage du choc pétrolier de 1973. On réglait les affaires entre soi ; les gueux restaient à la porte.

La sculpture a été offerte à la ville par un groupe de sponsors rassemblant quelques banques et entreprises locales pour l’essentiel. L’artiste, Xavier de Fraissinette, est raccord avec l’ensemble, pas seulement pour son nom. Sur son site, on apprend qu’il a créé des sculptures et autres objets pour le Grand Prix de tennis de Lyon, le championnat de France de polo et quelques grands joailliers de la place Vendôme.

Description : une sphère de pierre blanche et rugueuse, un levier en bronze et sept personnages, en bronze aussi, sept formes humaines génériques qui soulèvent le levier pour faire tourner la sphère. La symbolique est simple, voire simpliste. Mais rien de scandaleux à première vue si l’on accepte l’idée, malheureusement assez exacte, qu’eux seuls ont les moyens de faire tourner le Monde. Sauf que sur cette sphère ne sont représentés que ces sept pays, un archipel mondial qui correspond en gros à la triade et occulte l’essentiel de l’humanité. Sept formes métalliques grossières pour représenter les sept puissances et rien d’autre, rien d’autre que la pierre nue : le reste du monde n’existe pas. Ce que les puissants font avancer, c’est leur monde. Les autres sont absents, effacés : l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Amérique du Sud, la plus grande partie de l’Asie. Ils ne sont pas à la traîne, accablés par la dette, ni même « en développement » ou « sous-développés » ; ils ont disparu. Cynisme ? Bêtise ? Inconscience ? On ne saurait dire.

Ajoutons encore que le globe (c’est paradoxal pour ce type de représentation) est occidentalo-centré. Je veux dire par là que le côté qui donne sur l’allée est centré sur l’Océan Atlantique et que l’on peut donc facilement observer les puissances qui le bordent. Pour le Japon, il faut faire le tour.

L’indifférence face à l’œuvre n’est pas tout à fait générale même si en l’occurrence, le sens critique ne semble pas la chose la mieux partagée du monde. Je me suis parfois trouvé un peu couillon face à des étudiants en leur montrant quelques images et pensant déchaîner des passions indignées.

Mais il y a quand même de petits bonheurs. Un matin, traversant le parc, j’ai vu sur la pierre un bombage vert représentant l’Afrique. Mais les services municipaux furent d’une étonnante célérité puisque repassant un peu plus tard pour immortaliser ce geste contestataire, je ne vis plus que la pierre nettoyée ; l’Afrique était rendue au néant d’où l’avait tiré pour instant le bombeur nocturne. Il y eu aussi, mais je n’en avais rien su ni vu à l’époque, des actions de militants altermondialistes en 2001 : bombages rouges sur la sphère ou déguisement des sept gugusses en plein effort. Et puis cette image, trouvée sur Internet, de feuilles collées sur ce monde incomplet avec le nom de quelques-uns des pays oubliés et ce commentaire sur le site de Rue89Lyon : « Représenter une planète ne faisant figurer que les 7 pays les plus riches sur les 192 reconnus à l’époque me révulsait. J’ai édité sur du A3 les noms des 30 pays les plus pauvres en PIB, j’ai collé le tout (avec une carte, je suis mauvais en géo) sur le globe. Juste histoire de faire quelque chose et de pouvoir continuer à courir… »

Faire quelque chose…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *