Chassons les pauvres

Le patron de l’agence était en service commandé et nous résolus à en découdre. Depuis quelques jours des plaques métalliques, comme de petites vagues, avaient été installées devant la banque. Nous sommes entrés pour l’interroger : œuvre d’art ? dispositif anti-pigeons ? On savait de quoi on voulait l’entendre parler, il savait ce qu’on attendait. Mais il restait dans son rôle, impeccable et cravaté, à nous répéter que les plaques métalliques n’avaient pas été posées partout afin de laisser un passage au niveau de la porte où entraient et sortaient les convoyeurs de fonds. Dialogue de sourds, histoires de fous. Il était assez fort : on lui parlait de ce qui existait depuis quelques jours devant la banque, il nous parlait du passage ménagé pour les convoyeurs ; on l’interrogeait sur le blanc, il ne nous parlait que du noir. Finalement, il a craché le morceau, enfin une partie du morceau : il fallait que les convoyeurs de fonds puissent accéder en toute « sécurité » au distributeur et donc que personne ne puisse s’asseoir près du distributeur de billets. Dans sa leçon bien apprise, il n’avait sûrement pas le droit de prononcer les mots « Rom » ou « SDF ». C’est sûr que la petite grand-mère (Rom de Roumanie), ou les autres membres de sa famille qui mendient ici depuis plusieurs années représentent une menace considérable. L’argument de la sécurité est pratique; toujours là prêt à être dégainé quand on préfère ne pas s’étendre sur quelque chose qui coince. Ça n’a rien à voir mais pour ce qui me concerne, la dernière fois c’était dans une salle de l’université : les tables doivent être alignées comme des soldats à la parade et pas en rectangle ou en îlots, « question de sécurité » et pas la peine de demander des explications, c’est comme ça.

Mais revenons à nos agences bancaires. Car il y en a une autre voisine de la mienne (la mienne appartient au réseau que l’on dit « Populaire ») devant laquelle on a installé une robuste armature. Je suis sûr que si je vais m’enquérir de leur fonction, on me parlera sécurité et voiture-bélier. Et tant pis si l’endroit obstrué est trop étroit pour offrir le passage à une voiture. Mais c’est plus malin (si on peut dire), plus efficace que les petites vaguelettes métalliques qui ont aussitôt été intégrées dans le carton sur lequel s’assoient les mendiants Roms. Ils ne sont pas très sérieux à la Banque Populaire, ne font le travail qu’à moitié. Un vague sentiment de culpabilité qui interdirait d’être vraiment dissuasif ? À quant du sérieux ? Des chevaux de frise ou des barbelés, des lames de rasoirs, de l’électricité ?

Tandis que certains tentent de faciliter la ville aux plus pauvres, d’autres, acteurs privés ou publics, multiplient les actions visant à rendre l’espace urbain hostile pour ceux qui l’habitent sans doute le plus intensément faute de pouvoir s’y loger. Pas de naïveté chez eux j’imagine, ils n’espèrent pas faire disparaître une partie de la population mais seulement les éloigner un peu : Not in my back yard, c’est toujours la même histoire. Je n’en veux qu’à moitié aux entreprises privées qui espèrent préserver ainsi le business, mais de la part du secteur public, c’est plutôt honteux. Ce n’est pas une histoire récente. Les spécialistes d’histoire urbaine montrent que de tous temps, les « classes dangereuses » ont été rejetées, expulsées, enfermées, dénoncées, mises en marge…

C’est en cherchant des informations sur la toile que j’ai redécouvert une histoire que j’avais oubliée, une de plus dans la longue histoire de la ségrégation urbaine : celle des bancs grillagés de La Rochelle. Au moins c’était franc du collier sur l’échelle de la dégueulasserie, pas comme les sièges ou bancs qui se multiplient aujourd’hui et qui, avec leur look très branché, font passer la stratégie anti-SDF pour du mobilier urbain design.

Les bancs grillagés de La Rochelle, c’était simple et efficace, un peu surréaliste aussi, tellement efficace que plus personne ne pouvait s’y asseoir. Imaginez une cage pour un lapin ou pour une poule sauf qu’à l’intérieur, il y a un banc. C’était l’idée de génie de Xavier Bonnefont, le maire UMP de la ville en décembre 2014. Sept ans plus tôt, il y avait eu une autre proposition terrible, celle d’un autre élu de droite, le maire d’Argenteuil qui avait fait diffuser un produit à l’odeur répugnante, baptisé « Malodore » pour éloigner les SDF du centre-ville. On pourrait allonger la liste tant les élus et leurs séides sont inventifs en ce domaine.

La géographie de ces dispositifs est difficile à entreprendre à grande échelle, à l’échelle nationale disons, faute de données. La campagne Soyons humains de la Fondation Abbé Pierre propose un travail collaboratif de recensement photographique à l’échelle nationale mais il est difficile d’en tirer des conclusions sur les villes les plus actives en ce domaine car ce travail collaboratif ne repose que sur la bonne volonté de ceux et celles qui décident de déposer des photos. Cela étant dit, j’ai bien l’impression que malheureusement, comme la connerie, ce type de dispositifs est bien réparti.

Par contre les photos déposées par les contributeurs (un peu plus de 300 en février 2018) permettent de se faire une idée un peu plus précise de la géographie locale des dispositifs, de voir notamment si certains types de lieux sont privilégiés. Que nous dit l’analyse de ces images ? Leur vision en série donne d’abord la sensation d’une grande hypocrisie ; à quelques exceptions près, rien de spectaculaire à connotation guerrière ou carcérale. C’est sans doute le gage de l’acceptabilité. Nombre de ces dispositifs sont minuscules : cette petite barre relevée et totalement inutile sur un banc, qui se voit à peine, qui pourrait sembler presque jolie, cassant la monotonie de la forme, mais cette petite barre interdit à quiconque de se coucher ; on veut bien des pauvres mais debout, en mouvement. D’ailleurs la spatialité du dispositif est rationnelle et repose à la fois sur les besoins d’habiter des individus (se reposer, s’abriter, se distraire…) et sur les réactions réelles ou supposées des urbains face à la grande pauvreté.

Le premier ensemble d’images renvoie à la notion d’abri. Presque la moitié du corpus photographique correspond à des abris potentiels pour les gens de la rue : un porche, un pont, l’avancée d’un immeuble, les stations de métro bien sûr et les abribus. Les plus pauvres ne doivent pas pouvoir s’abriter, ils doivent rester au vent et à la pluie. Pour cela, il y a bien sûr tous les nouveaux types de bancs dans le métro (tellement inconfortables que même assis on y est mal) et des espèces de « jardins de galets » – fréquents près des entrées d’immeubles – , censés être décoratifs et qui interdisent toute velléité de s’y allonger. Il y a ensuite les agences bancaires. Difficile de faire un palmarès ; j’ai l’impression que toutes les grandes sociétés s’y retrouvent. Les lieux centraux des dispositifs anti-SDF y sont les distributeurs de billets, des lieux de vulnérabilité pour ceux qui ont un peu ou beaucoup d’argent : on est momentanément captif, on doit attendre que les opérations se fassent. On sort sa carte, on fait le code, on se retrouve avec 20, 50 ou 100 euros dans la main, on ouvre son portefeuille, on se planque un peu pour que les pauvres parmi les pauvres ne voient pas cette manne et un peu honteux, on abandonne quelques pièces. Les places, les bancs au soleil, tous les lieux agréables où certains pourraient se reposer, se retrouver sont aussi particulièrement visés : bancs sans dossier ou fragmentés par de petites séparations. Il ne faudrait pas que quelqu’un s’avise de s’y allonger. Reste les boutiques : un SDF ça fait tache. Aucun type de commerce, aucune franchise ne semble se distinguer en particulier. Il y a des dispositifs partout où l’on vend des vêtements, des assurances, des lunettes, des chaussures, des hamburgers…

Pour finir, je voudrais rendre hommage à Sarah Ross. Sarah Ross est une artiste étasunienne qui s’intéresse beaucoup aux villes, au mobilier urbain et au corps dans la ville. En 2005, elle avait inventé un dispositif anti-dispositif absolument génial, aussi loufoque et inutile que les actions des sociétés privées ou publiques sont stupides et inefficaces. Il s’agissait de divers types de combinaisons avec des structures en mousse intégrées qui permettaient de s’asseoir ou de se coucher sans dommages physiques sur les structures les plus perverses.

(capture d’écran)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.