Dépayser la pensée

Je vais rapidement exposer trois idées pour dire tout l’intérêt qu’il y a à « penser ailleurs » (« penser ailleurs », pour plagier le titre d’un livre de Nicole Lapierre publié en 2004, Pensons ailleurs, dans lequel elle s’intéresse à la pensée d’intellectuels déplacés) et plus particulièrement l’intérêt qu’il y a à développer la mobilité internationale dans la formation des enseignants[1].

Première idée : celle du déplacement ou du dépaysement de la pensée

Je suis actuellement au Brésil, professeur invité à l’Université de São Paulo et cette situation fait complètement écho à la question que je souhaite présenter ici. Ce déplacement, ce dépaysement de la pensée est un enrichissement considérable. C’est dans cet entre-deux, entre ces deux espaces géographiques, ces deux mondes de représentations que sont la France et le Brésil, que mon regard se rafraîchit et que des questionnements inédits apparaissent. Bien sûr, ce n’est possible que si on le veut bien : on peut rester fermé comme une huître notamment quand certaines configurations du déplacement (je pense notamment aux voyages organisés de groupe) rendent difficiles cette disponibilité intellectuelle.

Par rapport à cet enrichissement lié au déplacement, à la mobilité, au fait d’être amené à « penser ailleurs », je vais prendre un exemple et un seul, celui de Philippe Descola, un anthropologue français, aujourd’hui professeur au Collège de France. En 1976, il se rend en Haute-Amazonie pour faire sa thèse sous la direction de Claude Lévi-Strauss, auprès d’une tribu qui s’appelle les Achuar. Je vais vous lire quelques lignes de Philippe Descola :  

C’est le rôle de l’anthropologie que de faire l’inventaire des différences et de tenter d’expliquer leurs raisons. Pour en faire l’inventaire, il faut aller chez les gens et observer leurs coutumes, leurs façons de faire, de dire, il faut partager leur vie quotidienne pendant plusieurs années, apprendre ce qu’ils savent, comprendre ce qu’ils font (…).

Vous serez nécessairement amenés, par contraste, à questionner l’évidence des habitudes de vie de votre propre communauté. Vous serez devenus un peu autre, et parfois presque étranger à ce que vous étiez auparavant selon la durée de votre séjour. Vous remettrez en question certaines des évidences qui paraissent relever du bon sens de votre communauté d’origine.

C’est précisément comme cela que j’ai commencé à mettre en question ce qui me paraissait aller de soi dans la différence entre les humains et les non-humains, entre les êtres qui relèvent selon nous de la nature et ceux qui relèvent de la culture.

Lorsque je demandais aux Achuar pourquoi le cerf, le singe capucin et les plants de cacahuète se présentaient sous une apparence humaine dans leurs rêves, ils me répondaient, surpris par la naïveté de ma question, que la plupart des plantes et des animaux sont des personnes tout comme nous.

Les Achuar ignorent ces distinctions qui me semblaient évidentes entre les humains et les non-humains, entre ce qui relève de 1a nature et ce qui relève de la culture. Autrement dit, mon sens commun n’avait rien à voir avec le leur. Lorsque nous regardions des plantes ou des animaux, nous ne voyions pas la même chose. (…)

Ceci conduit à nous poser des questions sur notre façon de concevoir le rapport des humains aux animaux et aux plantes. Nous avons tendance à croire que cette façon de penser est universelle, mais à l’évidence, elle ne l’est pas. “[2]

C’est en s’interrogeant sur les autres et en apprenant des autres que Descola peut déconstruire ce qui relève de l’évidence dans son monde. Ce déplacement physique et ce déplacement de la pensée lui permettent à la fois de développer un point de vue sur l’autre, une meilleure connaissance de l’autre, et un autre point de vue sur soi, comme une forme de retour sur son propre monde.

En tentant de voir par soi-même, comme le fait Descola, il y a aussi la possibilité d’éviter quelque peu, de contourner parfois, les filtres médiatiques, ceux qui nous permettent d’avoir un accès au monde. Ici au Brésil, je peux en témoigner de manière très précise : dans les médias français, on parle beaucoup de la violence – et il est vrai que c’est un problème au Brésil – mais en y associant presque toujours un adjectif : « inouï ». La violence est toujours « inouïe » et on peut facilement imaginer un pays à feu et à sang. Ce qui est très loin de la réalité : la violence est très localisée, elle concerne les pauvres, les jeunes et les Noirs. Ici, dans le quartier assez « bobo » où j’habite, la vie est très tranquille, comme d’ailleurs dans d’autres quartiers de São Paulo.

C’est donc en se déplaçant, en allant voir ailleurs, que l’on peut sortir d’une forme d’enfermement de la pensée, d’encroûtement dans des certitudes, que le fait de se frotter au monde peut bousculer un peu ; c’est la possibilité de reconsidérer de l’extérieur ce qui apparaît habituellement comme des évidences.

Deuxième idée : l’intérêt qu’il y a à découvrir un autre système éducatif

Dans la formation des professeurs, un stage à l’étranger me paraît essentiel pour deux raisons. D’une part, il permet de découvrir d’autres pratiques d’enseignement (par exemple, comme je l’ai vu au Sénégal, de compenser le manque de matériel par une forme de théâtralisation de la parole du professeur ; en Belgique néerlandophone avec l’importance de l’autonomie accordée aux élèves et par l’acceptation de la prise de risque ; ou encore en Estonie et en Allemagne par le rôle majeur de la sortie, de l’extérieur, du contact avec la « nature »…) D’autre part, et c’est sans doute l’essentiel, cela permet d’interroger, toujours par ce dépaysement de la pensée, la question même de l’éducation, de l’enseignement, de l’apprentissage, de l’acte de transmission, de la place de l’école dans un système culturel.

Ces deux apports permettent à l’enseignant en formation de revenir en France certes avec la connaissance de nouvelles pratiques que l’on peut mettre en place, mais aussi avec une réflexion renouvelée, dépoussiérée, détachée des évidences initiales, sur les questions éducatives.

Troisième idée : la question de la citoyenneté

On insiste souvent sur la citoyenneté (sans d’ailleurs être toujours capable de dire ce que c’est). De mon point de vue, la citoyenneté renvoie à la responsabilité, au sens critique et à l’engagement (ce que l’on peut appeler une citoyenneté active). Un stage à l’étranger peut largement y participer par les prises de conscience qu’il permet.

Mais la citoyenneté est relative à un ou des territoires, et donc à une ou des identités. On en peut pas assimiler les deux termes l’un à l’autre mais il y a des relations entre par exemple la citoyenneté française et l’identité française. Allez voir ailleurs c’est se confronter à d’autres identités et à d’autres modalités d’exercice de la citoyenneté. C’est aussi la possibilité de donner de l’ampleur à nos appartenances identitaires. L’association d’une citoyenneté unique à une identité unique (souvent nationale) est un poison, c’est celle d’un monde étriqué, « rancie » comme l’écrivait Philippe Sollers en 1999. C’est le monde des replis identitaires et des confrontations conflictuelles d’identité. Je crois en outre, (au-delà des valeurs morales) qu’il est dépassé. On est dans une « société liquide » pour paraphraser Zygmunt Bauman, et si on veut la comprendre à défaut de la maîtriser, il faut développer des formes de citoyenneté et d’identités, plurielles, souples et ouvertes.

Enfin, aller voir ailleurs c’est aussi toucher du doigt ce qui peut sembler une utopie mais peut aussi être un horizon : l’appartenance commune à une société-monde et donc la référence à une citoyenneté mondiale qui sera sans doute indispensable pour surmonter certains des défis du contemporain

Pour toutes ces raisons, je pense donc qu’un stage à l’étranger est un apport majeur dans une formation d’enseignant.


[1] Ce texte est la version écrite d’une communication prévue dans le cadre des ErasmusDays à l’Université de Cergy-Pontoise le 12 octobre 2018. J’étais à ce moment-là au Brésil et des problèmes techniques ont rendu impossible cette communication.

[2] Philippe Descola, Diversité des natures, diversités des cultures, Bayard, 2010


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.