Si loin, si proche. La vie comme un dimanche après-midi

De l’absence d’intérêt d’être urbain

Dans leur définition de la ville, les géographes reprennent souvent la proposition de leur collègue Jacques Lévy : la ville, c’est de la densité et de la diversité. Le problème, c’est qu’en ce moment on ne profite guère de la diversité et qu’on ne veut surtout pas de densité. Bref, il n’y a plus aucun d’intérêt à vivre en ville. Toutes les aménités ici rassemblées sont provisoirement suspendues. Le verre de blanc au bistrot avec les copains, un bon film, un passage dans une librairie, simplement traîner les rues le nez au vent, c’est fini. Tout est immobilisé, l’agitation a été comme absorbée et nous avec, retirés dans nos boîtes. La ville du corona, c’est calme, calme comme la campagne mais en moins bien. Certains ont pris le bon train et à l’heure des applaudissements nocturnes, je vois que beaucoup d’appartements habituellement occupés sont désertés. Dans mon quartier un peu bobo, il y en a qui ont choisi (qui ont pu choisir) le confinement rural. Confinement. Le mot vient de là, de la campagne. Je refais le chemin étymologique avec le véritable trésor qu’est le Dictionnaire historique de la langue française : de confins, « la limite commune à des champs » au voisinage puis à l’idée de « bout, espace éloigné » au XVIIe siècle, vers confinement comme « terrain confiné » pour arriver à la notion d’emprisonnement, d’enfermement dans des limites définies. Mais tout dépend de la taille de la cage. La campagne, encore. Je reçois un mail ; ma correspondante s’est isolée dans le Cantal : « ici les chemins restent ouverts et le ciel est large ».

 

Upside Down

C’est le Monde à l’envers, un prolongement de la revanche cartographique des Australiens qui en avait marre d’être Down Under et qui dès les années 1970 ont mis les cartes sens dessus dessous. C’est le Monde à l’envers avec le « Sud » qui va mieux que le « Nord » pour une fois et espérons que ça dure là où les systèmes de santé sont les plus fragiles. C’est le Monde à l’envers avec ma doctorante camerounaise qui me souhaite bonne chance. C’est le Monde à l’envers avec des pays qui se ferment aux Français, nous qui avons l’habitude d’aller partout sans problème mais qui compliquons terriblement la vie de certains de ceux qui viennent d’ailleurs.

 

Dogville à la boulangerie

Ça m’a frappé dès le premier jour, ces bandes adhésives, ces lignes ainsi tracées au sol dans et devant les commerces érigeant des barrières sanitaires invisibles (il y a aussi une variante avec les croix scotchées au sol et je veille à me placer précisément au centre de la croix) : Dogville, un film de Lars Von Trier sorti en 2003. J’ai oublié en partie l’histoire mais je me souviens de ce village et de ces marques au sol qui figuraient les cloisons et les murs des maisons. La similitude s’arrête là, dans ces traces d’une matérialité suggérée, ces traces qui disent des passages et des interdits. Avec corona, si les bandes adhésives dessinent des barrières invisibles, celles-ci se déplacent avec chaque corps. Nous changeons de case avec l’avancée de la file. Un, une par case, c’est la règle. On est plutôt discipliné dans le quartier. On réinvente la proxémie, l’espace des interactions, la bulle invisible qui est autour de nous. Et le sol de nos villes se couvre des marques de nos nouvelles territorialités.

 

Et aussi

Je n’ai pas eu de contact physique avec un être humain (ni avec un animal d’ailleurs) depuis une semaine. Il est très probable que cela ne m’était jamais arrivé auparavant.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.