Si loin, si proche. Le silence dans la rue

On n’entend rien, on sait tout

Ils sont confinés. Ils sortent un peu chaque jour, pas trop loin. Ils attendent. Ils s’occupent comme ils peuvent entre tâches ménagères, jeux de cartes ou lecture. C’est la guerre, une drôle de guerre. Rien ne se passe ou presque. L’ennemi est là, pas très loin, mais on ne le voit pas. « C’était une vie presque paysanne, qui végétait très ralentie à l’extrême pointe d’un des nerfs les moins alertés parmi le grand corps de la guerre : le vent, la saison, la pluie, l’humeur du moment, mes menus soucis ménagers, l’agitaient beaucoup plus que les circulaires des états-majors, dont l’écho venait mourir sur ces lisières somnolentes aussi paresseusement qu’une vaguelette au bord du sable. » (Julien Gracq, Un balcon en forêt, 1958). Près de la frontière belge dans les Ardennes, le lieutenant Grange et ses hommes sont aux avant-postes dans la maison forte des Hautes Falizes. Les informations arrivent irrégulièrement, lacunaires, incertaines. On entend le grondement de la guerre.

Corona nous la fait à l’envers ou presque. L’ennemi est silencieux mais on sait tout, on croire savoir tout. La ville se tait, surtout la nuit (et j’ai le rêve depuis quelques jours d’aller traîner les rues aux heures sombres). Un éclat de voix parfois, les applaudissements de vingt heures et c’est tout ; même dans les magasins règne un étrange silence. C’est qu’il est là le corona, peut-être là, potentiellement un peu partout dès qu’un être humain apparaît. On s’évite, on s’esquive, sans mots dire (sans ouvrir la bouche), d’un accord tacite. Le corona ne parle pas mais on en parle partout, on sait tout, on connaît tous les chiffres, heure par heure, toutes les courbes, toutes les cartes, vrai ou faux qu’importe : on est informé ou on croit l’être. On sait tout des traitements possibles, des « gestes barrière », de ce qui donne droit à un déplacement dérogatoire, du dernier tweet de Trump, de la dernière saillie de l’abruti tropical, du nombre de masques manquants, de la manne qui va ruisseler sur la France, de la condition des détenus, des femmes enceintes, des toxicos, des caissiers, des infirmières, des sportives, des députés, des Sud-Africains, des Japonais, des Islandais, des livreurs. Jusqu’à saturation.

 

Faites de bonnes cartes svp !

Allez, petite leçon de cartographie. Rassurez-vous, je vais essayer d’être bref et précis. Je m’énerve tous les jours sur les cartes du corona, celles du Monde par exemple, en particulier celle des pays touchés par la pandémie. Elle est actualisée quotidiennement avec les données fournies par l’Université Johns Hopkins (et au passage, ça fait vraiment flipper quand on voit la rapidité des évolutions). En voilà une capture d’écran. Pour la version originale et interactive : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/02/27/en-carte-visualisez-la-propagation-mondiale-de-l-epidemie-de-coronavirus_6031092_4355770.html

(Pensez à cliquer sur les cartes pour les voir correctement)

Cette carte est donc interactive : en cliquant sur un pays, on peut avoir des informations sur le nombre de cas, de morts et de guéris. C’est aussi une « double carte » car on peut choisir de visualiser soit les cas, soit les morts. Tout cela est très intéressant mais malheureusement il y a trois problèmes majeurs avec cette carte.

Le premier problème, c’est la discrétisation. Un gros mot ? Non, c’est simple : discrétiser, c’est répartir une série de données (ici des cas ou des morts par état) dans quelques groupes (on dit des classes). Pour cette carte on a cinq classes. C’est une étape importante car quand deux pays sont dans la même classe, on ne peut plus les distinguer sur la carte même si les situations sont assez éloignées. À l’inverse, il est gênant que deux pays aux situations proches soit dans des classes différentes. Un exemple : au 28 mars, il y avait 92 morts en Turquie et 105 morts en Suède. L’écart n’est pas énorme pourtant ces deux pays sont dans deux classes différents et la Suède se retrouve avec le Royaume-Uni où le nombre de morts est beaucoup plus important : 761. Ces situations (il y en a beaucoup d’autres exemples) reposent sur un choix totalement irrationnel construit autour d’un fétiche, une barrière apparemment infranchissable : le chiffre rond, cent ou mille ou dix mille. Un chiffre rond, c’est rassurant, ça paraît solide mais ça ne vaut rien ailleurs que dans nos imaginaires. Il existe pourtant bien d’autres manières de discrétiser, plus précises, plus efficaces, qui tiennent compte des caractères d’une série de données, qui séparent ce qui est éloigné et qui mettent ensemble ce qui va ensemble.

Deuxième problème, le choix de données absolues pour réaliser la carte. Les données absolues, ce sont les chiffres « bruts » : par exemple 32 332 cas en Iran le 28 mars. On peut les différencier des données relatives qui sont des données rapportées à un ensemble, par exemple, toujours pour l’Iran, le nombre de cas par rapport à la population totale. En prenant des données absolues, on néglige l’essentiel et on met dans le même sac ce qui n’a rien à voir. Un exemple ? Le Japon et le Canada, une cinquantaine de morts dans les deux cas donc on les a mis ensemble. Le problème c’est que rapporté à la population totale des pays, ce n’est plus du tout la même chose. Il y a presque quatre fois d’habitants au Japon qu’au Canada : on pourrait les rapprocher s’il y avait quatre fois plus de morts au Japon qu’au Canada. En données relatives, on voit que ce qui s’est passé en Chine est beaucoup moins grave que ce qui arrive actuellement en Espagne ou en Italie. Cette carte tirée du site de Médiapart le montre (le dossier sur le corona de ce média en ligne est d’ailleurs très soigneusement réalisé).

Troisième problème, l’utilisation de figurés de surface (on met en rouge, ou d’une autre couleur, toute la surface d’un pays) pour des données brutes. Pour ce type de données, il faut utiliser des figurés ponctuels, par exemple un point. Comme sur cette carte.

Pourquoi ? Et bien parce qu’un point ou un carré ou un triangle pourra signifier assez fidèlement la donnée : plus il est gros, plus la donnée chiffrée est importante. Mais si on mélange tout, si on met en couleur toute la surface d’un pays pour dire une donnée brute, on va mettre beaucoup plus de couleur sur un grand pays donc attirer l’œil vers ce pays, donc dire en quelque sorte que c’est là que le phénomène est important. Regardez encore la carte du Monde : l’œil est attiré par la Chine et les États-Unis, c’est normal, c’est grand. C’est pourtant du côté de l’Europe qu’il faudrait que l’œil soit attiré (je précise : aujourd’hui, car les évolutions sont rapides) mais comme l’Europe c’est plus petit, ça se voit moins. Bref, cette carte que l’on voit tous les jours sur le site du Monde, mérite un zéro pointé. Dommage.

 

Et aussi

« Pour la première fois de ma vie, j’assiste à ce renversement : l’économie, l’obsession de sa croissance, a sauté de son piédestal, elle n’est plus la mesure des rapports ni l’autorité suprême. » Erri De Luca dans Le samedi de la terre, Gallimard, 19 mars 2020.

En ce moment la métaphore marine est à l’ordre du jour : on attend la « vague » ou le « raz de marée », on « navigue à vue », on tente de « rester à flots » pour ne pas se retrouver « sous l’eau » Il faudra seulement essayer de ne pas couler.


3 réflexions sur « Si loin, si proche. Le silence dans la rue »

  1. Merci Pascal, belle initiative de faire partager tes réflexions de géographe dans lesquelles beaucoup d’entre nous se retrouveront.Un blog à faire partager et connaitre à l’ensemble de la communauté enseignante…

  2. « Des chemins qui restent ouverts avec un ciel large » et un « balcon en forêt » de quoi transcender notre enfermement.

Répondre à BASSETTI Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.