Si loin, si proche. Le Monde est (encore) à nous

Vive la mondialisation !

On parle beaucoup de mondialisation en ce moment, en général pour la dénoncer comme la cause de tous nos malheurs. Certes, le processus de mondialisation est lié à la pandémie, mais le dire revient à enfoncer une porte ouverte puisque la définition même d’une pandémie renvoie à la totalité mondiale : pan pour l’idée de totalité et démie (du grec dêmos, le peuple et par extension tout le monde) à la différence de l’épidémie de epidêmos, ce qui séjourne dans un pays, ce qui circule dans un pays.

Alors oui, il y a une relation entre la mondialisation et la pandémie. Mais dire que la mondialisation est responsable de la pandémie, c’est y aller un peu fort. C’est un peu comme si les masses d’air circulant d’est en ouest étaient responsables des impacts de la catastrophe de Tchernobyl en Europe Occidentale.

La mondialisation, c’est un processus. Ce n’est pas une situation, ni une idéologie. C’est le processus de mise en relation des différents lieux du Monde (et des hommes qui y vivent) par des flux d’êtres humains (qui transportent éventuellement des virus), d’animaux, de marchandises, de capitaux et d’informations. Le résultat de cela, c’est l’émergence du Monde comme échelle de référence.

Ce processus n’est pas une création du monde contemporain. Il est très ancien. Il y a quelques années, j’avais écrit un texte sur Paul Salopek, un journaliste. Il avait prévu de refaire à pied un des trajets d’Homo sapiens, de l’actuelle Éthiopie jusqu’en Patagonie en passant par le détroit de Béring. Ce trajet, c’est le début de l’histoire, celle de la diffusion de l’être humain sur la planète, de sa dispersion, puis de l’oubli des autres et de notre commune humanité. Ensuite, quand Homo sapiens est un peu partout sur la planète, commencent les circulations, les contacts, les échanges et tout ce que cela trimballe de positif et de négatif. S’il fallait retenir une date marquante, ce pourrait 1492, cette mise en contact décisive entre l’Europe et l’Amérique. Et déjà une histoire de maladies infectieuses – variole, typhus, peste… – qui déciment les populations mésoaméricaines ; mais aussi la diffusion de la pomme de terre et de la tomate qui prennent les bateaux pour l’Europe au XVIe siècle. Christian Grataloup dans sa Géohistoire de la mondialisation (2007) propose cette date de 1492 comme moment de la naissance du Monde. Serge Gruzinski s’intéresse aux décennies qui suivent avec « la mondialisation ibérique ». D’autres auteurs citent les voyages de Marco Polo, la colonisation du XIXe siècle, l’après Seconde Guerre mondiale ou encore les années 1980. Mais la plupart s’accordent pour dire que tous ces moments relèvent d’un processus unique. Du premier élargissement de nos horizons au Monde, c’est la même histoire.

D’ailleurs, les pandémies d’avant le corona ne disent pas autre chose : la peste de 1720 en Provence qui tue la moitié de la population de Toulon et arrive du Levant par la mer, le choléra qui en un siècle (1817-1923) se diffuse presque dans le monde entier à travers une succession de pandémies, et plus près de nous la grippe de Hong-Kong, que tout le monde a oublié mais qui tue quand même près d’un million de personnes à la fin des années 1960 en Asie, en Océanie, en Amérique et en Europe. La différence aujourd’hui, c’est que ça va plus vite.

Il est compliqué de plaider pour la mondialisation par les temps qui courent. Mais j’essaye quand même. Il y aurait d’abord quelque chose de constitutif de l’être humain, une curiosité. Je me souviens approximativement d’une citation du géographe Philippe Pinchemel mais je n’ai pas pu la retrouver. Il disait en gros que l’histoire de la géographie avait commencé avec l’être humain lorsque certains voulurent aller voir ce qu’il y avait de l’autre côté de la colline, puis de l’autre côté de l’autre colline. Il y a aussi ces mots de Marguerite Yourcenar tirés de L’œuvre au noir : « Qui serait assez insensé pour mourir sans avoir fait au moins le tour de sa prison ? » Et comme, l’homme n’a pas de racines mais des pieds (encore une citation approximative, de Salman Rushdie cette fois), il s’en sert. Il va voir ailleurs, partout, à la rencontre de ceux qui sont comme lui, de ceux qui appartiennent à la même espèce que lui, l’espèce humaine (les races sont une invention récente pour une fin de domination). Ce serait l’origine biologique de la mondialisation. Si ces autres qui sont ailleurs sont comme moi, pourquoi ne pas les connaître ? Donc on va voir, on voyage, on échange, on se mélange (un peu). Et c’est pour ça que dans ma cuisine, j’ai du poivre de Kampot, du curry indien, du riz thaï, des pois chiches qui viennent originellement du Proche-Orient, du chocolat ; que dans ma bibliothèque il y a des romans de Murakami, de Thomas Mann ou de Paul Auster, des livres de photos d’Edward Weston ; et que parmi mes disques, il y a Love cry d’Albert Ayler, de la musique klezmer ou des chansons de Boubacar Traoré. Parce qu’elle met en contact avec l’altérité, la mondialisation est une richesse. Ça c’est la belle version de l’histoire.

Il y en a une autre, plutôt moche : l’esclavage, la prédation coloniale, l’exploitation du tiers-monde, le capitalisme sans limites et la loi de la jungle, des interdépendances suicidaires, une production excessive de CO2.

La mondialisation, c’est ça, le positif et le négatif. Pour le dire vite, il y a une mondialisation cosmopolite et une mondialisation capitaliste. Autrement dit, tout dépend de ce qu’on met dans les tuyaux.

Il y a aussi une question d’échelle. Si, admettons, le Monde n’est pas une échelle d’action pertinente pour l’être humain, quelle est la bonne ? À quelle échelle doit-on habiter (travailler, se cultiver, se déplacer, consommer, communiquer) ? L’Europe ? La nation ? Le local ? Le très local avec une petite ferme où je pourrais vivre en autarcie ? Qu’est-ce qui est acceptable et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Est-ce que je peux consommer des lentilles du Puy si j’habite à Lille mais renoncer à la bière belge ? Qu’est-ce qu’on fait des frontières ? On les ferme ? Et on construit des barbelés autour de sa maison ? Chacun dans sa bulle ? Mais quelle taille pour la bulle ? C’est sans doute toutes les échelles qu’il faut activer à la fois, le proche et le lointain, le local et le global. Tout dépend des situations. Rejeter l’échelle mondiale a priori, comme cause de tous les maux, c’est souvent faire le jeu des nationalistes les plus bornés.

La version négative de la mondialisation est celle qu’on nous sort aujourd’hui pour « démondialiser » et ce rejet par temps de corona me fait penser à un mot à la mode à la fin du siècle passé : antimondialisation. L’antimondialisation, le fait d’être contre la mondialisation, a selon moi à peu près autant de sens que d’être contre les nuages ou l’herbe qui pousse.

Un peu plus tard, un autre mot est apparu : altermondialisation. Une autre mondialisation, c’est toujours l’idée de l’ouverture au monde mais autrement. C’est peut-être de ce côté qu’il faut chercher et que le corona peut nous aider à penser.

Trois pistes pour cela :

-gérer les questions mondiales à l’échelle mondiale. Nous vivons dans un monde mondialisé, nous avons – et le corona en est le meilleur exemple – des problèmes mondiaux, mais nous n’avons pas de gouvernance mondiale. Chacun agit dans son coin avec comme premier réflexe de fermer les frontières, éventuellement de sortir du cash pour acheter au cul de l’avion des masques que d’autres avaient commandés, ou encore pour tenter de s’approprier un vaccin qu’une entreprise allemande est en train de mettre au point ; America First et les autres peuvent crever. D’une certaine manière, l’ONU a été discréditée dès sa création pour tenir ce rôle de gouvernement mondial. Comment une entité au sein de laquelle certains ont, institutionnellement, plus de pouvoir que d’autres (les membres dits « permanents » du Conseil de sécurité) pourrait être acceptée ? L’ONU discréditée, ce sont toutes ses institutions qui le sont aussi, et dans ce cas précis l’OMS. Ne parlons pas des autres structures d’échelle mondiale (auto-proclamées pour la plupart) qui sont pour l’essentiel des clubs de riches. Si le corona nous permettait de réfléchir sérieusement à la mise en place de cette gouvernance, ce ne serait pas si mal, mais par les temps qui courent, cela semble compliqué.

-penser à plusieurs échelles, la gouvernance d’une part (que le mondial n’exclut pas le national et le local), les échanges d’autre part avec des réseaux en partie indépendants les uns des autres et avec des règles. Arnaud Montebourg parle de démondialisation. Le mot me paraît mal choisi mais il est certain qu’il faut créer ou recréer des réseaux à différentes échelles. La division internationale du travail poussée à son maximum est mortelle. Elle crée une interdépendance totale. Il ne faut sans doute pas faire tout partout mais penser différemment dans des espaces de taille différente. L’échelle du Monde est intéressante pour partager de la musique par exemple (partager, pas subir la domination de produits marketés en un lieu ou l’autre du monde), elle est risquée pour certains produits. Outre l’intérêt en terme de réduction de la pollution, localiser dans des périmètres réduits ce qui est stratégique et/ou indispensable, est de bon sens. Je me souviens qu’à une époque on fabriquait en Chine l’essentiel des chaussettes utilisées dans le monde, et presque tout dans une seule ville ; c’était la même chose pour les briquets. Penser que presque tous les briquets du Monde viennent du même endroit, ça peut faire sourire ; quand c’est le paracétamol (60% de la production mondiale en Chine), un peu moins.

-troisième piste : faire preuve de bon sens, trouver des équilibres. On se déplace sans doute trop, on transporte trop des produits qui viennent de trop loin. Mais on n’est pas obligé de renoncer à la richesse de la rencontre avec l’autre, de renoncer à être habitant du Monde, de renoncer à la diversité de ce Monde (ou alors soyons cohérent et ne mangeons plus d’oranges, arrêtons le poivre et le chocolat et le sucre et le café et le thé). Trouver des équilibres, c’est consommer local quand on peut, attendre le temps des cerises pour en acheter, relocaliser certaines productions, regarder l’origine des produits sur les boîtes ou les étiquettes des vêtements, manger en hiver des légumes d’hiver, privilégier les déplacements en train quand c’est possible…

Encore un mot : un jour, on va trouver le vaccin contre cette saloperie. Dans le Monde entier, il y a des chercheurs au travail. Ce jour-là, on sera tous pour la mondialisation, une mondialisation de partage.

 

 

Et aussi

Dans un de mes dictionnaires, pandémie et pangolin sont sur la même page et séparés seulement par trois mots.


2 réflexions sur « Si loin, si proche. Le Monde est (encore) à nous »

  1. Il y a en effet deux approches de la mondialisation. Celle basée sur la découverte de l’autre, des échanges culturels qui touche une toute petite partie des habitants du monde, les privilégiés que nous sommes, et celle des échanges économiques et financiers qui concerne les 7 Mds de terriens.
    Voilà donc ce que je pense de la mondialisation…

    Née de la libéralisation des échanges commerciaux (exit le GATT) et de la déréglementation des marchés financiers, la mondialisation a permis à certains pays du tiers-monde de profiter d’une part du profit généré et les a reclassés au rang des pays dits émergents. Leur développement économique et social, à l’appui des politiques engagées, a-t-il permis de réduire les inégalités intra nationales ?
    A qui profite véritablement la mondialisation ?
    Dans les pays riches, devenus plus riches encore, on constate le même processus de répartition inéquitable des richesses.
    Où en est l’état du monde commercialement et financièrement interconnecté ?

    La circularisation des échanges à l’échelle planétaire provient de la délocalisation d’une partie de la production des pays riches dans le contexte d’une économie libérale mondiale.
    D’abord la production agricole (ex. soja Brésilien dont 87% selon Greenpeace sont destinés à l’alimentation animale), les produits manufacturés de base (textile fabriqué en Chine, en Asie du Sud-Est, au Magreb, chaussures fabriquées en grande partie en Chine…), puis désormais de produits industriels plus élaborés tels que les médicaments génériques (80% fabriqués en Inde), les panneaux solaires (80% fabriqués en Chine) , les micro-processeurs (Chine à 90%), les voitures, etc, ont permis aux pays concernés de s’enrichir.
    Ce phénomène a vu indéniablement se développer dans les pays émergents une classe sociale « moyenne », dont les revenus lui a permis d’atteindre un niveau de confort suffisant pour décoller de la base de la pyramide des besoins de Masslow (meilleur équipement domestique, développement du tourisme de masse, meilleur accès aux soins, accès à l’automobile,…)

    Les grandes entreprises des pays riches ont délocalisé une partie de leurs usines afin de profiter d’une main-d’œuvre bon marché pour produire des biens plus élaborés, à haut niveau de technologie. Elles ont pu ainsi maitriser leurs coûts de production et rester compétitives dans la mesure où le niveau de consommation global s’est maintenu, voir accru au regard des populations des pays émergents qui veulent elles aussi leur part du gâteau.

    Pour autant, la mondialisation se justifie-t-elle au regard de ces effets ?
    Ce pourrait être le cas si l’évolution sociale constatée était vouée à se maintenir dans le temps et à s’élargir au niveau de toutes le couches sociales tout en s’accompagnant étroitement d’une réduction des inégalités.
    Or, le fondement même de la mondialisation qui est la seule recherche du profit rend impossible une telle évolution.

    Ainsi, on a vu dans les pays riches une partie importante des travailleurs perdre leur emploi, pour cause de délocalisation, sans capacité d’en retrouver du fait d’un niveau trop faible de qualification. Tous les pays riches ont leur lot de chômeurs de longue durée subissant des dommages psychologiques et sanitaires graves.
    L’accroissement des inégalités est masqué par les chiffres trop globaux avancés par les défenseurs de la mondialisation : s’il est vrai que la richesse nationale, quelque soit le pays, s’accroît dans le temps, celle-ci n’est pas équitablement répartie dans sa population. Joseph Stiglitz dans « Peuple, pouvoir et profits » montre que de 1974 à 2014, 1% de la population américaine a vu son revenu moyen avant impôts multiplié par 3 alors que celui de 90% de la population n’a pas évolué.

    Un autre effet dommageable de la mondialisation est la perte d’indépendance des pays, y compris les pays riches, du fait de la production morcelée et délocalisée. Le système est d’autant plus fragile que la chaîne de production comprend un nombre important de pays producteurs. Le risque de grippage d’un des maillons est d’autant plus élevé.
    En troisième lieu, j’évoquerai les effets écologiques désastreux des échanges physiques multilatéraux ayant multiplié exponentiellement la production de gaz à effet de serre. Ceci touche l’ensemble des transports terrestres, aériens et maritimes.

    Jean-Marie Albertini a défini en son temps l’économie des pays sous-développés comme étant des systèmes « dominés et désarticulés ».
    Les pays pauvres qui soi-disant profitent de la mondialisation restent à la merci des pays riches.
    Ils produisent souvent des mono produits, à tout prix, déforestation ou occupation des terres par des productions exportées en quasi-totalité (huile de palme, bio-carburants). On voit ce qu’entraîne la déforestation sur le plan social (disparition des petits paysans qui viennent grossir les bidons villes autour des mégapoles – Edgar Morin « La voie », famines), sur le plan écologique (disparition de la bio diversité, zoonoses) et sur le plan économique (grande fragilité de ces pays exposés aux fluctuations des marchés).
    Il en ressort des inégalités de revenu dont l’amplitude est d’ailleurs très proche de celle des pays riches (Thomas Piketty « Le capital au XXI ° siècle).
    On est réduit à constater, en l’état actuel des choses, que les économies des pays du Sud sont toujours dominées et désarticulées pour bon nombre d’entre elles au profit des pays du Nord.

    Inégalité des nations, inégalité des peuples, inégalité des individus.

    La mondialisation est en place et, en dépit de quelques recroquevillements nationaux suite à la pandémie, ne disparaîtra pas. La crise du Covid19 nous fait voir avec plus d’acuité ses limites et ses dangers.

    Les Marchés continueront-ils à dominer les Etats ou les Etats domineront-ils les Marchés ?
    Qui peut prédire les changements structurels qui surviendront après ? y en aura-t-il et qui les initiera?

    Le seul projet mondial louable est l’accès au bien-être de tous les êtres humains, sans distinction de race, d’origine et de culture dans un environnement naturel respecté.
    Ça ne peut passer que par l’extinction des inégalités et donc par le renoncement à la recherche du profit à tout prix. Les hommes en sont-ils capables ?

    • Merci Laurent de ce commentaire précis et pertinent. Tu démontres assez bien je crois que la mondialisation libérale fait des dégâts considérables, d’où l’intérêt de promouvoir une autre manière d’être au Monde, collectivement, avec des échanges, pas derrière nos frontières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.