L’université d’après

Il y du changement. D’abord, on n’a pas vu grand-chose : quelques annonces, des propositions, des appels du pied, qu’on ne comprenait pas toujours très bien à cause d’une novlangue à laquelle nous n’étions guère habitués.

Et puis avec l’arrivée de l’ami corona et la suspension des cours, l’occasion trouva bien vite ses larrons. Officiellement, il s’agit d’améliorer la pédagogie universitaire. Comment ne pas être d’accord ? L’université fut pendant longtemps un lieu où l’on pouvait enseigner sans avoir reçu aucune formation pour le faire. La maîtrise de son sujet de recherche et des principales thématiques de sa discipline devaient suffire. De la magie.

Mais à y regarder de plus près, ces propositions de formation n’empruntent qu’un chemin unique. Elles ne relèvent que d’un type de pédagogie ou que d’une approche très partielle de la pédagogie. Il ne s’agit pas de s’intéresser aux finalités de l’éducation (quelle drôle d’idée !), aux enjeux politiques (aux enjeux quoi ?), à l’engagement des enseignants, aux formes de transposition des savoirs… Non, tout est uniquement technique et techniquement orienté. Des mots circulent : hybridation, comodalité, classe inversée, scénarisation du cours, MOOC, capsules vidéos, webinaire (ou webinar), wikidocs, continuité pédagogique, Wooclap, classe virtuelle, exposé interactif, Zoom et Teams bien sûr, breakout rooms (en anglais, c’est plus chic et même les singes semblent savants), e-tivités, travail synchrone et asynchone…

Bref, il s’agit de préparer les universitaires à une transition et cette saloperie de virus agit comme un accélérateur, du pain béni pour ceux qui voudraient penser le monde de demain à notre place. L’auteur d’une de ces propositions pouvait alors proposer sans rire une formation à la « présence à distance ». Tout était dit et les yeux des gestionnaires pouvaient commencer à briller.

Je ne vais pas cracher sur les technologies de la distance, ni sur les outils numériques. Je les utilise au quotidien. Ils permettent de garder le contact, de continuer à travailler en ces temps troublés, de faire le pont entre deux rencontres physiques, de s’éviter un long déplacement pour une courte réunion, de régler un problème en partageant son écran, de travailler individuellement avec un étudiant, de faire passer des documents entre deux cours. Mais ce ne sont que des outils et des technologies ; ils n’ont de sens que par rapport à un projet et on devrait en premier lieu s’interroger sur leur utilité et surtout sur les effets que l’usage intensif qui se dessine aura sur les sociétés.

Parce que de ça, on n’en parle pas trop.

La situation que nous vivons aujourd’hui est une anticipation de ce monde d’après dont rêvent sans doute celles et ceux qui pilotent le système universitaire, et dont certains techniciens sont les affidés indispensables. Depuis plus d’un an, comme la très grande majorité de mes collègues, si j’ai fait certains cours en « présentiel » (parfois dehors ou en demi-groupe), je n’ai quasiment participé à aucun colloque, à aucune journée d’études, à aucune réunion de laboratoire ou d’équipe de recherche, je n’ai assisté à aucune conférence ou table-ronde. Ou plutôt si, j’ai vu, écouté, parlé parfois. Fort peu d’évènements ont été annulés, tout a eu lieu ou presque. Mais tout s’est fait à distance. La coprésence est devenue virtuelle, il y a toujours eu un écran et des kilomètres entre nous. Finalement, nous avons pu continuer à travailler même sur un mode « dégradé » comme on dit aujourd’hui. Le piège peut se refermer.

Et maintenant ? On peut espérer que d’ici la prochaine rentrée universitaire, les vaccins aidant, le travail devrait pouvoir reprendre dans des conditions acceptables. Mais qu’est-ce que ça veut dire des « conditions acceptables » ? Ma vision n’est sans doute pas celle de la direction de mon université, ni celle du Ministère de l’Enseignement supérieur, et peut-être pas celle non plus d’une partie de mes collègues.

Le piège, je disais. Pour moi qui réside un peu loin de l’université, il est évident. J’ai le choix entre me lever à 6h, filer à la gare à moitié endormi, attendre dans les courants d’air possiblement glacés du quai, manger un croissant trop gras et boire un mauvais café, essayer de faire une sieste dans le train, me jeter dans la foule du RER ou du métro… ou dormir une bonne heure de plus, déjeuner tranquillement en écoutant les informations, faire un peu de sport, répondre à quelques mails… et me connecter. On peut aussi mettre dans la balance l’impact climatique de trop nombreux déplacements qui ferait de la virtualité le meilleur allié de l’environnement. Et pour en ajouter encore une couche, mentionner la fréquentation des séminaires et l’augmentation de l’offre. Celui que j’anime avec quelques collègues a vu la participation exploser et nous savons bien que le retour à des rencontres en coprésence physique va nous ramener à une audience beaucoup plus modeste. Le piège.

Car la vie universitaire est en cours de virtualisation et ce sera compliqué de revenir en arrière. Ce sera bénéfices immédiats (même si l’expression nécessiterait des guillemets : est-ce qu’un séminaire par écran interposé avec cinquante participants silencieux est préférable à la rencontre d’une quinzaine de personnes impliquées et autour d’une table ?) contre éventuels effets néfastes à moyen terme. Et le court terme est toujours gagnant parce que visible, concret, tellement pratique, parce que c’est le temps des politiques qui pourront mettre en avant la fréquentation large et internationalisée de toutes nos rencontres, les merveilleux outils dont on dispose, la multiplication de l’offre. On fera passer les rétifs pour des amish, des technophobes, des rabat-joie, des dépassés. Le monde avance et celui qui ne monte pas dans le train le regarde passer.

Pourtant, il y aurait matière à inventer, à faire de cette révolution des pratiques un atout pour la vie universitaire. Inventer de nouvelles méthodes de travail qui alterneraient rencontres physiques et échanges virtuels ; autoriser les étudiants qui sont loin, qui n’ont pas les moyens financiers ou physiques de se déplacer, ceux qu’on oublie tout le temps, à suivre un cours à distance ; participer plus facilement la vie universitaire internationale. Bref, trouver un équilibre. Mais je crains que ce ne soit pas le cas. La vague de la virtualisation des échanges est une lame de fond qui ne laisse guère de place aux alternatives. Monter dans le train sans barguigner ni savoir où on va, ou bien rester sur le quai. Il suffit de regarder autour de nous ce qui se passe. On s’habitue et quand on annonce une journée d’études aujourd’hui sur le tamtam des géographes, il n’y a plus de lieu, plus de plan, plus de distance, plus de café d’accueil à 9h, plus de présentation des possibilités de restauration, mais un lien de connexion. Une évidence, la nouvelle norme.

Si je perds le cake aux raisins de mon collègue Bruno et le délicieux café de ma collègue Claire, je vais perdre aussi beaucoup plus. Nous allons perdre beaucoup plus. Le travail de recherche passe aussi par la relation humaine, par des moments informels, au bar, au restaurant ou à converser au soleil sur un banc. Il ne faut pas trop le dire, cela ne semble pas vraiment sérieux, mais tous les chercheurs savent que leur travail n’est pas un fleuve tranquille et cumulatif, qu’il y a des accélérations brutales et des pannes sèches, qu’un hasard, une rencontre, une discussion à bâtons rompus peuvent débloquer des situations. Je n’ai pas assez parlé de l’enseignement mais soyons sur nos gardes, la mécanique est la même et les effets seront pires encore.

Et puis, il y a aussi la vie, la vie avec d’autres, mais de ça non plus, il ne faut sans doute pas parler.


3 réflexions sur « L’université d’après »

  1. Une heureuse lecture grâce à geotamtam! Je reste pour ma part optimiste quant au besoin de “co-présence” de tous les acteurs du système universitaire, mais le texte a le mérite de souligner la petite dose d’hypocrisie qui nous concerne tous au sujet des des visioconférences: on les regrette à haute voix, tout en s’en réjouissant intérieurement, comme lorsqu’on déguste en cachette des chocolateries industrielles aussi caloriques qu’appétissantes…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.