Si loin, si proche. Puisqu’il faut en finir

« À chaque individu sa place »

D’abord il y a ces images, avant tout ces images, que j’observe de manière primordiale et en amont tout raisonnement, ces images de marquage spatial destinées à produire des pratiques spatiales. J’observe des sols tatoués d’injonctions codées, des cases et des emplacements pour des corps, des séparations, des mécanismes de mise à distance, des objets (des livres !) enplastiqués, des sens interdits et des lieux interdits, des itinéraires obligatoires. Continuer la lecture

Si loin, si proche. Nous ne sommes pas des enfants

Le peuple-enfant

Comme beaucoup, en ces temps difficiles, je suis frappé par l’infantilisation que nous subissons et acceptons au quotidien. Nos gouvernants décident, ils décident ce qui est bon pour nous, eux savent. Le couplet est connu : votez pour moi, devenez sujets pour quelques années et faites-moi confiance, je m’occupe de tout. Le vocabulaire politique, « j’ai décidé » (lorsqu’Emmanuel Macron s’adresse aux Français), « Bienvenue chez toi » (lorsque Benjamin Griveaux passe la main à Sibeth Ndiaye pour le porte-parolat du gouvernement et l’accueille en réalité chez « nous »), trahit l’appropriation de la chose publique et du peuple qui l’incarne par ceux qui n’en sont que les gestionnaires provisoirement délégués par le suffrage. Ces remarques ne se veulent pas conjoncturelles, c’est une longue histoire que ceux qui tiennent le manche aujourd’hui reproduisent. Et on ne peut pas même leur donner complètement tort relativement aux urgences du moment. Continuer la lecture

Si loin, si proche. Ça va bien mais c’est quand même un peu long

Rouvrir les écoles : est-ce bien raisonnable ?

Emmanuel Macron a annoncé la réouverture progressive des écoles, des collèges et des lycées, avec « des règles particulières », à partir du 11 mai. Déjà, les enseignants et leurs syndicats s’inquiètent. À juste titre. Il faudra en effet que ces règles soient vraiment très particulières, totalement inédites même, afin que la fameuse « distanciation sociale » soit assurée. Les établissements scolaires français sont des espaces à risques en situation de crise épidémique. La raison ? Leur géographie, des densités moyennes élevées, des lieux inadaptés, une organisation rigide qui génèrent des pics de promiscuité quotidiens. Continuer la lecture

Si loin, si proche. La vie comme un dimanche après-midi

De l’absence d’intérêt d’être urbain

Dans leur définition de la ville, les géographes reprennent souvent la proposition de leur collègue Jacques Lévy : la ville, c’est de la densité et de la diversité. Le problème, c’est qu’en ce moment on ne profite guère de la diversité et qu’on ne veut surtout pas de densité. Bref, il n’y a plus aucun d’intérêt à vivre en ville. Continuer la lecture