Si loin, si proche. Quatrième jour

La vie rétrécie

Il y a moins d’une semaine – une éternité – les horizons étaient larges. Je devais partir au Brésil pour terminer un travail dans une école, puis à Montréal pour un colloque, le Monde à portée. Chaque semaine ou presque, Lyon-Paris et les paysages vallonnés de la Bourgogne qui filent derrière les vitres. Et encore rencontrer des amis, aller à la campagne, faire une grande balade en vélo… En quelques jours, tout fut suspendu, reporté, annulé. Brutalement. Continuer la lecture

Si loin, si proche. Premiers moments

Lundi 16 mars, le jour où le président de la République a annoncé les mesures de confinement, j’ai commencé cette espèce de journal. Mon idée est de poser un œil de géographe sur cette situation absolument inédite. Une ou deux fois par semaine, je vais essayer de mettre un texte en ligne, le temps que durera cette saloperie.

Continuer la lecture

À distances

Elle déjeune à Los Angeles lorsqu’il s’apprête à sortir dans Barcelone. Il se lève, elle va se coucher. Leurs temps sont désaccordés ; chacun son tempo. Quelques mois avant, tout collait merveilleusement. C’était le temps des petits déjeuners complices, des siestes sous la couette, du moment délicieux où l’on sort dans la rue. C’était le temps de la coprésence. Continuer la lecture

La conquête de l’accoudoir

H 18. Je descends la vallée entre les rangées de fauteuils. Bonne pioche : pas trop loin de la scène, pas trop près non plus, pas trop de côté et surtout un fauteuil en bout de rang. Je vais pouvoir étirer mes jambes sans obstacles et sans trop gêner.

Je m’installe. Je regarde à ma gauche : un homme, plus ou moins de mon âge. Pas de pitié. D’abord, je lui laisse prendre ses aises, qu’il se sente en confiance, que son attention se relâche. Je me concentre sur la lecture du programme de la soirée. J’occupe ma place, rien de plus. Le noir se fait, ça commence. Continuer la lecture

Espaces publicitaires

Au premier coup d’œil, on se dit qu’ils sont gonflés chez MacDo : faire la promotion des régions françaises et des races bovines hexagonales pour vendre des hamburgers, c’est un peu fort. Le bœuf du Charolais, mais aussi celui du Limousin et de Normandie au milieu d’un pain rond. Continuer la lecture