Le genre au bord des routes

J’ai traversé la France en vélo, d’est en ouest, suivant à peu près la ligne droite des vieux manuels de géographie, celle qui indiquait que, de la frontière allemande au bout du bout du Finistère, il y avait 1 000 km. C’était plutôt 950 en réalité mais 1 000 est un chiffre rond qui, ajouté aux 1 000 de l’axe nord-sud, permettait de dire que nous avions bien de la chance de vivre dans un pays aussi équilibré (et idéalement situé). Continuer la lecture