Le « Sud » : un imaginaire dans la fabrique du Monde

Le premier souvenir, c’est celui de l’arrivée[1]. Ces lumières survolées longtemps : Mexico, « la plus grande ville du monde ». C’était au milieu des années 80. La suite est plus confuse, sans doute les yeux écarquillés et le nez collé à la vitre du taxi qui nous conduisait à l’hôtel. La nuit était tombée depuis longtemps, des rues désertées sous des éclairages chiches. Le lendemain, tôt sans doute, impatient d’en découdre avec la mégalopole, je suis sorti. La ville était comme d’autres, avec ses rues, ses voitures et ses immeubles. Naïvement, j’avais rêvé d’une altérité radicale, d’un monde coloré et exotique, avec de la pauvreté en spectacle, des plantes inconnues, des odeurs nouvelles : du « Sud ». Lire la suite

Enseigner la géographie : pour une citoyenneté active et critique

La géographie est inscrite dans les programmes scolaires depuis si longtemps – en fait depuis que des textes définissant les contenus à enseigner existent – que sa légitimité, même fortement dépendante de celle de l’histoire, n’est plus discutée. Cet enseignement comme d’autres apparaît comme une sorte d’ « objet naturel » dans les cursus scolaires en France. Pourtant, il semble salutaire d’interroger ce type d’évidence, de bousculer les certitudes tranquilles, de remettre en cause des formes de naturalisation de la pensée : pourquoi enseigner la géographie ? À quoi est-ce que cela sert ? Pourquoi cette discipline et ses programmes depuis environ deux siècles dans les cursus de l’enseignement primaire et secondaire en France ? Et in fine, doit-on continuer à proposer cet enseignement aux élèves et sous quelle forme ? Lire la suite

Pour des pratiques réflexives dans l’enseignement de la géographie

« Il ny a pas de Vrai ! Il ny a que des manières de voir. »

J’utilise souvent ces deux phrases de Flaubert dans mes enseignements. Mais je ne m’étais jamais interrogé plus avant sur leur contexte d’écriture. Je savais qu’il s’agissait de sa correspondance, rien d’autre. Magie du Net, en quelques clics, la question fut réglée : c’est une lettre datée de la nuit du 2 au 3 février 1880 adressée à Léon Hennique, un autre homme de plume, un romancier naturaliste et auteur de pièces de théâtre dont j’ignorais jusqu’à maintenant l’existence. Le propos concerne le naturalisme en littérature. Flaubert écrit :

Cette manie de croire qu’on vient de découvrir la nature et qu’on est plus vrai que les devanciers m’exaspère. La Tempête de Racine est tout aussi vraie que celle de Michelet. Il n’y a pas de Vrai ! Il n’y a que des manières de voir. Est-ce que la photographie est ressemblante ? Pas plus que la peinture à l’huile, ou tout autant. 

  Lire la suite

L’ennui

 

L’autre jour, quelques étudiants se sont attardés à la sortie d’un cours ; cela arrive parfois, pas assez souvent à mon goût. Ce sont des moments intéressants. Ce jour-là, le sujet (et la cible) était la géographie, leur géographie, celle qu’ils avaient appris à l’école, qui n’était qu’ennui, nomenclatures, PIB, cartes à colorier… Je me disais aussi – je voulais le croire – qu’ils avaient peut-être été intrigués par ma proposition géographique.

Je compatissais. Mes souvenirs scolaires étaient du même tonneau. J’ai gardé quelques vieux cahiers de mes cours de lycée. Savoirs morts, figés, hors du temps ; litanies de noms de lieux, listes de chiffres, population des principales villes de l’URSS et principales productions, Grand 1 : le milieu naturel, grand B : climat et végétation ; pas la queue d’une idée. Rien qui évoque le monde qui bouge, rien qui ne permette de comprendre. Le prof était un brave homme. Je notais nos jeux de mots foireux sur mon cahier. Il s’ennuyait sans doute autant que nous.

En tout cas, comme souvent, je mesurais l’ampleur de notre échec collectif (profs et formateurs d’enseignants). Comment se fait-il que les mêmes schémas se perpétuent de génération en génération ? Pourquoi n’arrive-t-on pas à faire changer les choses ? Pourquoi les gamins de l’école primaire continuent à colorier en marron foncé les Alpes et les Pyrénées, « les montagnes jeunes », et en marron clair, le Massif Central ou le Massif Armoricain (très important le Massif Armoricain), « les montagnes vieilles » ? Pourquoi cet ennui ? Pourquoi ces mêmes commentaires tous les ans ou presque de la part des étudiants ?

Ce qui me fascine et me désespère, c’est l’écart entre cette langue géographique morte et un savoir vivant qui, comme d’autres, plus que d’autres, est connecté directement aux questions du contemporain. Questions intimes, personnelles, de nos places dans nos espaces de vie. Questions plus générales de ce que la géographie nous permet de saisir du monde. Et questions connectées entre ces deux niveaux scalaires lorsque l’on demande aux élèves de regarder les étiquettes de leurs vêtements pour réfléchir à la mondialisation.

On dit que les choses changent. Je vois moi aussi de jeunes profs notamment qui se posent de bonnes questions, qui font entrer le monde dans la salle de classe, qui ne traitent pas d’un monde d’inventaires et de nomenclatures qui ne dit plus rien à personne. Espérons.