Seuls au Monde

On se croirait au mois d’avril, lorsque les premiers soleils chauffent la peau et mettent la ville entière dehors. De petits groupes piquent-niquent sur les pelouses, d’autres se baladent, pédalent ou rament sur le lac. L’air est doux comme un vieux pull. Je me poste devant la sculpture. La plupart des promeneurs ne semblent même pas la remarquer. Lire la suite